Explosions à Dortmund

21 avril 2017 07:21; Act: 22.04.2017 06:39 Print

Le mobile de l'auteur est financier et non terroriste

Interpellé vendredi, le suspect a été inculpé de tentative d'assassinat. Il voulait spéculer pour faire baisser le prix de l'action du club de Dortmund.

Voir le diaporama en grand »
La police a arrêté l'auteur de l'attaque à l'explosif contre le bus de l'équipe de foot de Dortmund. Il voulait s'enrichir en spéculant sur une baisse des actions du club. (Vendredi 21 avril 2017) Trois revendications contradictoires ont été émises mais le mystère reste entier car les enquêteurs ont des doutes sur leur authenticité, tout en évoquant un acte «terroriste». (Mardi 18 avril 2017) Le patron du club de Dortmund Hans-Joachim Watzke affirme avoir brièvement envisagé de déclarer forfait en Ligue des champions contre Monaco mardi après l'attentat qui a touché son équipe, puis s'être ravisé pour ne pas offrir cette «victoire» aux terroristes.(samedi 15 avril 2017) Le quotidien berlinois «Der Tagesspiegel» a reçu une lettre revendiquant l'attentat contre les footballeurs de Dortmund au nom de groupuscules d'extrême-droit. La justice vérifie actuellement leur authenticité. (samedi 15 avril 2017) Le joueur blessé, Marc Bartra, a rassuré ses fans sur Instagram en écrivant un texte émouvant. (vendredi 14 avril 2017) La police a des doutes concernant l'authenticité de trois lettres retrouvées sur les lieux de l'attentat. (Vendredi 14 avril 2017) «Chacun doit affronter cela à sa façon. Personne ne l'a ressenti exactement de la même façon» a déclaré l'entraîneur de Dortmund. (Jeudi 13 avril 2017) Le bus du BVB Dortmund est désormais considéré comme une pièce à conviction. Il fait l'objet d'une protection particulière des forces de l'ordre. (13 avril 2017) Les enquêteurs fouillent les environs de l'endroit où se sont produites les explosions. (13 avril 2017) Le défenseur Marc Bartra a affirmé qu'il allait mieux, après sa blessure lors de l'explosion de bombes sur le passage du car du Borussia Dortmund. (Mercredi 12 avril 2017) Un suspect lié à la mouvance islamiste a été interpellé. Une autre personne est recherchée. (Mercredi 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Le stade passé au peigne fin. (Dortmund, 12 avril 2017) Le stade passé au peigne fin. (Dortmund, 12 avril 2017) Le stade passé au peigne fin. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. L'équipe de foot de Dortmund, qui a repris l'entraînement au lendemain de l'attentat l'ayant visée, va montrer qu'elle ne cède pas «face au terrorisme», a annoncé mercredi le patron du club allemand Hans-Joachim Watzke sur twitter. (12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Mesures de sécurité renforcées. (Dortmund, 12 avril 2017) Vers 19H15 heure locale, trois explosions retentissent au passage du bus de l'équipe de Dortmund qui vient de quitter son hôtel et se dirige vers le stade, où elle doit affronter l'équipe de Monaco, en Ligue des Champions. Depuis, l'enquête avance. (Mardi 11 avril 2017) Trois explosions sont survenues près du bus de Borussia Dortmund, près d'une heure avant la rencontre contre Monaco, comptant pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Des vitres ont été brisées par les explosions. (Mardi 11 avril 2017) Les autorités allemandes ne disposent pas à ce stade d'éléments indiquant que les explosions soient d'origine «terroriste». (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) Un porte-parole de la police, joint par , a affirmé que les bombes avaient été placées dans des couvertures sur le passage du bus. (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) Les joueurs sont sortis du bus après les détonations. (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) La police escorte le milieu de terrain Christian Pulisic. (Mardi 11 avril 2017) Le joueur Pierre-Emerick Aubameyang quitte le site. (Mardi 11 avril 2017) Des joueurs sont escortés par la police. (Mardi 11 avril 2017) Le match entre le Borussia Dortmund et Monaco a été reporté à mercredi, à 18h45. (Mardi 11 avril 2017) Marc Barta a été blessé au bras et conduit à l'hôpital. (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) Le stade a été évacué après les faits. (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) Une supportrice rend hommage à son équipe. (Mardi 11 avril 2017) (Mardi 11 avril 2017) Borussia Dortmund devait affronter Monaco. (Mardi 11 avril 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Ni islamiste, ni extrémiste de droite ou de gauche, l'auteur présumé de l'attentat à l'explosif contre le car du BVB Dortmund a été arrêté vendredi. Il cherchait à provoquer la chute de l'action du club de football allemand pour s'enrichir.

Interpellé par une unité d'élite de la police dans la région de Tübingen (sud-ouest), le suspect est un ressortissant germano-russe de 28 ans. Le jeune homme est poursuivi pour tentative de meurtre, possession d'explosifs et coups et blessures volontaires.

Son idée était de provoquer la chute de l'action du BVB Dortmund, car il avait acquis, en spéculant sur une baisse du prix des titres, trois produits financiers dérivés appelés «put-options».

«Pour l'achat de ces produits dérivés, le suspect a pris un crédit à la consommation d'une valeur de plusieurs dizaines de milliers d'euros», a expliqué la représentante du parquet fédéral, Frauke Köhler.

«Plus le cours de l'action aurait chuté, plus le bénéfice du suspect aurait été fort. Nous ne pouvons dire dans l'immédiat quel aurait été le montant maximal du bénéfice, cela fait encore l'objet de calculs par les enquêteurs financiers de la police criminelle», a-t-elle ajouté. Le journal Bild évoque un gain potentiel de 3,9 millions d'euros (4,1 millions de francs).

Opération en ligne

Le suspect avait, d'après le parquet, acquis le 11 avril, jour de l'attaque, des options portant sur 15'000 actions du club en pariant sur leur baisse avec une date limite fixée au 17 juin.

Sa principale transaction avait été effectuée le jour de l'attaque depuis l'hôtel «L'Arrivée», où il logeait tout comme le BVB Dortmund avant de partir en bus affronter Monaco en quart de finale aller de la Ligue des champions. C'est cette opération effectuée en ligne qui a mis la police sur la piste du jeune homme.

Selon Mme Köhler, l'homme semble avoir agi seul, aucun indice ne faisant état dans l'immédiat d'une éventuelle complicité.

Dans la foulée de l'attentat, la police allemande avait cru à un acte «terroriste». Les enquêteurs s'étaient d'ailleurs penchés sur trois revendications contradictoires: l'une islamiste retrouvée sur les lieux du crime le jour même, une autre d'extrême gauche diffusée sur internet et une dernière d'extrême droite envoyée à des médias allemands.

Un joueur blessé

L'explosion au passage du bus du BVB de trois engins dissimulés dans une haie sur la route du stade a blessé le joueur espagnol Marc Bartra qui a dû être opéré d'une fracture du poignet. Un policier a souffert d'un traumatisme auditif.

Selon le parquet, le suspect avait loué «mi-mars» une chambre dans l'hôtel et s'y était installé deux jours avant les faits, manifestement pour mieux observer les déplacements des joueurs.

L'hebdomadaire allemand Der Spiegel affirme que le suspect est un ancien soldat de l'armée allemande, la Bundeswehr, où il a servi dans le corps médical, comme ingénieur électrique.

Mobile «répugnant»

Se présenter comme un terroriste, «c'est aussi une façon particulièrement perfide de jouer avec les peurs de la population», a estimé lors d'un point de presse le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière. Auparavant, il avait qualifié cette arrestation de «grand succès», dénonçant dans un communiqué «un mobile particulièrement répugnant».

L'attaque avait profondément choqué l'équipe de Dortmund et le monde du football, mais le match n'avait été reporté que d'une seule journée, suscitant la colère de l'entraîneur du BVB Thomas Tuchel.

Celui-ci a rappelé vendredi en conférence de presse à quel point ses joueurs, avec «des policiers autour de nous, lourdement armés», restaient traumatisés depuis l'attaque. «Je suis convaincu que pour nous tous, qui avons été touchés directement, il est très important d'avoir une explication. Si les motifs sont éclaircis, ça va nous aider beaucoup à surmonter», a-t-il dit lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant match, avant un déplacement samedi à Mönchengladbach en championnat.

Le Borussia Dortmund est en train de recruter d'anciens policiers d'élite pour créer une unité de protection de ses joueurs, dix jours après un attentat à la bombe contre le bus de l'équipe qui n'a fait miraculeusement que deux blessés, affirme vendredi le patron du club, Hans-Joachim Watzke.

(nxp)