Armes nucléaires

27 septembre 2016 00:39; Act: 27.09.2016 06:45 Print

Le ministre de la Défense US anxieux face à Moscou

Il y aurait plus de danger que pendant la Guerre Froide, estime le Pentagone.

storybild

Le secrétaire à la Défense Ashton Carter, à gauche, à Washington le 22 septembre 2016.

Une faute?

La Russie de Vladimir Poutine est à certains égards plus inquiétante que l'Union soviétique d'hier en ce qui concerne l'emploi de l'arme nucléaire, a déclaré lundi le secrétaire à la Défense Ashton Carter.

Lors d'une visite à la base de missiles nucléaires intercontinentaux de Minot, dans le Dakota du Nord, le chef du Pentagone a critiqué la «gesticulation nucléaire» de la Russie d'aujourd'hui, et ses investissements dans «de nouvelles armes nucléaires».

Il est possible de se demander si les dirigeants russes d'aujourd'hui ont gardé «la grande retenue qu'avaient les dirigeants de l'époque de la Guerre froide, quand il s'agissait de brandir leurs armes nucléaires», a-t-il déclaré.

Poutine «prêt»

Aujourd'hui, a-t-il affirmé, «l'utilisation la plus probable de l'arme nucléaire n'est plus la guerre totale» envisagée pendant la Guerre froide, que les grandes puissances se sont bien gardées de déclencher.

Elle est plutôt une attaque «terrible et sans précédent, par exemple par la Russie ou la Corée du Nord, pour essayer de forcer un adversaire supérieur sur le plan conventionnel à abandonner l'un de ses alliés» pendant une crise, a déclaré le secrétaire à la Défense.

Après l'annexion de la Crimée, Vladimir Poutine a publiquement déclaré qu'il avait été prêt à sortir l'arme nucléaire pendant les opérations.

Les stratèges occidentaux s'inquiètent aussi des projets de Moscou en matière de missiles à courte et moyenne portée.

Violation du traité FNI

Moscou est soupçonné d'avoir testé un missile de croisière en violation du traité FNI de 1987 qui interdit les armes nucléaires de portée intermédiaire en Europe.

Le secrétaire à la Défense a été en revanche beaucoup plus positif sur le comportement de la Chine, qu'il ne se prive pourtant pas d'étriller dans d'autres domaines.

«La Chine se comporte professionnellement dans le domaine nucléaire, malgré la croissance de son arsenal nucléaire, tant en quantité qu'en qualité», a déclaré le chef du Pentagone.

Après des années passées à vivre sur leur acquis, les Etats-Unis se préparent à investir massivement dans le renouvellement de leurs armes nucléaires pour les prochaines décennies.

Coût astronomique

Malgré le coût astronomique de ces efforts - dépassant le millier de milliards, selon certaines estimations - les Etats-Unis prévoient ainsi de renouveler leurs 400 missiles intercontinentaux Minuteman III.

Ils prévoient aussi de se doter d'un nouveau missile de croisière à long rayon d'action, de nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, et de moderniser leurs bombes nucléaires B-61.

«Nous commençons maintenant à corriger des décennies de sous-investissement dans la dissuasion nucléaire», a indiqué Ashton Carter.

(nxp/afp)