Immeuble effondré

26 avril 2013 06:54; Act: 26.04.2013 16:15 Print

Violentes manifestations au Bangladesh

Deux jours après l'effondrement d'un immeuble qui a fait 300 morts au Bangladesh, des centaines de milliers de manifestants en colère ont investi la rue.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

La colère gronde au Bangladesh. Des heurts ont opposé vendredi la police à des centaines de milliers de manifestants qui ont attaqué des usines. Ces affrontements sont liés à l'effondrement de l'immeuble construit illégalement dans lequel plus de 300 ouvriers du textile ont trouvé la mort.

La police a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre la foule en colère à Savar. Un immeuble de huit étages s'est effondré mercredi comme un château de cartes dans cette banlieue de la capitale Dacca.

Cet accident est le pire dans l'histoire industrielle du Bangladesh, un pays pauvre d'Asie du Sud qui a fait de la confection le pivot de son économie. «La situation est très instable. Des centaines de milliers d'ouvriers participent à la manifestation», a dit un responsable de la police.

Des ouvriers ont attaqué des usines, renversé des véhicules, brûlé des pneus sur la route et essayé de mettre le feu à des échoppes le long du parcours de la manifestation de masse, selon un responsable de la police locale.

Ils ont aussi obligé plusieurs usines textiles à fermer. «Ils exigent l'arrestation et l'exécution des propriétaires des ateliers et du bâtiment qui s'est effondré à Savar», près de Dacca, a-t-il dit.

Toujours des rescapés

Les sauveteurs ont découvert vendredi une cinquantaine de survivants au troisième étage de l'immeuble effondré, a annoncé un responsable des pompiers. «Nous avons trouvé environ cinquante personnes encore vivantes en plusieurs endroits du troisième étage après avoir creusé des tunnels. Nous espérons pouvoir les extraire d'ici demain matin», a dit à l'AFP Sheikh Mizanur Rahman, chef adjoint des pompiers. «Nous avons retiré aujourd'hui environ 80 personnes des décombres, dont au moins huit l'ont été il y a quelques minutes», a-t-il dit à l'AFP.

«Le bilan est de 304 morts», a déclaré un porte-parole de l'armée. Plus de 2300 personnes ont été sorties vivantes des décombres depuis l'accident.

Les secouristes craignent qu'entre 300 et 400 victimes ne soient encore à l'intérieur. «L'odeur est fétide, cela donne parfois envie de vomir. Il est difficile de travailler ici plus de 20 minutes d'affilée», a témoigné Mohammad Tareq, employé d'un atelier. Il s'est joint aux centaines de volontaires à pied d'oeuvre jour et nuit.

Un amas de béton et d'acier

Des plaintes et des appels à l'aide de victimes ensevelies guidaient l'épuisant travail des secours au milieu d'un site évoquant les dévastations d'un puissant séisme. «Je n'ai toujours pas retrouvé mon fils», se lamentait un fermier orginaire du sud du pays après avoir inspecté les derniers corps arrachés à l'amas de béton et d'acier tordu.

La catastrophe a relancé la polémique sur la sécurité dans l'industrie textile fournissant des marques occidentales. Au total, près de 3,6 millions d'ouvriers travaillent dans l'industrie de la confection, ce qui en fait le deuxième pays exportateur de vêtements au monde derrière la Chine.

L'immeuble abritait cinq ateliers de confection notamment liés à la marque espagnole Mango et au britannique Primark, seules enseignes à avoir confirmé leurs relations avec des ateliers de l'immeuble où travaillaient quelque 3000 personnes.

Des ouvriers s'étaient publiquement inquiétés la veille de fissures mais leurs responsables ont ignoré les mises en garde, leur enjoignant d'embaucher normalement le jour suivant.

Promesse du premier ministre

Le premier ministre du Bangladesh a promis jeudi que le propriétaire de l'immeuble, en fuite, serait pourchassé et puni.

En novembre 2012, un incendie dans une usine textile livrant notamment à l'américain Walmart avait fait 111 tués à la périphérie de Dacca. Selon des ouvriers, les responsables avaient demandé aux travailleurs de rester à leur poste en évoquant un exercice d'alerte incendie.

(ats/afp)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch