Europe

09 février 2013 17:40; Act: 19.02.2013 16:47 Print

L’incroyable périple de la viande de cheval

La viande de cheval roumaine, dont la présence dans des lasagnes aux boeufs révulsent les Britanniques, a été négociée via Chypre et les Pays-Bas pour le compte d'une société française.

Sur ce sujet
Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

La société française «a acquis la viande surgelée auprès d'un trader chypriote, qui avait sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s'étant fourni auprès d'un abattoir et d'un atelier de découpe situés en Roumanie», a annoncé samedi le ministre français à la Consommation, Benoît Hamon. La société française en question est le groupe Poujol, la holding de la société Spanghero.

Il faut s'attendre à «d'autres mauvaises nouvelles»

Le ministre britannique de l'Environnement, Owen Paterson, chargé des questions alimentaires, a prévenu samedi qu'il fallait s'attendre à d'«autres mauvaises nouvelles». «Il est possible que nous ayons d'autres mauvaises nouvelles. (...) Je pense que nous devons être réalistes», a déclaré M. Paterson, à l'issue d'une réunion d'urgence à Londres avec les autorités sanitaires et les principales chaînes de supermarchés, dont Tesco, Asda, Morrisons et Sainsbury's.

Le ministre a rappelé qu'il avait demandé des tests sur tous les plats préparés à la viande de boeuf et qu'il attendait des «résultats significatifs» d'ici vendredi.

Il a aussi insisté sur sa détermination «à faire toute la lumière» dans cette affaire qui éclabousse plusieurs pays européens, dont la France qui a fourni ces produits, et la Roumanie dont la viande serait originaire.

«Grave négligence»

Dans ce scandale, on a soit affaire à «une grave négligence» ou à «un complot international criminel», consistant à mettre volontairement du cheval dans des produits étiquetés «viande de boeuf», a estimé M. Paterson.

D'importantes quantités de viande de cheval - jusqu'à 100% - ont été découvertes dans des lasagnes et des spaghetti bolognaise distribués au Royaume-Uni par Findus et Aldi et fournies par l'entreprise française Comigel.

Selon les autorités britanniques, pays où la consommation de viande chevaline est un tabou, les produits incriminés ne présentent pas de danger pour la santé.

Mais l'Agence britannique de sécurité alimentaire (FSA) a suscité l'inquiétude en demandant à Findus d'effectuer «des tests pour identifier la présence éventuelle dans les lasagnes de phénylbutazone», produit utilisé pour traiter la douleur chez les chevaux. Les animaux soignés avec ce médicament sont interdits de consommation humaine, par crainte de «risque pour la santé», selon la FSA.

(afp)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch