Catastrophe industrielle

13 août 2017 14:05; Act: 13.08.2017 20:08 Print

Le gros d'une marée noire nettoyé au Koweït

Les autorités koweïtiennes sont parvenues à contenir une marée noire près d'un champ de pétrole en mer exploité conjointement par le Koweït et l'Arabie saoudite.

Sur ce sujet
Une faute?

Des équipes spécialisées ont réussi à contenir et nettoyer le gros d'une marée noire près d'un champ de pétrole offshore exploité conjointement par le Koweït et l'Arabie saoudite, selon un responsable koweïtien. Elles poursuivent leur travail pour nettoyer la côte.
«La majeure partie de la marée a été nettoyée», a déclaré dimanche dans un communiqué cheikh Talal al-Khaled Al-Sabah, porte-parole de la Kuwait Petroleum Corporation (KPC).

Ce responsable avait affirmé quelques heures plus tôt que les équipes peinaient «à circonscrire une marée noire près du complexe pétrolier de Ras al-Zour» dans le sud du Koweït. Ce complexe se trouve à proximité du champ offshore d'Al-Khafji, opéré conjointement par le Koweït et l'Arabie saoudite dans les eaux du Golfe.

Vieil oléoduc

La cause de la fuite de pétrole n'a pas été communiquée de source officielle mais des médias locaux ont indiqué qu'elle provenait, selon des experts, d'un vieil oléoduc sous-marin d'Al-Khafji.

Selon ces médias, environ 35'000 barils de brut ont pu s'échapper dans les eaux au large de Ras al-Zour, où le Koweït prévoit la construction d'une raffinerie, d'une usine de pétrochimie et d'une usine de liquéfaction de gaz naturel.

La marée noire a contraint les autorités à fermer deux centrales qui produisent de l'électricité et désalinisent de l'eau de mer afin d'éviter une contamination. Le Koweït, grand producteur de pétrole et de gaz, dépend beaucoup de la désalinisation pour son approvisionnement en eau potable.

L'Arabie saoudite et Bahreïn ont indiqué que la marée noire n'avait pas atteint leurs eaux territoriales. Ryad a précisé dans un communiqué publié par l'agence officielle SPA qu'il avait lancé un «plan de gestion de crise» et menait des inspections aériennes.

Des équipes de la Saudi Arabian Chevron, qui exploite une partie du gisement de Khafji, et d'un organisme saoudien spécialisé se sont jointes aux opérations de nettoyage, selon la KPC.

(ats)