Flotille humanitaire pour Gaza

24 mai 2011 17:06; Act: 27.06.2011 12:24 Print

Un bateau suisse de la partie

Une nouvelle flotille humanitaire doit partir fin juin pour Gaza. Un bateau suisse sera de la partie. Outre l'aide humanitaire, le navire transportera des parlementaires, parmi lesquels Joseph Zisyadis.

storybild

De jeunes Palestiniens au check-point de Azun, à Gaza. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Le départ d'une nouvelle flottille humanitaire pour Gaza est prévu pour fin juin 2011, avec 10 bateaux confirmés représentant 20 pays. Un navire suisse sera de la partie. Le départ, initialement prévu l'été dernier, a été repoussé pour récolter les fonds.

«Le bateau suisse partira aux alentours de la dernière semaine de juin et son retour est prévu à la fin du mois de juin. Il restera deux ou trois jours sur place», a indiqué mardi à l'ATS Anouar Gharbi, président de l'ONG genevoise «Droit pour tous», à l'origine du projet. Le port de départ a été choisi, mais pas divulgué pour l'instant.

Une participation allemande s'est greffée au navire suisse, précise M. Gharbi, par ailleurs coordinateur de la «Campagne européenne pour mettre fin au siège de Gaza» (»Save Gaza»). La flottille de cette coalition de militants pro-palestiniens pourra compter sur au moins 10 bateaux qui ont confirmé leur participation, selon lui.

«Il y aura certainement encore plus de bateaux», assure-t-il. Ils représentent jusqu'ici 20 pays, la plupart des embarcations étant affrétées par deux nations, explique le responsable. Les passagers - parlementaires, journalistes, militants, représentants de la société civiles - seront des ressortissants de 50 pays différents.

220 ONG

Quelque 220 ONG helvétiques soutiennent le projet, par des messages de soutien ou la récolte de fonds. Les conseillers nationaux Joseph Zisyadis (POP/VD), Carlo Sommaruga (PS/GE), Jean- Charles Rielle (PS/GE) ainsi que le chanteur Michel Bühler ont confirmé leur présence sur le bateau suisse en partance vers Gaza, a précisé M. Gharbi. Il comptera au total 40 à 45 personnes, dont 10 Allemands.

Le retard de financement face à l'afflux d'inscriptions ainsi que des décalages dans la coordination européenne expliquent le report du départ, selon les organisateurs. Il a aussi été repoussé pour permettre à de nouveaux arrivants d'intégrer l'expédition.

Le coût de l'aventure helvétique est devisé à quelque 300'000 euros (environ 370'000 francs), y compris le prix du bateau. La participation suisse est de deux tiers et l'allemande d'un tiers. «Il reste encore une petite partie à financer, mais le gros est fait», explique Anouar Gharbi, qui lance un ultime appel de dons.

4000 tonnes d'aide

Outre des parlementaires, des journalistes et des représentants d'ONG et de la société civile, le bateau va aussi et surtout embarquer environ 4000 tonnes d'aide, principalement sous forme de matériel médical et de maisons préfabriquées.

Une dernière séance de coordination est prévue dans une dizaine de jours à Berlin, selon M. Gharbi. «Beaucoup de regards sont tournés vers la Suisse, respectée pour sa responsabilité morale, les Conventions de Genève et le CICR», souligne-t-il.

La nouvelle flottille d'aide pour Gaza - baptisée «Freedom Flottilla II» - aura donc lieu trois semaines après l'anniversaire de la première expédition (31 mai 2010), interceptée par un commando israélien dans les eaux internationales. Cette première tentative pour briser le blocus de Gaza avait fait neuf morts.

(ats)