Affaire Ramadan

20 février 2018 14:43; Act: 20.02.2018 15:34 Print

L'avocat inconnu qui faisait pression sur des victimes

Un document dévoile les échanges qu'une supposée victime de l'islamologue aurait eu avec l'un de ses avocats. Un représentant dont il apparaît difficile de vérifier l'existence.

Voir le diaporama en grand »
Tariq Ramadan est arrivé au tribunal de Paris pour son premier interrogatoire depuis son incarcération pour viols en février. (Mardi 5 juin 2018) Tariq Ramadan sera entendu par les juges d'instruction. Sa fille Maryam a réitéré sa confiance en lui. (Mardi 5 juin 2018) Mardi, les avocats de Tariq Ramadan ont décidé de demander une nouvelle mise en liberté, selon une information de RTL. (Jeudi 26 avril 2018) L'intellectuel musulman Tariq Ramadan a passé en 2015 un accord avec une Belge d'origine marocaine pour qu'elle cesse ses révélations, en échange de 27'000 euros. (Mercredi 4 avril 2018) Dans l'impossibilité juridique d'ouvrir une enquête administrative sur Tariq Ramadan, la conseillère d'Etat genevoise Anne Emery-Torracinta veut lancer une enquête externe. L'objectif est de faire la lumière sur ce qui s'est passé autour de l'ex-enseignant et au collège de Saussure. (14 mars 2018) A la demande du DIP, dirigée par Anne Emery-Torracinta, le Conseil d'Etat genevois ouvre une analyse indépendante pour faire la lumière sur ce qui s'est passé autour de l'ex-enseignant Tariq Ramadan. (Mercredi 21 mars 2018) L'avocat de Tariq Ramadan a saisi jeudi le Parquet de Paris pour qu'il «rectifie» les «fausses informations» circulant selon lui sur son client, en particulier dans la presse. (Jeudi 15 mars 2018) Une quatrième plainte aux Etats-Unis accable Tariq Ramadan. (8 mars 2018) Une troisième femme a porté plainte pour viols contre Tariq Ramadan. (Mercredi 7 mars 2018) Une nouvelle expertise médicale a été demandée par le juge d'instruction pour vérifier la compatibilité de son état de santé avec sa détention. (Mercredi 28 février 2018) Un mouvement de solidarité en faveur de Tariq Ramadan s'est développé. Des voix s'élèvent estimant que la présomption d'innocence de l'intellectuel suisse est bafouée et son état de santé ignoré. (24 février 2018) L'avocat de Tariq Ramadan Yassine Bouzrou (au centre), arrive au tribunal. Il a déposé un pourvoi en cassation contre la décision de la chambre de l'instruction Tariq Ramadan, inculpé pour viols, reste en prison. La cour d'appel de Paris a rejeté son recours contre sa détention provisoire. (Jeudi 22 février 2018) Tariq Ramadan, qui devait être entendu jeudi par la justice, a refusé d'être extrait de sa cellule. On ignore les motifs de son refus. (Jeudi 22 février 2018) L'état de santé de Tariq Ramadan est compatible avec son maintien en détention, selon les conclusions de l'expertise médicale ordonnée par la justice. (Lundi 19 février 2018) Accusée de collusion avec les deux plaignantes par les avocats de Tariq Ramadan, l'essayiste Caroline Fourest va porter plainte contre l'islamologue genevois pour dénonciation calomnieuse. (Dimanche 18 février 2018) Tariq Ramadan a quitté la prison de Fleury-Mérogis vendredi soir pour être hospitalisé. «Son état de santé s'aggrave», a indiqué une personne de son entourage. (Samedi 17 février 2018) Les deux femmes qui accusent Tariq Ramadan de viols ont décrit des scènes d'une très grande violence au cours d'investigations qui ont aussi révélé des connexions entre les plaignantes et des opposants au théologien musulman suisse, alimentant des soupçons de collusion pointés par la défense. (Vendredi 16 février 2018) Le théologien musulman suisse Tariq Ramadan a fait appel de sa détention provisoire. Son recours sera examiné jeudi par la cour d'appel de Paris. (9 février 2018) L'islamologue genevois Tariq Ramadan, inculpé de viols, est maintenu en détention. (6 février 2018) Tariq Ramadan a été inculpé vendredi pour viols et incarcéré à Paris au terme de deux jours de garde à vue. (2 février 2018) Tariq Ramadan a été déféré au parquet de Paris dans la nuit de jeudi à vendredi en vue d'une mise en examen. (2 février 2018) L'islamologue suisse Tariq Ramadan a vu sa garde à vue prolongée à Paris. Il est interrogé par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne. (Jeudi 1er février 2018) Le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Hassan el-Banna, est visé par deux plaintes pour viol en France. Les faits remontent à 2009 et en 2012. (Jeudi 1er février 2018) Une des accusatrices est Henda Ayari, qui a raconté sur Facebook l'agression dont elle a été victime dans un hôtel en 2012. (Jeudi 1er février 2018) Tariq Ramadan, qui a été suspendu par l'Université d'Oxford et qui est désormais persona non grata au Qatar, dénonce une campagne de calomnie. (Jeudi 1er février 2018) Cette ex-salafiste a porté plainte le 16 novembre 2017, déclenchant une tempête tant Tariq Ramadan était révéré dans certains milieux musulmans. Elle fait depuis l'objet de fortes pressions de la communauté islamique pour la forcer à retirer sa plainte. L'identité de la seconde plaignante n'est pas connue. (Jeudi 1er février 2018) En Suisse, Tariq Ramadan a également été dénoncé par quatre anciennes élèves lorsqu'il était enseignant à Genève entre 1984 et 2004. Il aurait tenté de séduire une jeune fille de 14 ans et l'aurait harcelée. Il serait arrivé à ses fins avec trois autres âgées de 15 à 18 ans en ayant des relations sexuelles avec elles. (3 novembre 2017) Les faits décrits par ces ex-élèves genevoises sont prescrits. Aucune plainte n'a été déposée en Suisse pour l'instant. (3 novembre 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un document datant de 2012 et relayé par Le Point, un certain Me Jean-Pierre Allaman, qui se présente comme un «conseil» de Tariq Ramadan, fait pression sur une supposée ex de l'islamologue.

Pendant deux ans et neuf mois, ce dernier aurait ainsi entretenu une houleuse relation avec la jeune femme, lui affirmant être divorcé. En 2012, alors qu'elle menacerait de dénoncer le comportement de l'islamologue dans les médias, elle aurait reçu un mail du fameux avocat. «Le professeur Ramadan m'a transmis, de façon régulière et systématique, tous vos échanges SMS et e-mails depuis le 1er septembre 2009, lui écrit-il. J'ai donc compilé les messages depuis la première rupture, décidée par vous-même, puis les différentes menaces, insultes, le chantage et, plus gravement, la falsification d'emails et de SMS.»

Une première rupture qui en aurait amené une autre, cette fois décidée par Tariq Ramadan, pour laquelle l'islamologue se serait même excusé à 51 reprises. «Le professeur Tariq Ramadan a refusé vos avances et a mis un terme aux relations inappropriées. Le dossier est fort de 51 messages où il demande pardon et exige que vous respectiez sa volonté de préserver les limites de la relation amicale.»

Menaces d'un avocat fantôme?

Selon Le Point, le reste du mail prendrait une allure de réelle mise en garde, l'avocat parlant même de «conséquences dramatiques» si la jeune femme venait à évoquer leur relation dans la presse. «Votre comportement, vos mots et l'image qui ressortira de votre personne en cas d'exposition publique auront des conséquences dramatiques pour vous-même et pour votre famille», écrit-il. Et d'ajouter: «[Les conséquences] seront bien plus grandes que vous l'imaginez vous concernant (et sur votre entourage).»

Si les menaces, visant probablement à faire pression sur la jeune femme, sont à peine masquées, l'avocat reste quant-à-lui un mystère entier. D'après Le Point, ce dernier serait ainsi inconnu du barreau de Paris comme de celui de Genève. Une constatation que différents médias avaient également faite au sujet d'une autre victime menacée par un Me Jean-Pierre Allaman en 2013.

(JZ)