Fusillade au Texas

06 novembre 2017 15:55; Act: 07.11.2017 07:04 Print

Le tueur n'aurait pas dû pouvoir avoir une arme

Les ex-beaux-parents du tueur fréquentaient l'église où l'homme a ouvert le feu. Ce dernier n'avait pas été inscrit au registre des criminels.

Voir le diaporama en grand »
Un drame s'est produit à Sutherland Springs, au Texas. (Dimanche 5 novembre 2017) Un homme a fait irruption dans l'église et visé les fidèles. (Dimanche 5 novembre 2017) Un homme a fait irruption dans l'église et visé les fidèles. (Dimanche 5 novembre 2017) Le bilan est d'au moins 26 morts et 20 blessés. (Dimanche 5 novembre 2017) La police s'est immédiatement rendue sur place. (Dimanche 5 novembre 2017) Le tireur était armé d'un fusil d'assaut et portait un gilet pare-balles. Il s'agit d'un «jeune homme blanc âgé d'une vingtaine d'années», «tout de noir vêtu». (Dimanche 5 novembre 2017) Le tireur a réussi à prendre la fuite avant d'être retrouvé mort dans son véhicule, sans que l'on sache s'il s'est suicidé ou si quelqu'un lui a tiré dessus. (Dimanche 5 novembre 2017) Donald Trump a indiqué qu'il surveillait la situation depuis le Japon. (Dimanche 5 novembre 2017) Le sénateur du Texas Ted Cruz a aussi adressé ses «prières» aux victimes et remercié sur Twitter les «courageux premiers secours». (Dimanche 5 novembre 2017) Selon les médias, une cinquantaine de personnes assistent au service religieux en général. (Dimanche 5 novembre 2017) Le bilan pourrait s'alourdir. (Dimanche 5 novembre 2017) Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans. (Dimanche 5 novembre 2017) La scène du crime à Sutherland Springs au Texas a été bouclée par les enquêteurs. (Dimanche 5 novembre 2017) Une veillée en hommage aux victimes a été observée quelques heures après la fusillade qui a fait 26 morts dans une église texane. (Dimanche 5 novembre 2017) La police pense que l'auteur de la fusillade s'est suicidé. (Lundi 6 novembre 2017) Les riverains sont sous le choc. (Lundi 6 novembre 2017) L'ex-caporal auteur de la fusillade la plus meurtrière du Texas avait été renvoyé de l'US Air Force pour des violences conjugales. (Lundi 6 novembre 2017) Veillée en hommage aux victimes. (Lundi 6 novembre 2017) Devin Patrick Kelley, jugé pour violences conjugales, n'aurait pas dû pouvoir acquérir d'armes mais l'US Air Force n'avait pas informé le FBI de la condamnation du tireur. (Lundi 6 novembre 2017) Devin Kelley avait été interné dans une clinique psychiatrique alors qu'il était militaire après avoir menacé de tuer ses supérieurs, ont indiqué mardi des médias américains. (Mardi 7 novembre 2017) Malgré le massacre, les Texans veulent garder leur arme à la ceinture. (Mardi 7 novembre 2017) Les autorités locale ont publié la liste des 26 morts dans la pire tuerie de l'histoire du Texas. Huit enfants en font partie, dont un bébé «à naître». (Mercredi 8 novembre 2017) Le vice-président américain Mike Pence s'est rendu au chevet des familles des victimes de la tuerie dans une église du Texas. (Mercredi 8 novembre 2017) Le pasteur de l'église de la fusillade au Texas souhaite que le bâtiment soit remplacé par un monument en hommage aux morts. (Jeudi 9 novembre 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Devin Patrick Kelley, jugé pour violences conjugales, n'aurait pas dû pouvoir acquérir d'armes mais l'US Air Force n'avait pas informé le FBI de la condamnation du tireur qui selon le bilan officiel a ôté la vie à 26 personnes, dont un bébé à naître, dans une église du Texas dimanche. «Le délit de violence conjugale de Kelley n'a pas été inscrit au registre du Centre national d'information criminelle (NCIC)», a indiqué lundi soir l'armée de l'air américaine, en précisant avoir ouvert une enquête.

L'ex-caporal, jugé dans une cour martiale en 2012 pour violences contre son épouse et l'enfant de cette dernière, avait été condamné à 12 mois de détention avant d'être dégradé au rang de simple soldat et d'être chassé de l'armée. Le Pentagone est normalement tenu de communiquer au FBI toute condamnation par une cour martiale, pour son inclusion dans les registres du NCIC. Selon la loi fédérale, l'ancien caporal reconverti en agent de sécurité n'avait donc pas le droit d'acheter ou de posséder une arme à feu, a rappelé l'armée de l'air américaine.

Dimanche, armé d'un fusil semi-automatique AR-15, il a choisi la First Baptist Church de Sutherland Springs, petite bourgade texane à l'est de San Antonio, pour perpétrer l'une des pires fusillades de l'histoire contemporaine des Etats-Unis. Son geste reste encore inexpliqué. «Il y avait un différend dans cette famille», a toutefois avancé lundi Freeman Martin, un responsable des forces de l'ordre du Texas, expliquant que la belle-mère de Devin Patrick Kelley fréquentait cette église. Selon CNN, qui cite plusieurs amis de la famille, la grand-mère de la femme du tireur a été abattue dans l'église aux murs blancs typique de cette région.

«Du sang partout»

L'équipée sanglante de Devin Patrick Kelley a débuté vers 11h20, pendant l'office religieux du dimanche, lorsqu'il est entré dans le lieu de culte tout de noir vêtu, protégé par un gilet pare-balles et armé d'un AR-15. Selon les forces de l'ordre texanes, 15 chargeurs d'une capacité de 30 balles chacun ont été retrouvés, vides, sur les lieux du crime.

Le tueur, connu pour ses positions farouchement anti-religieuses et athées, a notamment abattu un bébé de 18 mois, un garçonnet de deux ans ou encore une personne âgée de 77 ans. Il a également blessé 20 personnes. Dix d'entre elles se trouvaient encore à l'hôpital dans un état grave ou critique, lundi soir.

Un voisin, armé du même fusil AR-15, s'est ensuite opposé au tireur avant que ce dernier prenne la fuite à bord de son SUV blanc, laissant son arme derrière lui. S'en est suivie une course-poursuite d'une dizaine de minutes, le voisin en question, Stephen Willeford, ayant demandé au chauffeur d'un pick-up qui faisait le plein à proximité de prendre en chasse le véhicule du tueur.

Déjà blessé au bras et au torse, Devin Patrick Kelley a appelé son père pour lui dire qu'il «n'allait pas s'en sortir». Après avoir eu un accident avec sa voiture, il a alors retourné son arme contre lui, dans ce qui s'apparente à un suicide.

David Casillas, un riverain de 55 ans, est arrivé devant l'église peu après la fusillade. «Il y avait encore des paroissiens qui sortaient de l'église, avec du sang partout sur eux», a-t-il raconté à l'AFP. «Tout le monde était choqué, personne ne parlait. Ils se tenaient la tête et essayaient de comprendre ce qui s'était passé.»

«Pas une question d'armes»

Parmi les 26 morts figurent notamment huit personnes d'une même famille, dont une femme enceinte de cinq mois (dont l'enfant à naître est comptabilisé dans les 26 victimes) et trois de ses enfants. La fille du pasteur de l'église, âgée de 14 ans, a également été tuée. «Un enfant spécial, absolument magnifique», a déclaré le pasteur, Frank Pomeroy, lunettes noires sur les yeux, peinant à retenir son émotion.

La tuerie, la pire dans l'histoire du Texas, n'a en tout cas que timidement relancé l'éternel débat américain sur la régulation de la circulation des armes à feu, que le président Donald Trump a voulu tuer dans l'oeuf. «La santé mentale est le problème ici (...). Ce n'est pas une question liée aux armes», a-t-il déclaré à l'occasion d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo, dénonçant une fusillade «terrifiante» et un «acte diabolique».

Devin Patrick Kelley vivait en périphérie de San Antonio, une des grandes villes du Texas. Chaque année, plus de 33'000 décès liés aux armes à feu sont recensés aux Etats-Unis --dont 22'000 suicides--, selon une récente étude. Le débat sur la réglementation des armes, particulièrement conciliante, est relancé à chaque fusillade. Mais peu de mesures concrètes ont été prises pour tenter d'endiguer ce phénomène, principalement en raison du poids de la National rifle association (NRA), le puissant lobby des armes.

/HyayLH67hY">pic.twitter.com/HyayLH67hY

– AFP USA (@AFPusa) 5 novembre 2017

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Boris G le 07.11.2017 07:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Make america great again

    Les américains ont tué plus daméricains aux usa que les terroristes de lEI dans les 10 dernières années, cest ça le plus grave...

  • Pitch999 le 07.11.2017 07:20 Report dénoncer ce commentaire

    Et après ?

    Je vais être dure, mais y va se passer quoi ? Pendant quelques jours tout le monde va priver et se donner la main et se poser la question : pourquoi ? Et ensuite ? Toutes les propositions de cadrer les armes, rien que le fait de posséder des armes de guerre ou automatique vont être balayées sur la sacro-sainte liberté des citoyens (loby en claire)... et c'est pas l'autre président qui va vouloir y changer quelque chose, car si il est maintenant président, c'est entre autre grâce à ce loby...

  • Jules Brodard le 07.11.2017 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le pire: maintenant c'est trop tard

    Il y a une telle quantité astronomique d'armes en circulation aux Etats-Unis que de toute manière, même si par miracle une réglementation (un poil) plus restrictive était adoptée, il resterait très facile de s'en procurer ... Cette situation est tragique et génère nombre de crises comme celles à laquelle on vient d'assister, mais il faut savoir qu'il y a quelque 400 tueries par an aux States, soit plus d'une par jour, évidemment pas toutes aussi dramatiques. mais quand même....

Les derniers commentaires

  • Helvetikos le 09.11.2017 00:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Interdiction des armes automatiques

    Un homme sain desprit et libre nest pas un danger sil possède un pistolet pour se défendre en cas dattaque à sa vie. Par contre, les armes dattaque, des fusils automatiques, grenades ou autres devraient vraiment être strictement réservé à larmée

  • Carmen le 07.11.2017 23:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    liberté

    Que se soit la religion, la drogue, le sexe, le pétrole, tout est une arme, où une bombe. Pour la société d'aujourd'hui c est trop tard....on a bcp trop des tarés en liberté.

    • Saintes écritures le 08.11.2017 10:12 Report dénoncer ce commentaire

      A Carmen

      Faux Carmen la religion n'est PAS une arme, c'est l'homme qui s'en sert comme arme et qui l'a déviée. Lis la bible, tu seras étonnée.

  • Joe Black le 07.11.2017 19:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Facile après coup

    Facile après coup de lancer ce genre dallégations! Ce salaud aurait dû être neutralisé avant quil puisse passer à lacte! Pareil pour Tariq, il naurait pas dû avoir une érection en présence dadolescentes, ni avec des femmes non consentantes!

  • Moro Bobos le 07.11.2017 14:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La même chanson.

    On peut se lancer dans une diatribe enflammée sur le mode: "Faut interdire les armes!". Ça vient toujours après les bougies et les discours... Malheureusement, il y a un petit hic. Je vais vous dire un secret, là, tout à fait entre nous: les criminels, terroristes et psychopathes ne respectent PAS les lois. Interdire les armes? Certes, mais il est également interdit de tuer et massacrer, je crois? Et pourtant... Si on veut faire du mal, on y arrivera toujours; après les récents attentats a-t-on parlé d'interdire les véhicules à moteur, l'arme utilisée par bien des tueurs? Pourtant, d'après la logique du "Yakafokon!", on aurait dû. Alors? Les armes viennent en bout de course, ce sont les outils. S'attaquer aux outils sans s'attaquer aux raisons et aux motivations rassure peut-être le populo, mais ça ne sert absolument à rien. Dans un phénomène de société, c'est toute la société, donc tout le monde, qui a sa part de responsabilité. La technique du bouc émissaire n'a jamais fonctionné, elle empêche juste les remises en question.

    • PiccoBello le 07.11.2017 15:33 Report dénoncer ce commentaire

      @Moro Bobos

      un petit secret ....aussi. Si les tarés, les forcenés, les dépressifs n'avaient pas eu d'armes sous la main personne ne serait mort ..PERSONNE. Mais bon visiblement c'est trop compliqué à comprendre.. et c'est pourtant tellement logique. C'est pareille, si les bombes n'existaient pas, il n'y aurait pas eu de guerre nucléaire... et comme nous sommes de plus en plus dans un monde d'irresponsable, un monde dépravé, perturbé et bien oui, il faut interdire les armes. Pour guérir une maladie, il faut détruire le virus, pas le multiplier. Alors vos raisonnement POUR le port d'arme est incohérent

    • John Muller le 07.11.2017 17:32 Report dénoncer ce commentaire

      Manque de logique

      @PiccoBello : Si ils n'avaient pas d'armes sous la main ??? Mais vous vous rendez compte que tout peut être utilisé comme une arme ? Si ils n'avaient pas de flingues, ils utiliseraient des couteaux, des bombes, des camions, etc...

    • vous parlez logique vous ? le 07.11.2017 19:28 Report dénoncer ce commentaire

      @John Muller

      Mais oui John Figurez vous que dans la dernière tuerie, il ny aurait pas eu autant de mort s'il avait dû lancer d'une fenêtre de l'immeuble d'en face des couteaux....! question logique vous n'en avez aucune John Muller

    • David le 07.11.2017 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Muller

      Vous avez des exemples de tueries au couteau avec plus de 20 morts pour un seul assassins ? Une arme à feu dans les mains d'un cinglé fait souvent plus de victimes q'un couteau ou un sabre.

  • Mad Dog le 07.11.2017 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    AR-15 le trop bien connu.

    Je vous déconseille le film "rampage" sur lequel je suis tombé une nuit après le boulot. Logo rouge, une vraie horreur, mais l'histoire d'un gros frustré qui fait un carton dans son bled paumé à grand coup d'AR-15. Ca pourrait en inspirer à passer à l'acte. Les USA devraient utiliser leurs puissants services de renseignements à chasser le détraqué et lui retirer ses armes en améliorant au passage la synergie de leurs administrations (pénitentiaire, armées, psychiatres etc). Triste époque.