Saint-Aubin (FR)

30 novembre 2016 22:48; Act: 30.11.2016 22:48 Print

«On ne sait pas ce que sont devenues ces bêtes»

par Caroline Gebhard - Le flou demeure sur la destinée des animaux d’un ancien laboratoire. Tenues à l’écart, les associations de défense n’ont rien pu faire.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Elles étaient plus de mille, selon les organisations de protection des animaux. Elles, ce sont les bêtes de laboratoire détenues sur le site d’Elanco avant sa fermeture. Dès l’annonce du bouclage du centre de recherche en santé animale, il y a un an, plusieurs associations s’étaient inquiétées du devenir des chats, chiens, bovins et autres rongeurs qu’il abritait. Certaines avaient multiplié les contacts avec Elanco afin de trouver des places d’accueil. Leurs sollicitations sont restées vaines. «Ils nous ont envoyés promener, ont menti, donné de faux noms de contact, écrit SOS chats, à Noiraigue (NE), dans sa rétrospective annuelle. Nous ne savons toujours pas ce que sont devenus ces animaux.»

Les normes légales ont été respectées

Les services du vétérinaire cantonal fribourgeois connais­sent la vérité, mais ne dévoilent rien en raison du «secret de fonction». Et le Conseil d’Etat dit s’être assuré que les normes légales ont été respectées. Quant à Elanco, elle assure avoir «identifié des lieux de placement adéquats pour tous les animaux concernés; un certain nombre, notamment de chats et de chiens, ont également été adoptés par nos employés basés en Suisse.»

Président de la Ligue suisse contre la vivisection, Luc Fournier n’y croit pas une seconde. «Je ne vois pas quel placement ils ont trouvé pour des bovins qui étaient traités pour des parasites internes.» Selon lui, il y a clairement eu des euthanasies: «Elanco n’a fait que de mentir pendant la procédure de fermeture du site!»