Législatives en France

19 juin 2017 09:29; Act: 19.06.2017 12:21 Print

Valls chahuté, Le Pen et Mélenchon à l'Assemblée

Si la victoire d'Emmanuel Macron est inconstestable après les législatives de dimanche, les «têtes d'affiche» se trouvaient davantage chez les partis traditionnels. Retrouvez les grands gagnants et les perdants du scrutin.

Voir le diaporama en grand »
L'ancien président du Front national demande la démission de sa fille de la tête du parti, après ses défaites successives à la présidentielle et aux législatives. (Mardi 20 juin 2017) Selon les résultats définitifs, publiés lundi matin par le ministère de l'Intérieur, la République en marche obtient 308 sièges, le MoDem 42 sièges, Les Républicains 113 sièges, l'UDI 18 sièges, les divers droite 6 sièges, le Parti socialiste 29 sièges, le PRG 3 sièges, les divers gauche 12 sièges, La France insoumise 17 sièges, les écologistes 1 sièges, le Parti communiste 10 sièges, le Front national 8 sièges. (Lundi 19 juin 2017) L'ancien premier ministre Manuel Valls s'est exprimé soues les huées au point d'être inaudible depuis la mairie d'Evry ce dimanche 18 juin vers 22h20. Il obtient une très courte victoire, qui s'est jouée à une petite centaine de voix près. D'où les huées car certains contestent les résultats. Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis annonce qu'il quitte la tête du parti socialiste. Il prend ainsi acte de la déconfiture de son parti aux législatives (dimanche 18 juin 2017) Le président français a voté seul, vers 9 heures, au Touquet. A mi-journée, le taux de participation s'élevait à 17,75%, en baisse par rapport au premier tour. Les résultats sont attendus à 20 heures. (Dimanche 18 juin 2017) La présidente du Front national, Marine Le Pen, a également voté. Selon les derniers sondages, les pro-Macron ont l'avantage. (Dimanche 18 juin 2017) Les bureaux de vote ont ouvert pour les législatives françaises. (Dimanche 18 juin 2017) Jour de vote en métropole. Le parti du président français devrait emporter ce dimanche 400 à 470 sièges de députés sur 577, selon les sondages. (Dimanche 17 juin 2017) Le vote pour le second tour a débuté dans les territoires d'Outremer. Plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à voter pour ce scrutin. Le mouvement présidentiel, La République En Marche (LREM), et ses alliés centristes ont obtenu 32,32% des voix au premier tour. Ils pourraient ravir au second tour dimanche prochain entre 400 et 445 des 577 sièges de l'Assemblée nationale. (dimanche 11 juin 2017) Après seulement un an d'existence, le mouvement d'Emmanuel Macron a réussi à dynamiter les partis traditionnels de gauche et de droite qui se partageaient le pouvoir en France depuis 60 ans. Son pari d'intégrer des personnalités civiles, et des politiciens de droite comme de gauche semble continuer de séduire les électeurs. (11 juin 2017) Emmanuel Macron avait voté au Touquet, dans la journée. (dimanche 11 juin 2017) La déception était grande pour le Front national d'extrême droite, en net recul par rapport à la présidentielle 13,20% des voix exprimées. La droite a fait 21,56%. (11 juin 2017) Le faible score de la France Insoumise, de gauche radicale de de Jean-Luc Mélenchon pourrait assurer au mouvement un petit 10 à 23 sièges. (11 juin 2017) «Pour la troisième fois consécutive, vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République» a estimé le premier Ministre Edouard Philippe (Ici, au Havre). (Dimanche 11 juin 2017) L'ancienne ministre de l'éducation Najat Vallaud-Belkacem vote à Villeurbanne. (Dimanche 11 juin 2017) Emmanuel Macron et sa femme Brigitte Macron ont voté à Le Touquet. (Dimanche 11 juin 2017) Plus de 47 millions de Français sont appelés aux urnes dimanche, à l'occasion des élections législatives. (Dimanche 11 juin 2017) Outre-mer, les électeurs ont voté dans la nuit de samedi à dimanche, comme ici à La Réunion, En France métropolitaine, les bureaux de vote ont ouvert à 8h00, dimanche, comme ici à Strasbourg. Les Français doivent désigner les 577 députés de l'Assemblée nationale. Les sondages prédisent un net succès au parti présidentiel de la République en marche (REM). Mais l'abstention pourrait atteindre un niveau record. Le premier ministre Edouard Philippe a voté au Havre. Les habitants de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, se sont rendus aux urnes. La présidente du Front national, Marine Le Pen, candidate au Pas-de-Calais, a voté vers 11 heures à Hénin-Beaumont. Accompagné de son épouse Brigitte, le président français Emmanuel Macron a voté dimanche à la mi-journée dans la station balnéaire du Touquet (Pas-de-Calais). Le président français en a profité pour faire un bain de foule. A midi, le taux de participation au premier tour en métropole atteignait 19,24%, selon le ministère de l'Intérieur. Il est en baisse par rapport au même scrutin en 2012 à la même heure (21,06%). Le ministre de la Justice François Bayrou a voté à Pau.

Sur ce sujet
Une faute?

Emmanuel Macron a obtenu dimanche une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République à l'occasion du second tour des élections législatives, mais moins écrasante qu'annoncé par certains sondages, et avec un taux d'abstention qui atteint de nouveaux sommets. Retour sur les grands moments de cette dernière étape d'un marathon électoral.

L'abstention

Le scrutin est marqué par un nouveau record: celui de l'abstention pour des élections législatives, qui a dépassé les 56%. Un chiffre aggravé par rapport au premier tour (51,30%) et qui place cette élection au niveau de scrutins traditionnellement moins mobilisateurs, comme les européennes, les régionales ou les cantonales.

Les gagnantes

«Il y a un an, personne n'aurait imaginé un tel renouvellement politique», s'est félicité le Premier ministre Edouard Philippe. D'ailleurs le nombre très important de députés de la majorité présidentielle, pour la plupart jamais élus avant, va entraîner un renouvellement et un rajeunissement des occupants de l'Assemblée nationale. Parmi ces nouveaux venus, les femmes qui représenteront près de 40% du nombre total de députés dans l'hémicycle, ce qui constitue un record historique en France.






La controverse pour Valls

Dimanche soir à la mairie d'Evry, Manuel Valls a proclamé sa réélection dans la 11e circonscription de l'Essonne, grâce à seulement «139 voix» d'avance face à Farida Amrani, dans une ambiance chahutée.

Confusion à la mairie d'Evry


Seulement quelques instants plus tard, l'adversaire de l'ancien Premier ministre a revendiqué, elle aussi, la victoire au second tour des législatives dimanche. «En tant que candidate, j'ai constaté des irrégularités sur certains bureaux, et notamment un», a assuré Mme Amrani, avant d'ajouter: «Aujourd'hui on ne reconnaît pas la victoire de l'ex-Premier ministre. » «On la revendique aussi et on annonce un recours dès demain», a poursuivi la candidate de La France insoumise.


Les anciennes ministres du gouvernement Valls Najat Vallaud-Belkacem, Myriam El Khomri et Marisol Touraine ont été battues.


Le Pen et Mélenchon élus, NKM défaite

Sur le plan national, La France Insoumise obtient une quinzaine de sièges (17) et le Parti communiste, 10, là aussi bien mieux que prévu. Jean-Luc Mélenchon, élu à Marseille, a annoncé dimanche un «groupe parlementaire» LFI, sans évoquer les communistes. Son lieutenant Alexis Corbière et le journaliste François Ruffin entreront également à l'Assemblée.




Le Front national obtient huit sièges et sa présidente Marine Le Pen découvrira le Palais-Bourbon, de même que son compagnon Louis Aliot. Ils y rejoignent Gilbert Collard, réélu dans le Gard.



S'il quadruple le nombre de ses députés, le FN échoue cependant à constituer un groupe parlementaire (ndlr: il faut un minimum de 15 députés). Les «anciens» frontistes seront accompagnés de Ludovic Pajot élu dans le Pas-de-Calais et qui à 23 ans devient le benjamin de l'Assemblée nationale.


Florian Philippot fait lui figure de bras droit désavoué de la présidente du Front national. Grand artisan de la conquête de l'électorat ouvrier avec une stratégie prônant la sortie de l'euro, il a été battu par un candidat du parti présidentiel dans l'est de la France. Il reste contesté en interne.

En grande difficulté depuis son ralliement à Mme Le Pen entre les deux tours de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a été réélu dans l'Essonne.


La semaine avait mal commencé pour Nathalie Kosciusko-Morizet agressée lors d'une distribution de tracts sur un marché parisien. Elle ne s'est pas mieux terminée puisque l'ex-étoile montante de la droite, seule candidate femme de la primaire de droite fin 2016, a été battue par un chef d'entreprise sans expérience politique investi par le parti présidentiel.


Plusieurs sortants en difficulté sont finalement élus: le patron du groupe socialiste Olivier Faure, le communiste André Chassaigne, ou encore Eric Woerth et Eric Ciotti à droite et le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde. Protégés par la REM, les anciens ministres Stéphane Le Foll et Sylvia Pinel gardent leurs sièges.

Le 100% des ministres

6/6. Les six ministres d'Emmanuel Macron en lice lors des législatives de dimanche ont été réélus dans leurs circonscriptions, selon les résultats diffusés par le ministère de l'Intérieur: Christophe Castaner, Richard Ferrand malgré les affaires judiciaires, Bruno Le Maire, Annick Girardin, Mounir Mahjoubi et Marielle de Sarnez peuvent souffler. Cette victoire leur permettra de rester au gouvernement.


On notera également la victoire du porte-parole d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, Benjamin Griveaux. Le mathématicien avec son look d'éternel dandy, Cédric Villani, a été largement élu en région parisienne sous la bannière du parti présidentiel REM. Médiatique lauréat 2010 de la médaille Fields, équivalent du Prix Nobel pour les maths, il est à 43 ans un novice en politique.

Pas d'effet Macron en revanche pour Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte, suppléante sur la liste d'un candidat d'En Marche battu.


(cga/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bibivador le 19.06.2017 10:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fini

    Il veut pas passer à autre chose ce Valls !Je me demande ce qu'il espère encore politiquement.

  • pizzaboy le 19.06.2017 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    Cumul des mandats et mafia politique

    Cette élite politique me donne la nausée... Tout est bon pour s'assurer un mandat : Manipulations, irrégularités diverses, favoritisme... Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ! Ce que je retiendrai : 56% d'abstention. La majorité de la population ne croit donc plus en ces politicards...

  • Gigi le 19.06.2017 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Catastrophe

    Valls est l'homme politique le plus détesté de France .que fait-il encore là

Les derniers commentaires

  • Plus T'en Parle Moins T'en Mange le 19.06.2017 15:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour les frites

    Plus la politique est importante dans un pays plus les problèmes sont nombreux, ( l'Italie, la France, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, etc), par contre la Norvège, la Suède, la Finlande et même ( pour l'instant ) la Suisse, sont des pays où l'on entend peu parler politiquement.

  • xavier le 19.06.2017 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    je suis sur que l'on vit en France

    Suis-je le seul, depuis ces élections françaises (que l'on a "mangé" en Suisse, comme si nous étions face à un dilemme national) même devoir avoir une opinion sur le FN- alors que l'on s'en fout car on vit en Suisse. Mais du coup les news importantes dans les journaux sont edulcorées, comme diluées dans plus d'eau, voir même n'y a il n'y a pas de news. ( déjà qu'avant elles etaient traitées que dans une direction ) maintenant elles deviennent inexistantes , on a droit à du people, du sport beaucoup de météo (même à la TV, les info météo se sont légèrement rallongées...ou suis le seul ?)

  • Pavel le 19.06.2017 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    Bof !

    EM a beau avoir "une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République", ça ne signifie pas qu'il aura les coudées franches. Sa majorité vient autant d'anciens du PS et des LR. Ils ne pouvaient pas se voir avant, pourquoi cela changerait-il maintenant ? Majorité de raccroc, 5 ans de plus d'immobilisme.

  • Abdel Dinde le 19.06.2017 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rike ross

    Ne pas choisir est un choix

  • Gigi le 19.06.2017 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Catastrophe

    Valls est l'homme politique le plus détesté de France .que fait-il encore là

    • Manolo le 19.06.2017 14:28 Report dénoncer ce commentaire

      @Gigi

      Faux il a été élu...