Accusé de viols

14 mars 2018 13:07; Act: 14.03.2018 14:32 Print

Tariq Ramadan: «Je suis totalement innocent»

En novembre dernier, l'islamologue genevois s'était exprimé face caméra sur l'affaire des viols présumés en France, clamant son innocence.

Sur ce sujet
Une faute?

«On m'accuse des pires agissements. On m'accuse de crimes puisqu'il s'agit de viols. Alors ce que j'aimerai commencer par dire ici, c'est que je suis totalement innocent.»

Dans une vidéo datant de mi-novembre et relayée par le MuslimPost ce mercredi, Tariq Ramadan revient sur l'affaire des viols présumés dont il fait l'objet.

L'islamologue genevois y clame son innocence, s'estimant victime d'«un lynchage médiatique». «Je ne vais pas répondre à la vindicte populaire que les médias entretiennent, explique-t-il. Ces choses là ne se discutent pas dans les médias, elles se discutent devant un tribunal, avec des juges et des avocats.»

Dans l'enregistrement, le théologien se dit «profondément confiant» quant à l'évolution des investigations menées à son sujet, faisant face aux accusations avec «sérénité». «Avec le temps de la justice, nous saurons qui a dit la vérité, qui a menti et qui au fond est innocent», déclare-t-il.

«Une aubaine extraordinaire» pour lui nuire

S'il ne pense pas «qu'il s'agisse d'un complot», Tariq Ramadan cite toutefois ses nombreux «ennemis», parmi lesquels Jean-Claude Elfassi et Gilles Kepel, qui ont vu dans cette affaire «une aubaine extraordinaire» pour lui nuire. L'islamologue s'étonne également du manque de vérification de la part des journalistes concernant les témoignages qui l'accablent. «Comme je suis le diable, la parole qui m'accuse est forcément la parole de l'ange, une parole d'évangile», déplore-t-il. Et d'ajouter: «On a voulu donner une image de ma personne qui est celle d'un fou, de quelqu'un de totalement déséquilibré.»

Le théologien dénonce également une islamisation de l'affaire, épinglant notamment Manuel Valls qui l'avait qualifié au micro d'Europe 1 de «soi-disant intellectuel, promoteur de la charia, prédicateur islamique».

Pour conclure son plaidoyer, Ramadan affirme avoir toujours prôné «la défense des femmes, la défense de leurs droits, l'égalité sociale, la lutte contre la violence, contre les mariages forcés et le droit de pouvoir porter plainte quand il y a violence ou harcèlement ou viol.»

Avant d'appeler ses défenseurs au calme: «L'insulte, la menace, le rejet, ça ne doit pas être notre façon de réagir à ceci, il faut apaiser les choses [...] C'est avec de la sagesse, c'est avec de la pondération, c'est avec une vue longue sur les choses que nous réussirons.»

(jza)