Viol collectif en Inde

03 janvier 2013 12:18; Act: 03.01.2013 15:57 Print

Les suspects du viol de l'étudiante inculpés

Les cinq hommes soupçonnés d'avoir agressé sexuellement une étudiante à New Delhi ont été formellement inculpés par la police jeudi. Ils risquent la peine de mort.

Voir le diaporama en grand »
11.07 Le verdict du procès du seul mineur accusé de viol d'une Indienne, décédée de ses blessures, ne sera connu que le 25 juillet. Ici, une sculpture sur sable pour rendre hommage aux victimes de viol dans le pays. 11.03 Le principal accusé du viol collectif et du meurtre d'une étudiante en Inde s'est suicidé par pendaison dans sa prison de New Delhi. 28.02 Un tribunal pour mineurs a formellement poursuivi pour meurtre un ado de 17 ans accusé d'avoir participé au viol collectif de l'étudiante dans un autobus à New Delhi en décembre. 16.02 Une petite fille de six ans, victime d'un rapt à New Dehli, a été retrouvée abandonnée sur une route. Ses agresseurs l'avait auparavant violée. 05.02 Le petit ami de la jeune femme a identifié le bus où l'agression s'était produite. 03.02 Le président indien Pranab Mukherjee a appouvé dimanche un durcissement des peines pour les violeurs, qui pourraient inclure la peine de mort, après le décès d'une étudiante, victime en décembre d'un viol collectif qui avait suscité une vaste indignation. 25.01 Le parti à la tête de la municipalité de Bombay a distribué 21'000 couteaux et de la poudre de piment lacrymogène aux habitants pour se défendre contre d'éventuelles agressions sexuelles 11.01 Un chauffeur indien soupçonné d'avoir participé dans son autobus au viol collectif d'une étudiante, décédée des suites de l'agression, était apparu en 2010 à une émission de téléréalité au cours de laquelle son ancien employé l'accusait de conduite en état d'ivresse. 10.01 La police est accusée d'avoir soutiré les aveux des suspects par la force. 08.01 Des déclarations d'un gourou provoquent un tollé. 07.01 Cinq des six auteurs présumés du viol de l'étudiante ont été présentés lundi devant un tribunal de New Delhi 07.01 Deux des prévenus ont déposé samedi une demande pour obtenir le statut d'informateur contre les autres accusés 06.01 Le père de la jeune étudiante indienne décédée des suites d'un viol en réunion à New Delhi dit vouloir que le nom de sa fille soit rendu public. Il souhaite aider les autres victimes d'agressions. 05.01Une jeune fille de 25 ans se trouve dans un état critique après avoir sauté d'un train en marche pour échapper à un homme qui tentait de l'agresser sexuellement. 05.01 Le copain de l'étudiante violée s'est exprimé pour la première fois depuis l'agression survenue le 16 décembre dernier. 04.01 Des centaines de joueurs de guitare ont interprété la chanson du leader des Beatles en hommage à la jeune étudiante morte à la suite d'un viol collectif sans un bus à New Delhi. 03.01 Le père de la jeune étudiante indienne décédée des suites d'un viol collectif à New Delhi souhaite que les auteurs de l'agression soient condamnés à la pendaison. 02.01 Des avocats rattachés au tribunal qui doit juger les accusés du viol d'une étudiante, décédée des suites de l'agression, ont annoncé qu'ils refuseraient de défendre les six suspects. 02.01 Les violeurs d'une jeune étudiante dans un bus de New Delhi, décédée samedi, ont tenté de l'écraser après l'agression, a rapporté mercredi la presse, citant un accablant rapport de police. 31.12 A l'image de la population indienne, la famille de l'étudiante indienne décédée des suites de son viol et de son agression par six hommes le 16 décembre à New Delhi veut voir les coupables pendus. 30.12 La cérémonie de crémation de l'étudiante victime d'un viol collectif mi-décembre en Inde s'est tenue dimanche à New Delhi. Figure emblématique des violences faites aux femmes en toute impunité dans ce pays, la victime devait se marier prochainement. La dépouille meurtrie de celle qui a été surnommée «Amanat», «trésor» en ourdou, a été brûlée sur un bûcher funéraire, conformément à la tradition hindoue, en présence de sa famille et de responsables politiques. 30.12 L'étudiante a été incinérée dimanche sous la surveillance de la police. 29.12 La dépouille de l'étudiante indienne morte dans un hôpital de Singapour où elle était soignée pour des blessures à la suite d'un viol collectif à New Delhi... ... a été embarquée dans la nuit de samedi à dimanche à bord d'un avion pour être transférée dans la capitale indienne, a annoncé un diplomate. 28.12 L'étudiante victime d'un viol collectif la semaine dernière dans un bus en Inde et qui était soignée dans un hôpital de Singapour est décédée vendredi des suites de ses blessures. 28.12 L'état de l'étudiante victime d'un viol collectif «s'est gravement détérioré», a annoncé vendredi l'hôpital de Singapour où est soignée la jeune femme. 28.12 Létudiante victime du viol collectif en Inde «lutte contre la mort» au Mount Elizabeth Hospital de Singapour, où elle avait été transférée la veille de New Delhi, dans un état critique. 24.12 24.12 Le Premier ministre indien Manmohan Singh a appelé au calme et promis de tout faire pour assurer la sécurité des femmes après plusieurs jours de manifestations contre le viol collectif d'une étudiante, un fait divers qui secoue l'Inde depuis plus d'une semaine. De grosses manifestations ont éclaté à New Dehli suite au viol d'une étudiante par six hommes. La police a sévèrement réprimé ces rassemblements.

Sur ce sujet
Une faute?

La police a inculpé jeudi les suspects du viol collectif d'une étudiante de 23 ans dans un bus de New Delhi, décédée des suites de l'agression. Les cinq hommes encourent la peine de mort s'ils sont reconnus coupables. «Nous avons inculpé les cinq accusés», a déclaré un policier ayant pris part à l'enquête au juge lors d'une audience devant le Tribunal de Saket, dans le sud de Delhi. Ils ont été inculpés de meurtre, d’enlèvement et de viol.

Les cinq hommes, âgés de 19 à 35 ans et qui encourent la peine de mort s'ils sont jugés coupables par la justice, n'étaient pas présents lorsque les médias ont été autorisés à entrer dans la salle d'audience. Les journalistes n'ont pas été autorisés à écouter la lecture du procès-verbal. La prochaine audience a été fixée à samedi.

Selon la loi indienne, la police doit exposer officiellement les chefs d'inculpation devant la justice et détailler les preuves accumulées contre eux. Violée à plusieurs reprises, agressée sexuellement avec une barre de fer rouillée, la victime de 23 ans a ensuite été jetée hors du véhicule avec son ami alors qu'ils rentraient du cinéma le 16 décembre.

Elle est décédée samedi à Singapour, où elle avait été transférée, souffrant d'importantes lésions à l'intestin et au cerveau. La nature particulièrement ignoble de cette attaque a fait exploser la colère jusque-là contenue en Inde contre les agressions et viols commis en toute impunité dans ce pays.

Six arrestations

Six hommes, dont un mineur, ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête. Les cinq agresseurs majeurs ont été inculpés jeudi. Le meurtre est passible de la peine de mort en Inde et la pendaison est réservée aux «cas les plus rares».

«Le pays tout entier réclame que ces monstres soient pendus. Je suis de leur côté», a déclaré le père de la victime à la presse dans son village, Mandwara Kalan, dans l'Uttar Pradesh.

Débat national

L'agression et le viol collectif, dans un bus, le 16 décembre, de cette étudiante en médecine de 23 ans a suscité une vague d'indignation sans précédent et a ouvert un débat national sur les violences faites aux femmes en Inde, où un viol est signalé aux autorités toutes les vingt minutes en moyenne.

La jeune femme, dont l'identité n'a pas été révélée conformément à la loi, a succombé samedi à ses blessures dans un hôpital de Singapour où elle avait été transférée.

La dernière exécution en Inde remonte à novembre avec la pendaison du seul survivant du commando responsable des attentats de novembre 2008 à Bombay. Il s'agissait de la première exécution capitale depuis 2004 en Inde.

Selon la police, les agresseurs présumés ont reconnu avoir torturé et violé l'étudiante pour lui «infliger une leçon». Lors de l'agression, elle s'est défendue et a mordu trois d'entre eux, dit-on de source policière. Les traces de morsure serviront de preuve contre eux.

Durcir les lois

Des avocats ont manifesté jeudi devant le tribunal où ont comparu les cinq agresseurs présumés, pour réclamer des procédures judiciaires plus rapides.

«Nous voulons que les lois soient modifiées et durcies pour qu'avant même qu'une personne songe à toucher une fille, elle sente un frisson sur sa nuque», a expliqué une avocate, Suman Lata Katiyal.

(ats/afp)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch