Proche-Orient

24 novembre 2012 17:18; Act: 24.11.2012 17:23 Print

La police du Hamas se déploie à la frontière

Des policiers non armés du Hamas se sont déployés à la frontière entre Gaza et Israël pour éviter des incidents qui compromettraient la trêve.

Voir le diaporama en grand »
24.11 La police du Hamas s'est déployée le long de la frontière entre Gaza et Israël pour s'assurer que le trêve est respectée. 23.11 Un jeune Palestinien de 20 ans a été tué par des tirs israéliens près de Khan Younès. 22.11 Les soldats israéliens ont célébré l'annonce du cessez-le-feu 21.11 L'Iran a confirmé mercredi apporter une aide militaire au Hamas. Toutefois, Téhéran réfute les accusations d'Israël, selon lesquelles il aurait livré des missiles Fajr-5 (ici en photo) aux combattants palestiniens 21.11 Un explosion dans un bus à Tel-Aviv a fait mercredi au moins dix blessés, dont trois graves. Une «attaque terroriste», selon le porte-parole du gouvernement israélien. 20.11 La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est arrivée mardi soir à Jérusalem où elle a rencontré le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. 20.11 Cinq personnes ont été tuées mardi dans la bande de Gaza. 20.11 Le président égyptien affirme que «l'agression israélienne» à Gaza va cesser mardi. 20.11 Le Premier ministre turc, Recep Erdogan accuse Israël de «nettoyage ethnique». 19.11 Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est rendu en Egypte pour discuter d'une trêve à Gaza. 19.11 L'aviation et la marine israéliennes ont repris tôt lundi leurs bombardements de la bande de Gaza. 17.11 En tout, seize Palestiniens ont péri dans la journée de samedi, ce qui porte à 48 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l'opération militaire israélienne contre la bande de Gaza mercredi dernier. 17.11 Le président égyptien, Mohamed Morsi (centre), a expliqué qu'un cessez-le-feu pourrait survenir bientôt au cours d'une conférence de presse avec le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan (gauche), ajoutant toutefois qu'il n'y avait pas encore de «garanties». 17.11 A Barcelone, comme dans plusieurs villes du monde, des manifestations contre les violences à Gaza ont été organisées samedi 17.11 Outre le siège du gouvernement du Hamas, les raids ont visé le quartier général de la police, l'Université islamique et le stade «Palestine», la principale enceinte sportive de Gaza 17.11 A Gaza, des raids israéliens ont frappé le QG du Hamas samedi 17.12 Les secours palestiniens tentent de sauver des vies après les explosions. 17.12 Des soldats israéliens patrouillent près de la frontière de Gaza. 17.12 Le ministre des Affaires étrangères tunisien Rafik Abdessalem (3e à partir de la droite) s'est rendu à Gaza, sur les ruines des bureaux du Premier ministre du Hamas Ismail Haniyeh, détruits par un raid 17.12 Un Palestinien constate l'importance des dégâts après un bombardement. 17.12 Un policier du Hamas regarde un missile israélien qui n'a pas explosé. 17.12 Les secours palestiniens ramassent les corps sous les décombres du QG du Hamas. 17.12 Un Palestinien amène un enfant touché à l'hôpital de Gaza. 16.12 Israël a déjà mobilisé 16'000 soldats et a continué de bombarder Gaza vendredi. 16.11 Les soldats israélien stationnés à la frontière de la bande de Gaza. 16.11 Des Israéliens se cachent dans des abris atomiques pendants les bombardement à Tel Aviv. 14.11 Le chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, est tué par l'armée israélienne. L'opération, menée conjointement avec le service de sécurité intérieure israélien, le Shin Beth, «visait à paralyser la chaîne de commandement et de contrôle de la direction du Hamas, ainsi que son infrastructure terroriste». Jaabari, apparu en public le 18 octobre 2011 lors de la remise du soldat israélien Gilad Shalit aux médiateurs égyptiens, a rejoint le Hamas lors de sa détention par Israël après son arrestation en 1982 pour planification d'opérations anti-israéliennes. L'armée israélienne a déclaré que l'«élimination» d'Ahmad Jaabari était le début d'une opération militaire contre les groupes armés dans la bande de Gaza. D'autres raids aériens suivraient. Une image diffusée par le Ministère israélien de la Défense montre la voiture d'Ahmad Jaabari juste avant le tir de l'aviation L'explosion de la voiture par image aérienne Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak veulent envoyer un «message clair» au Hamas

Sur ce sujet
Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a par ailleurs été informé par l'Egypte qu'Israël autoriserait les pêcheurs palestiniens à pêcher deux fois plus loin que jusqu'à présent, selon un communiqué de son bureau.

Les forces de sécurité «se sont déployées le long de la frontière de la bande de Gaza pour préserver l'application de la trêve», a déclaré Islam Chahwane, un porte-parole du ministère de l'Intérieur du gouvernement du Hamas.

«Des policiers se sont rendus vendredi soir à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, afin de protéger la vie des citoyens victimes de l'agression israélienne», a-t-il ajouté, en référence aux tirs vendredi sur des habitants du village de Khouzaa à la frontière, qui avaient fait un mort et 19 blessés palestiniens.

«Crainte de dérapages»

Le Hamas avait dénoncé «une première violation israélienne de la trêve» entrée en vigueur mercredi soir, précisant qu'il en saisirait l'Egypte, médiateur de l'accord.

A la suite de ces violences, des policiers non armés du Hamas se sont déployés dans la zone frontalière pour en interdire l'approche, en liaison avec l'Egypte, sans risquer de tirs israéliens, pour la première fois depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en 2007, selon une source proche du dossier.

«Israël a demandé à l'Egypte d'intervenir pour maintenir des dizaines de Palestiniens à distance de la frontière, par crainte de dérapages. En liaison avec l'Egypte, des membres de la police de Gaza sont venus pour éloigner les agriculteurs palestiniens», a-t-on indiqué. L'armée israélienne a, par la voix d'un porte-parole, dit être au courant du déploiement de policiers du Hamas à la frontière avec Israël.

Dans son communiqué, le bureau de M. Haniyeh précise que celui-ci a été informé par le chef des services de renseignements égyptiens d'une «réunion lundi de la partie égyptienne avec la partie israélienne pour discuter de questions relatives à la trêve, y compris la zone frontalière».

«Zone tampon»

«Le premier ministre a reçu un appel téléphonique du ministre des Renseignements égyptiens, le général Rafat Chahata, qui l'a informé que dans le cadre de l'accord de trêve les pêcheurs seraient autorisés à aller jusqu'à 6 milles nautiques au lieu de 3» (environ 11 km au lieu de 5,5), selon le texte. L'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat sur cette dernière question.

Le chef du gouvernement du Hamas a appelé jeudi à respecter le cessez-le-feu, conclu après huit jours d'hostilités qui ont coûté la vie à 166 Palestiniens, en majorité des civils, dont au moins 43 enfants et 13 femmes, et à six Israéliens, quatre civils et deux soldats. M. Haniyeh a également exhorté les services de sécurité à y veiller.

L'accord prévoit notamment «l'arrêt par les mouvements palestiniens de toutes les attaques à la frontière» et que les deux parties «s'abstiennent de viser les habitants de la zone frontalière».

Israël a décrété une «zone tampon» d'au moins 300 mètres dans la bande de Gaza, le long de la frontière, dont il interdit l'accès aux Palestiniens sous peine d'ouvrir le feu. Il impose en outre un blocus maritime autour de Gaza et limite la zone de pêche pour les Palestiniens à trois milles nautiques.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch