«Pays de merde»

12 janvier 2018 22:53; Act: 12.01.2018 22:53 Print

Traduire la vulgarité de Trump, un défi médiatique

Face à Donald Trump, les agences de presse ont parfois du mal à traduire son langage très cru. Il a dernièrement utilisé l'expression «shithole countries». Traduite en français ainsi: «Pays de merde».

storybild

Trump nie voir déclaré «pays de merde». (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président étasunien Donald Trump a posé une colle inhabituelle aux médias du monde entier. Ceux-ci sont tenus de puiser dans leurs lexiques les plus fleuris pour traduire ses propos, rapportés, sur les «pays de merde» («shithole countries» en version originale).

Terme très vulgaire, «shithole» se réfère aux latrines extérieures pour désigner un endroit particulièrement repoussant. Toute la difficulté pour les traducteurs consiste à reproduire au mieux la grossièreté du langage mais aussi, parfois, à ménager la sensibilité du public, selon un florilège rapporté par les bureaux de l'AFP.

En français, de nombreux médias, dont l'AFP, ont retenu la formule très crue de «pays de merde», proche du sens littéral et conforme au style souvent sans fioritures de M. Trump - qui a toutefois laissé entendre vendredi ne pas avoir utilisé l'expression incriminée.

«Porcherie», «taudis»

Des dictionnaires bilingues comme le Harrap's suggèrent toutefois des alternatives moins grossières, comme «porcherie», «taudis» ou «trou paumé».

La presse espagnole est à l'unisson de la française avec «paises de mierda», des médias grecs introduisant quant à eux une nuance : «pays de chiottes».

Aux Pays-Bas, le grand quotidien Volkskrantet une bonne partie de la presse néerlandophone esquivent la vulgarité en utilisant le terme «achterlijke», ou «arriéré».

En Russie Ria Novosti parle de «trou sale», mais Troud (journal syndical) va plus loin avec «trou à merde».

«Trous à rats»

En Italie, le Corriere della Sera avance «merdier» (merdaio), et l'agence tchèque CTK choisit de son côté de parler de «cul du monde».

Les médias allemands optent souvent pour l'expression «Dreckslöcher», qui peut se traduire par «trous à rats». L'allégorie animalière est aussi de mise dans la presse serbe, avec l'expression «vukojebina», à savoir «l'endroit où les loups copulent».

«Pays crasseux»

En Asie les médias semblent davantage à la peine pour trouver le mot juste en langue locale, tout en évitant parfois de choquer. Au Japon, la chaîne NHK a choisi de parler de «pays crasseux», l'agence Jiji utilisant un terme familier mais pas forcément injurieux pouvant se traduire par «pays ressemblant à des toilettes».

Les médias chinois se contentent en général de parler de «mauvais pays», évitant de reproduire l'expression originale dans sa grossièreté.

La version la plus allusive et la plus imagée revient sans conteste à l'agence taïwanaise CNA, qui évoque des «pays où les oiseaux ne pondent pas d'oeufs».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Romanesque le 12.01.2018 23:26 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle finesse oratoire !

    C'était déjà son langage pendant la campagne présidentielle, et c'était son unique façon de se démarquer de ses adversaires. On ne peut pas parler de stratégie puisqu'il est tout simplement incapable de s'exprimer différemment. Ou va-t-il conduire son pays ? Aucune idée, la responsabilité appartient à ceux qui ont "compris son langage".

  • Adrian le 12.01.2018 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Balaye devant ta porte

    Et si on disait que son pays serait de la merde aussi ? En tout cas il en fait une belle à lui seul.

  • wash le 13.01.2018 00:52 Report dénoncer ce commentaire

    quelle classe

    je suis toujours étonné par les personnes qui défendent ce type; elles estiment quil en a dans le pantalon grâce à ses agissement de gros lourd. ce doit être un effet de mimétisme

Les derniers commentaires

  • J. R. le 13.01.2018 15:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Être répugnant

    Mais quattendent donc les américains pour lefface ? Pourtant ils ont de lexpérience en la matière. Plus de L.H.O. à disposition ?

  • giof le 13.01.2018 13:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super Trump

    Nous sommes le 13 janvier et on a déjà perdu le compte des articles et des blogs le concernant. Une vraie star ce Trump. Et les qualitatifs qu'on lui donne (bien entendu en majorité négatifs ) ne font que le conforter dans son attitude. Il envoi se faire voir ses détracteurs, journalistes en tête. Il finira son (ou ses) mandats comme il le souhaite. A la barbe des amis de Hilary.

    • Avygael le 13.01.2018 13:40 Report dénoncer ce commentaire

      @giof

      S'il reste dans l'Histoire, ce sera comme l'homme politique le plus vulgaire de tous les temps.

  • Lama le 13.01.2018 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Soyons réalistes quelques secondes

    Le problème, c'est que les gens ne savent plus distinguer l'être du paraître... Un certain Obama, prix Nobel de Paix l'avait bien compris et ça lui a permis de raser la Libye, tuant des milliers de civils (les fameux dommages collatéraux) pour des intérêts purement économiques. Trump sait bien à quel point ça fonctionne alors pourquoi devrait-il être le seul à s'en priver ? Ne soyons pas hypocrites non plus... Trump maitrise parfaitement le bluff et peu importe qu'on soit d'accord avec lui ou non, ça lui a bien réussi jusqu'à présent.

  • Gratte Papier le 13.01.2018 11:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Manque d imagination

    La presse a perdu son imagination! Deux à trois articles sur Trump par jour! Ça commence à devenir lourd dingue et graveleux ! Et sur des tarés comme Erdogan le pervers narcissique, Xi Jinping Winnie le faux-jeton, Kim Jong le babouin, vous n avez rien trouvé à dire aujourdhui? Êtes-vous capables d ´ écrire autre chose? N ´ avez-vous que des patates à l ' eau dans cette cantine militaire?

  • Dr le 13.01.2018 10:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui cherche trouve !!

    Mais ce Trump représente bien son pays. On tire d abord et on pose les questions ensuite... pitoyable. Je ne comprend pas comment il n a pas été destitué ou même pire assassiner. On ne souhaite jamais, JAMAIS la mort de quelquun mais il cherche ça on dirait... il y a eu des présidents américains qui ont été tues pour moins que ça.. attention Donald !!!