Jura

03 janvier 2018 06:59; Act: 03.01.2018 06:59 Print

«Je m’en veux: je n’ai pas pu empêcher le drame»

par Abdoulaye Penda Ndiaye - Un homme est mort calciné dans sa voiture le 31 décembre. L’origine du sinistre n’est pas connue. Témoin de la scène, une sexagénaire raconte.

storybild

La voiture a pris feu le 31 décembre devant une station-service. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Un véhicule complètement calciné et à l’intérieur, le corps sans vie d’un homme... Un drame s’est produit aux Breuleux dans la matinée du dernier jour de 2017. «J’étais dans ma cuisine quand j’ai entendu une explosion. De ma fenêtre, j’ai vu une voiture qui brûlait à 25 m de chez moi. J’ai foncé pour voir s’il y avait quelqu’un dedans, mais un agent m’en a dissuadée à cause des explosions.»

C’est avec beaucoup de tristesse que N., une sexagénaire, raconte son amertume et ses regrets. «Une pompe à essence située en face de la voiture a aussi pris feu. Je n’avais même pas d’extincteur. Je m’en veux de n’avoir pas pu empêcher le drame. Quand j’ai entendu un bruit de klaxon, j’ai compris que c’est le corps qui était en train de s’affaler», poursuit la retraitée. Une trentaine de pompiers à bord de huit véhicules se sont déplacés sur les lieux du sinistre. Malheureusement, ils n’ont pas réussi à éviter l’irréparable. «L’homme décédé habitait le village. Il avait une voiture japonaise hybride. Par respect pour sa famille, je ne ferai pas de commentaire», a indiqué un voisin. La victime était un prof de musique connu dans la région, a relevé «Le Matin». Dans la soirée, il devait assurer l’animation musicale d’un réveillon organisé par deux sociétés locales.

«C’était un voisin agréable avec qui je n’ai jamais eu le moindre problème», ajoute un habitant des Breuleux. La police n’a pas encore déterminé les causes de l’incendie du véhicule.