Mexique

26 janvier 2018 08:15; Act: 26.01.2018 08:15 Print

Les narcotrafiquants font main basse sur le pétrole

Les cartels de la drogue se diversifient: ils ont trouvé une nouvelle source de revenus pour s’enrichir.

storybild

Le business de lor noir, moins risqué, attire les convoitises. afp (Photo: AFP/Paul J. Richards)

Sur ce sujet
Une faute?

Ils n’hésitent pas à attaquer des camions-citernes, perforer des oléoducs ou creuser des puits clandestins. Au Mexique, les cartels de la drogue ont trouvé une nouvelle manne financière: le pétrole. Des ouvriers travaillant dans des raffineries appartenant à Pemex, compagnie pétrolière nationale, ont confié avoir été kidnappés ou battus par des narcotrafiquants désireux de les corrompre ou de leur extorquer des informations. «Ce business est plus profitable que le trafic de drogue, car il implique moins de risques. Ils n’ont pas besoin de franchir la frontière pour trouver un marché», a confié à Reuters la députée Georgina Trujillo.

Même si le phénomène est connu, il prend une ampleur alarmante. A ce jour, les différentes raffineries du pays estiment leur manque à gagner à 5 milliards de dollars. Et l’an dernier, la production est tombée à 700 000 barils par jour, la moitié de celle de 1994...

A Salamanca, comme dans d’autres villes possédant une raffinerie, les «voleurs de carburant» ont infiltré tous les échelons du pouvoir, soudoyant politiciens, juges ou policiers. Au grand dam des habitants, qui vivent dans la peur. «La raffinerie, et Pemex en général, n’est plus une bénédiction pour nous», soupire l’un d’eux.

(pga)