Etats-Unis

19 février 2014 08:01; Act: 19.02.2014 08:02 Print

Une nonne anti-atome de 84 ans en prison

Une religieuse qui avait réussi à pénétrer dans une centrale nucléaire du Tennessee (sud), a été condamnée mardi à 35 mois de prison. Cette centrale était censée être l'une des mieux surveillées des États-Unis.

storybild

Au centre, Megan Rice, âgée de 84 ans. (Photo: Keystone)

Une faute?

Soeur Megan Rice était parvenue à franchir plusieurs barrières de sécurité au Y-12 National Security Complex dans le Tennessee en juillet 2012. Elle était accompagnée de deux autres militants pacifistes du groupe Transform Now Plowshares.

Ils avaient passé près de deux heures dans la centrale avant d'être arrêtés par des gardiens de sécurité. Les trois militants avaient réussi à hisser des banderoles et écrire à l'aide de bombes de peinture des messages comme «Travailler pour la paix pas la guerre», aspergeant également de sang humain un bâtiment utilisé pour entreposer et traiter l'uranium hautement enrichi, employé dans la fabrication de bombes nucléaires.

Cet incident avait entraîné une révision des normes de sécurité dans les centrales nucléaires du pays. Soeur Rice, qui est en prison depuis qu'elle a été reconnue coupable l'an dernier, a prié le juge Amul Thapar de décréter la sentence maximale pour ses crimes.

«S'il vous plaît n'ayez aucune indulgence pour moi», a-t-elle lancé au tribunal, selon la presse locale. «Être en prison pour le restant de mes jours est le plus grand honneur que vous puissiez me faire.»

Les deux autres militants, Michael Walli, 64 ans, et Greg Boertje-Obed, 58 ans, ont eux été condamnés à cinq ans et deux mois de prison en raison de leur passé criminel. Le juge Thapar a expliqué avoir eu du mal à décider du jugement final concernant Soeur Rice, disant espérer que cette peine de prison significative découragera toute autre personne de faire pareil.

(afp)