Italie

27 juin 2009 11:43; Act: 27.06.2009 11:49 Print

Neuf ex-SS condamnés à perpétuité

Neuf anciens SS allemands, âgés de 84 à 90 ans, ont été condamnés à perpétuité par contumace dans la nuit de vendredi à samedi par le tribunal militaire de Rome.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils étaient jugés pour le massacre de 350 civils en août 1944 dans des villages de Toscane.

Onze anciens nazis comparaissaient pour ces massacres. Mais l'un d'entre eux, Max Roithmeier, ex-sergent SS, est décédé au cours du procès, et un second, Walter Waage, a été acquitté par la cour.

Les neuf autres hommes ont été condamnés à perpétuité pour avoir «participé à des violences et homicides» ayant causé la mort «d'environ 350 citoyens italiens parmi lesquels de nombreuses femmes, des personnes âgées et des enfants, désarmés», et pour avoir «agi avec cruauté et préméditation», selon les rendus du tribunal militaire cités par l'agence de presse ANSA.

L'Allemagne a également été condamnée en tant que «responsable civile» et devra verser une première indemnisation de 1,25 million d'euros à des familles de victimes.

«Une page terrible»

«Cette sentence rend finalement justice à ceux qui subirent directement les atrocités du nazisme», a commenté le président de la région Toscane Claudio Martini, parlant d'»une page terrible de l'Histoire. Même si 65 ans sont passés, nous ne devons pas oublier ce qui est arrivé».

Environ 350 habitants des villages ou hameaux toscans de Bardine di San Terezo, Tendola et Valla, dans la commune de Fivizzano, avaient été massacrés les 19 et 27 août 1944. A Bardine di San Terezo, 53 hommes avaient été fusillés et les corps exposés avec une pancarte affirmant: «Voici la fin réservée à ceux qui aident les partisans».

L'enquête avait pu être rouverte après la découverte en 1994 dans une armoire - baptisée l'»armoire de la honte» - de 695 livrets militaires de soldats allemands susceptibles d'être poursuivis pour les crimes de guerre commis au cours de la retraite des troupes nazies en 1944 de Toscane et d'Emilie-Romagne.

Les poursuites ont été confiées au tribunal militaire de La Spezia avant d'être transférées récemment au tribunal militaire de Rome.

(ats)