Parlement européen

14 novembre 2017 19:22; Act: 15.11.2017 09:04 Print

Strasbourg rend hommage à la journaliste tuée

Daphne Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre à Malte, aura une salle à son nom au Parlement européen.

Voir le diaporama en grand »
Malte enterre sa journaliste assassinée ce vendredi. Tous les drapeaux sont en berne partout dans l'île. (3 novembre 2017) Les Maltais sont descendus dans la rue pour protester contre la mort de la journaliste Galizia. (Dimanche 22 octobre 2017) (Dimanche 22 octobre 2017) (Dimanche 22 octobre 2017) (Dimanche 22 octobre 2017) Thousands gather at a national rally to demand justice for murdered Maltese journalist and anti-corruption blogger Daphne Caruana Galizia in the island's capital Valletta on October 22, 2017. Galizia, 53, a prominent Maltese journalist and blogger who made repeated and detailed corruption allegations against Prime Minister Joseph Muscat's inner circle, was killed by a car bomb on October 16, 2017. / AFP PHOTO / Matthew Mirabelli / Malta OUT Des Maltais vont descendre dans la rue pour protester contre la mort de la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia. (Dimanche 22 octobre 2017) Le gouvernement maltais a promis samedi une récompense d'un million d'euros à quiconque apporterait des informations permettant d'aboutir à l'identification des responsables de l'assassinat à la voiture piégée de la journaliste et blogueuse anti-corruption Daphne Caruana Galizia. (Samedi 21 octobre 2017) Joseph Muscat: «Il est impensable dans un pays comme Malte de mourir pour son travail, dans le cas de Mme Caruana Galizia pour ce qu'elle a écrit». (18 octobre 2017) Des milliers de personnes se sont spontanément rassemblées lundi soir dans la localité maltaise de Sliema pour rendre hommage à la journaliste assassinée. (16 octobre 2017) (16 octobre 2017) (16 octobre 2017) (16 octobre 2017) Daphne Caruana Galizia, une blogueuse maltaise à l'origine d'accusations qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, a été assassinée lundi. (image non datée) Une puissante explosion a détruit la voiture dans laquelle elle circulait près de son domicile à Bidnija, dans le nord de l'île. (16 octobre 2017) La carcasse calcinée du véhicule a été propulsée dans un champ voisin. (16 octobre 2017) (16 octobre 2017) (16 octobre 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

La salle où sont organisées les principales conférences de presse au sein du Parlement européen à Strasbourg a été baptisée mardi du nom de Daphne Caruana Galizia, en hommage à la journaliste et blogueuse anticorruption maltaise, assassinée le 16 octobre.

«Chaque fois qu'il y aura une conférence de presse dans cette salle, ceux qui écouteront et ceux qui prendront la parole se souviendront que cette salle veut dire: nous ne baissons pas la garde face à ce qui s'est passé à Malte », a déclaré le président du Parlement, Antonio Tajani, qui s'exprimait devant un portrait de la blogueuse, en présence de plusieurs centaines de journalistes et d'élus, et de la famille de la journaliste.

«Nous continuons à demander une enquête internationale», a ajouté M. Tajani, soulignant que «le sacrifice de cette femme ne doit pas être vain».

Parfois qualifiée de «WikiLeaks à elle toute seule», Daphne Caruana Galizia, 53 ans, avait révélé certains des pans les plus sombres de la politique maltaise, s'en prenant avec virulence au Premier ministre travailliste, Joseph Muscat, et plus récemment aussi au chef de l'opposition.

Après sa mort, ses fils ont réclamé la démission de M. Muscat, l'accusant de s'être entouré d'escrocs et d'avoir créé une culture d'impunité ayant transformé Malte en «île mafia».

Fils intimidés, chien égorgé

Le nom de la journaliste, dont la voiture a été piégée avec une bombe, est désormais synonyme de «liberté de la presse et de courage», a dit mardi à Strasbourg le secrétaire général de l'ONG Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire.

Le mari de la blogueuse, Peter, et ses trois fils Matthew, Andrew et Paul - tous présents mardi à Strasbourg - doivent encore faire face à 36 plaintes en diffamation intentées contre leur épouse et mère, et qui n'ont pas été retirées malgré son décès.

«Mes fils ont été intimidés, notre chien a été égorgé», et au final Daphne a été «exécutée à quelques mètres de la maison où nous avons élevé notre famille», car les «criminels» avaient jusque-là échoué à la «réduire au silence» et ils ne la «supportaient plus», a dit le veuf de la blogueuse.

Peu avant cette cérémonie, les eurodéputés avaient débattu dans l'hémicycle de la situation à Malte, le plus petit Etat de l'Union européenne. «Traduire en justice les responsables (de ce meurtre) doit être la priorité numéro un pour le gouvernement maltais», a affirmé à cette occasion le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.

Inquiétudes quant aux droits fondamentaux

Pour l'élue écologiste française Eva Joly, «le gouvernement maltais doit savoir que le travail d'investigation de Daphne Caruana Galizia ne cessera pas avec son assassinat». «D'autres journalistes le termineront avec le soutien des citoyens européens choqués que de telles horreurs puissent se produire au coeur de l'Union européenne», a ajouté l'ancienne juge d'instruction spécialisée dans les affaires financières.

Le Parlement européen doit voter une résolution mercredi pour demander notamment la création d'un «Prix Daphne Caruana Galizia pour le journalisme d'investigation».

Dans ce texte non-contraignant, les élus expriment par ailleurs «de graves inquiétudes quant à l'Etat de droit, la démocratie et les droits fondamentaux» à Malte et déplorent «qu'il n'y ait eu jusqu'à présent aucune enquête de police à Malte sur les révélations concernant les Panama Papers».

(nxp/afp)