Israël

14 février 2018 10:45; Act: 14.02.2018 11:25 Print

Netanyahu serein face aux accusations de corruption

Face aux accusations de corruption, Benjamin Netanyahu a fait part de l'intention de son gouvernement d'aller jusqu'au bout de son mandat.

storybild

Benjamin Netanyahu se déclare confiant malgré les accusations de corruption. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je peux vous rassurer: la coalition est stable et ni moi ni personne n'avons de projet d'élections (anticipées). Nous allons continuer à travailler ensemble pour le bien de nos citoyens israéliens jusqu'à la fin du mandat», prévue en 2019, a dit M. Netanyahu dans un discours à Tel-Aviv.

La veille, la police avait recommandé son inculpation pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux affaires. Les conclusions de la police mettent en question le maintien au gouvernement de M. Netanyahu, au pouvoir depuis bientôt 12 ans au total, et notamment l'attitude de ses partenaires de coalition. Ces derniers n'ont signalé jusqu'alors aucune intention de se désolidariser. Le rapport de la police est «aussi plein de trous qu'un fromage suisse», a dit M. Netanyahu.

Il s'en est durement pris à son ancien ministre des Finances Yaïr Lapid, présenté comme un témoin clé dans l'une des affaires, «alors qu'il a promis de me faire tomber à n'importe quel prix». M. Lapid apparaît dans les sondages comme un des principaux concurrents de M. Netanyahu en cas d'élections.

Critique d'un ministre Par ailleurs, un ministre clé du cabinet de Netanyahu a critiqué mercredi le Premier ministre israélien, mais indiqué qu'il restait au sein de la coalition jusqu'à ce que le procureur général décide ou non d'inculper le chef du gouvernement. «Accepter sur une période prolongée des cadeaux représentant de grosses sommes, ce n'est pas être à la hauteur des standards» d'une personnalité censée donner l'exemple, a dit dans un discours à Tel-Aviv le ministre de l'Education Naftali Bennett, chef du parti Foyer juif, l'un des piliers de la coalition gouvernementale. Mais «nous sommes dans un Etat de droit, et le Premier ministre reste présumé innocent. C'est pourquoi j'ai décidé d'attendre», a-t-il ajouté.

(nxp/afp)