France

21 avril 2017 18:35; Act: 21.04.2017 22:17 Print

La Présidentielle expliquée aux footeux (2/3)

par Robin Carrel - Pour suivre l'élection française, 20 minutes a tenté de vulgariser les profils des candidats et a choisi des métaphores footballistiques. Onze candidats résumés en 1100 caractères.

storybild

Le dispositif tactique français selon 20 minutes.

Sur ce sujet
Une faute?

Benoît Hamon

Le latéral gauche du PS n'est pas vraiment un joueur d'équipe. Après deux ans dans son ancien club, il a rejoint le clan des opposants à son président François Hollande et son entraîneur Manuel Valls (1). Depuis l'annonce du non-renouvellement des contrats de ces deux derniers, il a réussi à retourner ses rares coéquipiers et à devenir leur représentant pour le prochain grand match de dimanche. Ce joueur de bientôt 50 ans est originaire de Bretagne et ne cache pas son amour pour le Stade Brestois, ainsi que l'Olympique de Marseille. Il souhaite que tous les joueurs aient un salaire de base identique (2), qu'ils évoluent au Paris St-Germain et soient rémunérés des millions ou qu'ils soient sur le banc de touche au FC La Baume-de-Transit-Montségur et n'aient droit qu'à une bière avant d'entrer en jeu. Une révolution qui a causé beaucoup de remous dans le microcosme. Benoît Hamon est mal parti pour être titularisé ce printemps. Il a le gros défaut d'avoir été facilement débordé sur sa gauche par le vétéran Jean-Luc Mélenchon et de se faire piquer des ballons au centre du terrain par le jeune espoir Emmanuel Macron. Trahi à son tour par de nombreux coéquipiers depuis ses débuts comme titulaire, il a toutefois le soutien d'un autre latéral gauche, Yannick Jadot, qui jouait chez les Verts (3).


Jean Lassalle

Ce vétéran de 61 ans évolue au poste de milieu défensif. Il ratisse les bonnes phrases comme il le faisait avec les moutons, dans le temps, dans les Pyrénées-Atlantique. Aujourd'hui capitaine du FC Lourdos-Ichère, il met une belle ambiance dans les vestiaires, par son accent chantant et sa bonhomie. Le fait marquant de sa carrière est clairement son tour des clubs de France de 2013, lorsqu'il a souhaité aller visiter de nombreuses autres équipes. A cette occasion, il a marché plus de 5000 kilomètres. Ce joueur atypique a récidivé un an plus tard, visitant des équipes en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Roumanie, en République Tchèque, en Grèce et en Pologne. Mais pas à pied cette fois, heureusement pour lui. Cet ancien joueur du MoDem (4) a réussi à récolter 500 likes de coéquipiers (5) pour pouvoir se présenter cette année et c'est déjà là un superbe exploit technique. Jean Lassalle est aussi un joueur qui aime bien la polémique. En 2015, et encore une fois plus tôt cette année, il a visité les installations syriennes, présidées par le sulfureux et controversé Bachar el-Assad.



Jacques Cheminade

Il est l'inverse du buteur de la Juventus Gonzalo Higuain, né à Brest, mais qui a choisi de porter les couleurs de l'Argentine. Venu au monde à Buenos Aires en 1941, il a aussi habité quelques années aux Etats-Unis, où il représentait déjà les Bleus entre 1972 et 1977. Candidat à l'équipe de France depuis 1995 – année où il n'avait finalement pas payé ses cotisations –, il fait en général bien rigoler ses coéquipiers. Dans le vestiaire, il leur raconte des histoires un peu loufoques, comme son intention d'aller créer un club sur Mars ou sur la Lune, sa certitude que Hitler a été mis au pouvoir par les Britanniques, que les Beatles ont été crées par les services secrets anglais ou encore que la Reine Elisabeth II contrôle le trafic de drogue planétaire et que l'homosexualité est un coup du KGB (6). Jacques Cheminade pense aussi qu'un tsunami financier va bientôt ravager le football mondial et ne croit pas à la légitimité de l'UEFA. Ce milieu droit de formation évolue désormais un peu partout, surtout là où on ne l'attend pas. Il adore tacler dans tous les sens, mais n'est que rarement récompensé de ses efforts. En 1995, 0,27% des supporters lui avaient fait confiance. En 2012, il avait fait encore pire: 0,25%.


François Asselineau

Lui aussi évolue sur l'aile droite, mais il est encore plus collé à la ligne. Ce joueur a une technique très différente de ce qui se fait dans le football moderne et n'hésite pas à outrepasser les règles, pour tenter de contourner ses adversaires. François Asselineau aime bien aussi voir des problèmes tactiques là où personne n'en voit. En 2012 déjà, il écrivait que «La France vit actuellement une période sombre de son histoire bimillénaire», faisant s'évanouir une partie de ses collègues footballeurs, qui n'ont pas compris tous les mots de cette phrase. Comme son compère Jacques Cheminade, il est certain que l'équipe de France est dirigée en secret par un entraîneur américain depuis toujours. Ce milieu droit refuse catégoriquement d'être payé en euros et reste salarié en francs français depuis le temps (7). Il veut interdire à tous prix les chants en anglais dans les stades et assure vouloir que les clubs hexagonaux ne jouent plus au niveau continental. A 59 ans, ce demi formé sur les bancs de HEC n'aime que moyennement ses notes d'après-match dans les journaux les lendemains de match et souhaite que la chaîne TF1 soit rachetée par la Fédération. Il pense aussi que son club rival du FN a été créé par le FBI...


(1) Il faisait partie des «frondeurs», votant régulièrement contre les propositions des Socialistes au pouvoir.

(2) Le candidat socialiste propose un «revenu universel».

(3) Yannick Jadot a remporté la primaire d'Europe Écologie Les Verts (EELV) avant de se rallier à la candidature de Benoît Hamon.

(4) Jean Lassalle a quitté le parti centriste après que François Bayrou a appelé à voter François Hollande en 2012.

(5) Il faut réunir 500 parrainages d'élus pour pouvoir être officiellement candidat.

(6) Jacques Cheminade est souvent taxé d'être un candidat «conspirationniste».

(7) Il est l'un des candidats du «Frexit», la sortie de la France de l'Euro, de l'Europe et de l'OTAN.