Crise migratoire

10 janvier 2018 22:54; Act: 11.01.2018 16:19 Print

Migration: l'Europe du Sud fait front commun

A Rome, les pays veulent mettre en place un régime d'asile européen commun, axant sur la solidarité.

Voir le diaporama en grand »
Un canot pneumatique a fait naufrage en mer Méditerranée. Une centaine de migrants sont portés disparus. (Mardi 9 janvier 2018) Au moins 31 migrants ont trouvé la mort et 200 autres ont été secourus après le naufrage de deux embarcations au large des côtes libyennes. Une quarantaine de personnes sont portées disparues. (Samedi 25 novembre 2017) Lancée en 2015, l'opération européenne Sophia a permis de sauver 42'000 migrants en mer, selon l'amiral Enrico Credendino. En outre,119 passeurs présumés ont été arrêtés. (Image prétexte) (Jeudi 23 novembre 2017) L'île de Lesbos s'est mise à l'arrêt à l'appel de sa municipalité. Elle réclame le transfert en Grèce continentale de milliers des réfugiés qui y sont parqués depuis des mois en application du pacte UE-Turquie. (Lundi 20 novembre 2017) Des gardes-côtes libyens intercepté des dizaines de migrants qui voulaient atteindre l'Italie par bateau. (Samedi 4 novembre 2017 - Image prétexte) Le comité anti-torture (CPT) du Conseil de l'Europe a mené une enquête de terrain en Grèce, et conclu que les conditions de détention des migrants y sont actuellement «inacceptables». (Image prétexte) «Maintenir des gens dans de telles conditions peut être considéré comme un traitement inhumain et dégradant, et (rsiqué) pour la santé publique», a conclu le comité, à l'issue de visites d'une vingtaines de camps et postes de police en Grèce. (Image prétexte) Le comité déplore la surpopulation, le manque d'eau, de soins, de conditions salubres, des risques pour les jeunes et les mineurs et des violences policières. C'est une mauvaise organisation des institutions qui est mise en cause et non le manque de financements, a conclu le comité du Conseil de l'Europe. (Image prétexte) Plus de 100 migrants auraient disparu en mer dans un nouveau naufrage au large de la Libye. (21 septembre 2017) Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a dénoncé la «violence» du mécanisme de quotas obligatoires d'accueil de réfugiés adopté par l'Union européenne, refusant que la Hongrie devienne un «pays d'immigration». (Jeudi 7 septembre 2017) Nombre de migrants déplorent vivre dans des conditions très dures en Libye, souvent enfermés dans des centres de détention. (Photo d'archives) La Cour de justice de l'UE a rejeté mercredi un recours de la Hongrie et de la Slovaquie, appuyé par la Pologne, contre le plan de répartition des réfugiés à travers l'Europe. (Mercredi 6 septembre 2017) L'ONG maltise MOAS (Migrant Offshore Aid Station) suspend ses missions en Méditerranée en raison de la tension accrue avec les autorités italiennes et lybiennes, a-t-elle annoncé le 4 septembre. (Image prétexte) The rising sun is seen over the Aegean Sea from a rescue vessel of the Migrant Offshore Aid Station (MOAS), a Malta-based organisation, aimed to rescue migrants on sea as it patrols between the eastern Greek Island of Agathonisi and Turkish shores, Wednesday, March 2, 2016. Border restrictions further north in the Balkans have left thousands of refugees and other migrants stranded in Greece, unable to seal its lengthy sea border with Turkey. (AP Photo/Lefteris Pitarakis) La Hongrie a annoncé jeudi avoir demandé à Bruxelles de lui rembourser la moitié des 800 millions d'euros que Budapest dit avoir dépensé pour ériger à ses frontières une clôture sécurisée. Cette mesure contre l'immigration illégale avait été contestée. (Jeudi 31 août 2017) Sommet sur la crise migratoire à Paris. Les dirigeants du Tchad et du Niger demandent plus de soutien financier de la part de l'Europe. Pour eux, le problème de l'immigration ne se résoudra que par le développement. (Lundi 28 août 2017) Plusieurs organisations mettent à disposition des dizaine de réfugiés bloqués en Grèce, des livres. En anglais, grec, français, arabe, kurde et farsi, ils sont autant de fenêtres ouvertes sur leur nouvel environnement, leur culture ou leur futur. (Image - 17 août 2017) Agatha Christie, les Mille et une nuits et les dictionnaires illustrés sont très demandés constatent les associations qui ont mis en place un système de bibliothèque pour les réfugiés, en Grèce. (Image - 17 août 2017) Le collectif «Defend Europe» a annoncé la fin de la mission - polémique - du navire C-Star, après moins d'une semaine de patrouille au large de la Libye. (Photo d'archives) La police espagnole a annoncé jeudi avoir démantelé un réseau d'immigration illégale qui transportait des migrants en jet-ski depuis le Maroc à travers le détroit de Gibraltar, pour 5000 euros par personne. (Jeudi 17 août 2017) Quelque 600 migrants, embarqués sur une quinzaine d'embarcations, ont été secourus entre le Maroc et l'Espagne par la Croix-Rouge et la Garde civile espagnole. Un record. (Mercredi 16 août 2017) Des passeurs ont jeté jeudi les passagers clandestins qu'ils transportaient au large du Yémen, faisant au moins cinq morts et 50 disparus. La veille, un drame similaire avait été dénoncé par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). (Photo d'illustration) (Jeudi 10 août 2017) Un passeur de migrants a contraint 120 passagers de son embarcation à se jeter à la mer à l'approche des côtes du Yémen, a déclaré l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Une cinquantaine de jeunes Somaliens et Éthiopiens sont morts noyés. (9 août 2017) La police espagnole et Europol ont démantelé un réseau de passeurs. Ceux-ci faisaient venir clandestinement au Royaume-Uni des citoyens iraniens payant environ 25'000 euros pour entrer avec des passeports falsifiés. (3 août 2017) Dans une lettre au premier ministre italien Paolo Gentiloni (ici à g.), le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (d.), a promis 100 millions d'euros supplémentaires, en plus des 800 millions déjà engagés et une task force européenne. (Image prétexte) Refugees International a qualifié à Athènes de «honteuse» la situation des réfugiés sur les îles de Lesbos, Chios et Samos. (Jeudi 13 juillet 2017) Plus de 3500 migrants ont été secourus ces derniers jours au large de la Libye. Une partie d'entre eux est arrivée mercredi en Italie ou allaient le faire. (Photo: un navire de l'ONG maltaise Moas, qui a secouru une partie des déplacés.) (Mercredi 12 juillet 2017) Frontex et les pays membres de l'UE participant à l'opération Triton ont accepté de modifier celle-ci en faveur de l'Italie, sans aller jusqu'à dire que les migrants recueillis en mer pourront débarquer dans les ports autres qu'italiens. (Mardi 11 juillet 2017) Les arrivées en Espagne ont plus que doublé depuis le début de l'année. En raison notamment de la situation en Libye, de plus en plus de migrants tentent de rejoindre l'Espagne au lieu de l'Ialie, mais ce choix est bien plus dangereux. (Image prétexte) Trente-cinq migrants, dont sept enfants, sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation pneumatique samedi au large de la Libye. (Image d'illustration) Interpellés par l'Italie qui s'alarme des arrivées incessantes et massives de migrants sur ses côtes, les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne réunis à Tallinn vont se pencher sur un «plan d'action» proposé en urgence par la Commission. (Jeudi 6 juillet 2017) 2017 est en passe d'être l'année la plus meurtrière sur les routes migratoires. Selon Amnesty, le taux de décès des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée est trois fois plus élevé qu'en 2015. (Jeudi 6 juillet 2017) L'Autriche s'est dit prête à ériger des barrières à sa frontière avec l'Italie, alors qu'une petite partie des milliers de migrants qui débarquent chaque semaine dans la péninsule continuent de chercher à gagner le nord de l'Europe via le Brenner. (Mardi 4 juillet 2017) Plus de 100'000 migrants et réfugiés sont arrivés depuis janvier en Europe en traversant la Méditerranée, a annoncé mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ce nombre est plus de deux fois inférieur à celui de 2016 à la même période mais près de 85% des migrants ont rejoint l'Italie. (Mardi 4 juillet 2017) Plus de 85'000 se sont rendus en Italie et près de 9300 en Grèce, selon les derniers chiffres publiés par l'OIM. En outre, près de 6500 sont arrivés en Espagne. 2247 sont décédés ou portés disparus. (Mardi 4 juillet 2017) Lundi, en ouverture du sommet de l'Union africaine (UA), le roi du Maroc Mohammed VI (ici lors d'un précédent sommet en janvier 2017) a plaidé pour une «vision africaine commune» à propos de la migration et fera des propositions en ce sens aux pays africains. (Lundi 3 juillet 2017)

Une faute?

Les dirigeants de sept pays du sud de l'Union européenne (UE) se sont efforcés mercredi soir à Rome de faire front commun sur plusieurs enjeux concernant le vieux continent. A commencer par le défi migratoire auquel beaucoup d'entre eux sont confrontés.

Le président français Emmanuel Macron, tout juste arrivé de Chine, a ainsi évoqué devant la presse «la communauté de vues très forte» entre les pays du sud de l'Europe, que ce soit sur l'avenir de l'Union européenne que sur la crise migratoire.

Les chefs d'Etat ou de gouvernement des pays participants (Italie, France, Espagne, Portugal, Grèce, Chypre et Malte) ont affirmé être «fermement attachés à une politique européenne commune des migrations», dans une déclaration commune publiée à l'issue d'une brève réunion qui devait être suivie par un dîner de travail.

Lutte commune

Les pays du sud, dont l'Italie ou la Grèce, déplorent le peu d'empressement de certains de leurs partenaires en Europe, comme la Pologne, la République tchèque ou la Hongrie, à accueillir les migrants qui débarquent sur leurs sols.

«Nous devons lutter tous ensemble pour mettre en place une politique migratoire qui soit commune avec une solidarité surtout envers les pays qui reçoivent ces flux importants», a souligné devant la presse le premier ministre grec Alexis Tsipras.

Régime solidaire exigé

A cet égard, ces sept pays ont réclamé «un effort résolu» en vue de mettre en place un régime d'asile européen commun, reposant sur la «solidarité», sans toutefois évoquer les quotas de relocalisation de migrants que l'UE a cherché à mettre en place, en vain en raison de l'opposition de certains pays d'Europe de l'Est.

Pour l'Italie, l'année 2017 a été celle d'un tournant: le pays est passé d'un flux toujours plus massif au premier semestre aux prémices d'une immigration choisie, au prix d'accords controversés en Libye qui ont limité les arrivées à 119'000, soit 35% de moins qu'en 2016. En Espagne en revanche, des Algériens et des Marocains sont venus grossir les arrivées sur les côtes, passées de 6000 en 2016 à près de 23'000 migrants en 2017.

En Grèce, l'accord entre l'UE et la Turquie a limité le nombre d'arrivées à 28'800 personnes, soit six fois moins qu'en 2016. Parallèlement, le nombre de migrants morts et disparus en mer Méditerranée est passé de près de 5000 en 2016 à 3116 en 2017, pour la plupart au large de la Libye, où le taux de mortalité reste relativement constant, autour de 1 pour 40.

Et ce début d'année est marqué par de nouveaux drames. Entre 90 et 100 migrants sont portés disparus en Méditerranée après le naufrage de leur embarcation de fortune au large de la Libye, a indiqué mardi soir la marine libyenne, se basant sur le récit de survivants.

«Résultats encourageants»

Dans ce contexte, le sud de l'UE continue de plaider pour une meilleure répartition de la charge migratoire au sein de l'Union européenne. Athènes demande ainsi régulièrement d'intégrer les Irakiens et les Afghans dans les procédures de relocalisation.

L'UE a déjà obtenu des «résultats encourageants dans la maîtrise des flux et dans la lutte contre la traite des êtres humains», a déclaré l'hôte de cette réunion, le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni. Ils doivent maintenant «être consolidés», a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a appelé de son côté à «beaucoup mieux gérer les règles de solidarité» au sein de l'UE, en «répondant très rapidement aux incohérences» de la règle de Dublin, qui laisse la responsabilité de l'accueil des migrants au premier pays d'arrivée, au grand dam de l'Italie ou encore de la Grèce.

(nxp/ats)