Drame en Egypte

12 août 2017 18:03; Act: 12.08.2017 18:13 Print

Un accident de train fait plus de 40 morts

Plus de 40 personnes ont perdu la vie dans la collision de deux trains près d'Alexandrie dans le nord de l'Egypte.

Voir le diaporama en grand »
Six secouristes égyptiens ont été sanctionnés pour avoir pris des selfies avec leurs téléphones mobiles sur les lieux de la catastrophe ferroviaire survenue vendredi près d'Alexandrie. (Dimanche 13 août 2017) La collision aurait été causée par l'arrêt de l'un des deux trains sur les voies après une panne, a rapporté la télévision d'Etat citant des responsables du ministère des Transports. (Vendredi 11 août 2017) La majorité des blessés ont été pris en charge et transportés dans plusieurs hôpitaux d'Alexandrie, la métropole du nord de l'Egypte. (Vendredi 11 août 2017) Les deux trains se sont percutés près de la ville côtière d'Alexandrie. (Vendredi 11 août 2017) L'Egypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires. Ceux-ci sont dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées. (Vendredi 11 août 2017) Après la collision, les blessés ont été extraits des voitures de chemin de fer. Ils ont été placés sur des couvertures le long des rails, dans un champ situé en périphérie de la grande ville méditerranéenne. (Vendredi 11 août 2017) L'armée a été mobilisée. (Vendredi 11 août 2017) La collision aurait été causée par l'arrêt de l'un des deux trains sur les voies après une panne, a rapporté la télévision d'Etat. (Vendredi 11 août 2017) Au moins 42 personnes sont mortes et 133 ont été blessées. Environ 25 ambulances ont été dépêchées sur les lieux. (Vendredi 11 août 2017)

Une faute?

Il y aurait 41 morts et de 132 blessés. L'accident a entraîné l'interpellation des deux conducteurs et la suspension de responsables de l'Autorité des chemins de fer.

Plusieurs heures après l'accident survenu vendredi après-midi, les ouvriers ont réussi à dégager et rouvrir samedi la voie ferrée très fréquentée qui permet de rejoindre la grande métropole d'Alexandrie, sur les bords de la Méditerranée, depuis la capitale égyptienne.

Toute la nuit, à la lumière des projecteurs, les sauveteurs ont fouillé les carcasses des wagons à la recherche de victimes après l'un des plus graves accidents de train survenu en Egypte, selon des journalistes sur place.

Depuis l'accident, le bilan n'a cessé de monter. Samedi, le ministère de la Santé a fait état de 41 morts et de 132 blessés dont 53 étaient toujours hospitalisés. Sur les lieux du drame, des couvertures blanches couvertes du sang des victimes étaient éparpillées. Durant des heures, les ambulances ont effectué des rotations pour emmener les blessés, allongés dans un champ le long du train, vers les hôpitaux d'Alexandrie.

Comme une explosion

L'accident s'est produit à l'entrée de la métropole septentrionale quand un train a percuté l'arrière d'un autre, arrêté sur la voie en raison vraisemblablement d'une panne, selon l'Autorité des chemins de fer. Les deux trains se dirigeaient vers Alexandrie, l'un depuis Le Caire, l'autre depuis Port Saïd (est).

En raison du choc violent, plusieurs wagons ont déraillé dans un champ et d'autres se sont encastrés les uns dans les autres. Les secours ont dû employer deux grues pour réussir à détacher les amas de tôles emmêlés.

«Peu après la prière du midi, nous avons entendu un bruit énorme. C'était comme une explosion, nous avons couru et vu l'accident», a raconté une femme qui habite à quelques dizaines de mètres du lieu du drame.

Selon un secouriste, qui a requis l'anonymat, en plus des corps retirés des wagons, «il y avait beaucoup de restes humains qui ont été entassés dans une grande valise pour les besoins d'identification».

Il a fallu deux grues pour soulever quatre wagons qui bloquaient la voie ferrée. Un train a traversé dans la journée la voie, mais il a dû ralentir en raison d'un rail légèrement courbé.

Signalisation vétuste

Le ministre des Transports Hicham Arafat, cité par une télévision égyptienne, a affirmé que les conducteurs des deux trains accidentés avaient été appréhendés pour interrogatoire alors que deux responsables et deux employés de l'Autorité des chemins de fer avaient été suspendus jusqu'à la fin des investigations.

Sur les lieux de l'accident, il a ensuite affirmé ignorer pourquoi le train s'était arrêté mais suggéré que c'était peut-être en raison «de feux de signalisation vétustes». «C'est un gros problème et nous cherchons à les moderniser».

Le président Abdel Fattah al-Sissi avait dès vendredi ordonné l'ouverture d'une enquête afin que les responsables de l'accident «rendent des comptes».

L'Egypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées. Les Egyptiens reprochent depuis longtemps au gouvernement de ne pas avoir réussi à réduire les accidents de transports.

L'accident ferroviaire de vendredi est le plus meurtrier depuis la collision en 2012 entre un bus scolaire et un train à un passage à niveau dans la province d'Assiout (centre) qui avait fait 47 morts.

(nxp/ats)