Espagne

12 janvier 2018 18:07; Act: 12.01.2018 18:24 Print

Le parti de Puigdemont veut le réélire à distance

L'ex-président, destitué par Madrid, est poursuivi pour rébellion et sédition et risque d'être arrêté s'il rentre en Espagne.

Sur ce sujet
Une faute?

Le parti indépendantiste de Carles Puigdemont a insisté vendredi pour le faire réélire à la tête du gouvernement régional catalan sans qu'il revienne de son exil à Bruxelles, malgré les mises en garde du gouvernement espagnol.

Les deux principales forces indépendantistes, Ensemble pour la Catalogne (JxCat) dirigée par Carles Puigdemont, et la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), ont décidé mercredi de tenter de le faire réélire chef de l'exécutif par le nouveau parlement issu des élections régionales du 21 décembre et dominé par les séparatistes.

Vidéoconférence

JxCat envisage qu'il soit investi par vidéoconférence, ou en faisant lire son discours de candidature par un suppléant, une option contestée par de nombreux juristes, les partis anti-indépendantistes et le gouvernement à Madrid.

«Nous étudions tous les instruments permis par le règlement du parlement de Catalogne», a déclaré à Bruxelles la directrice de campagne de Carles Puigdemont, Elsa Artadi, interrogée sur la possibilité d'une investiture du dirigeant sans sa présence dans l'hémicycle, après une réunion de l'ex-président avec une vingtaine d'élus de sa liste.

Pas de prison

Quoiqu'il arrive, Carles Puigdemont ne rentrera pas en Espagne «pour aller en prison», a martelé Mme Artadi. L'ex-président, destitué par Madrid, est poursuivi pour rébellion et sédition et risque d'être arrêté s'il rentre en Espagne.

Madrid a prévenu qu'il saisirait la Cour constitutionnelle si Carles Puigdemont tentait de se faire élire à distance.

Prétendre se faire investir à distance est «irréalisable, cela va à l'encontre des textes juridiques mais surtout du sens commun», a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement Inigo Mendez de Vigo, soulignant que l'investiture supposait la présence «réelle» du candidat. «Le gouvernement, a-t-il dit, déposerait immédiatement un recours contre quelque tromperie que ce soit dans ce domaine, sans aucune hésitation».

Débat de juristes

La clé du problème réside dans l'interprétation du règlement du parlement catalan. Le parti socialiste catalan, anti-indépendance, a demandé aux juristes de la chambre régionale de se prononcer sur la question.

Selon le journal catalan La Vanguardia, ces juristes sont unanimes à «soutenir que l'investiture du président de la Generalitat (exécutif catalan) doit se faire en sa présence».

«Pour le moment, il n'y a aucun rapport des juristes», a rétorqué Elsa Artadi, affirmant qu'il reviendrait au prochain président régional d'interpréter ce règlement, qui stipule que le candidat doit «présenter son programme de gouvernement en séance plénière».

Refus

La première session du parlement est prévue pour le 17 janvier, avant la session d'investiture, qui pourrait avoir lieu le «29, 30 ou 31 janvier», selon le porte-parile de JxCat. Il n'est toujours pas certain que tous les députés pourront voter, certains se trouvant à Bruxelles et d'autres en prison.

Vendredi, un juge de la Cour suprême a refusé aux trois députés élus actuellement en détention provisoire le droit de participer à la session inaugurale du 17 janvier. Ils pourront néanmoins déléguer leurs votes à d'autres élus, selon la décision du juge.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • what le 12.01.2018 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    inversons

    ben il suffit que le parlement se déplace en Belgique !

  • Soon le 12.01.2018 19:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gouvernement fantôme en exil

    M. Puigdemont sest mis lui-même dans cette situation. Ses exigences sont inacceptables, lorsquon sait que lex-vice président Junqueras sest rendu à la justice et a passé les Fêtes de Noël en prison en mangeant ses 12 raisins de la colère le 31 décembre, ce nest pas fair-play. Lhonorable président comme lappellent ses supporters a lui passé les Fêtes en compagnie de sa femme roumaine et surtout de son ami Miquel Casals, un ex-membre de Tierra Lliure, une bande armée des années 80 et 90 pour la libération de la Catalogne. Très honorable tout ceci.Il est grand temps de rentrer et dassumer

  • Ixe Ixelle le 12.01.2018 20:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vraiment portnawak

    Ben voyons, ils ne sont plus à une violation de la constitution près ! O. Junqueras, même si c'est un personnage que j'abhorre et que je met dans le même panier que Puigdemont et autres comparses, à au moins eu "los cojones" d'affronter la justice, lui.

Les derniers commentaires

  • Sam HourA le 12.01.2018 23:34 Report dénoncer ce commentaire

    La constitution

    Le premier respect dans une démocratie c'est de respecter la constitution!

  • Romanesque le 12.01.2018 22:45 Report dénoncer ce commentaire

    Stop dictature

    Toutes les dictatures ont une fin, il en sera de même pour celle du nostalgique Rajoy qui est tout simplement la honte de l'Europe occidentale.

    • Ixe Ixelle le 13.01.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

      Redescendez un peu sur terre

      Mais vous parlez d'eux quoi là ? Vous êtes devriez vivre sous une dictature pour vous apprendre à écrire de la pareilles c.......s! La Catalogne est la communauté autonome rn Espagne qui a la plus large autonomie, son propre parlement, sa propre police, son propre programme d'éducation sans que l'oppresseur espagnol me soit jamais venu y fourrer son nez. Cela a permis a ses dirigeants de préparer, pendant plus de 3 décennies, un programme d'endoctrinement de la population. Même les médias, ouvertement et outrageusement pro-césessionnistes sont payés par les deniers de l'état oppresseur.

    • realbol................... le 14.01.2018 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Romanesque

      La perssone qui écrit se commentaire ! et juste un cobarde comme Puigdemont allors vau mieux la fermé et laissé travaillé les gents compétents Messieur Ragoy fait très bien sont travaille .... arête cette bande dès lâchés des catalans ...........

  • CP le 12.01.2018 22:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne viendra pas, allez jusqu'à lui

    L'idéal serait que les indépendantistes s'installent en Belgique ou ailleurs. Si non, Il y a beaucoup d'îles désertes où ils pourraient vivre. Bon, ils seraient capables de reprocher aux poissons de les accabler.

  • da. s. le 12.01.2018 21:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Indépendance, seule issue

    La tyrannie castillane n'a que trop duré. Vive la Catalogne libre.

    • Ixe Ixelle le 13.01.2018 12:15 Report dénoncer ce commentaire

      Nvelle communauté autonome, la solution

      La tyrannie catalane n'a que trop duré. Visca Tabarnia lliure !

    • vive lespange le 14.01.2018 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @da. s.

      vive l'Espagne les catalans sont très racistes et souvage ....

  • robert le 12.01.2018 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....

    Le Knie recrute et fait venir ses clown plus facilement....lol Moi qui ai fréquenté des catalans...sétieux et compétents....ils sont devenus depuis quelques temps la risée de l'Europe