Népal

10 novembre 2011 08:10; Act: 10.11.2011 08:17 Print

Un Tibétain tente de s'immoler par le feu

Un Tibétain en exil scandant des slogans anti-chinois a tenté de s'immoler par le feu jeudi à Katmandou, avant que ses compagnons éteignent les flammes, a annoncé la police.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis mars, plusieurs moines et nonnes bouddhistes tibétains ont tenté de s'immoler par le feu, notamment dans le sud-ouest de la Chine. La police de Katmandou affirme que cette dernière tentative n'avait pas pour but de se donner la mort.

«Un homme tibétain, âgé de 25 ou 26 ans et portant des vêtements de moine, s'est enveloppé dans un drapeau tibétain et a scandé des slogans comme »Longue vie au Tibet libre«. Il a ensuite sorti un briquet et a mis le feu» à ses vêtements, a déclaré Shyam Gyawali, un responsable de la police de la capitale népalaise.

«Des amis à ses côtés ont immédiatement éteint les flammes. La police souhaite les retrouver», a-t-il ajouté. L'homme ne souffre que de brûlures superficielles, selon lui.

Les faits se sont déroulés à la stûpa Bouddhanath, un des sites bouddhistes les plus sacrés au monde, où des centaines de fidèles se sont rassemblés pour une fête religieuse, a précisé la police.

7 morts cette année

Cet incident s'ajoute aux onze immolations, et tentatives, de bouddhistes tibétains cette année dans des régions de la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) habitées par des Tibétains. Au moins sept d'entre eux sont décédés, selon des associations de défense des droits de l'Homme.

Le premier avait été un jeune bonze du monastère de Kirti, dans la préfecture d'Aba, en mars dernier, pour le troisième anniversaire du début des émeutes anti-chinoises de 2008 à Lhassa.

La semaine dernière, un Tibétain en exil en Inde avait tenté de s'immoler par le feu devant l'ambassade de Chine à New Delhi, avant d'être maîtrisé par la police.

Estimant que les suicides vont à l'encontre du caractère sacré de la vie selon les préceptes bouddhistes, le Dalaï-lama prône «la non-violence». Mais il a estimé lundi, lors d'une visite au Japon, que le «génocide culturel» mené par la Chine au Tibet était à l'origine de cette récente vague d'immolations.

(afp)