Fribourg

19 décembre 2016 20:36; Act: 19.12.2016 22:41 Print

Aveugle, on lui lance une balle, il la capte

L'Université de Fribourg vient de mener, pendant plus de six mois, une étonnante expérience avec un homme atteint de cécité.

storybild

Le photographe brésilien Joao Maia a ému le monde entier lors des Jeux Paralympiques de Rio de Janeiro.

Une faute?

«Des personnes atteintes de cécité corticale parviennent à percevoir des objets en mouvement, voire à identifier des mouvements biologiques.» C'est la conclusion des chercheurs de l'Université de Fribourg après une expérience de plus de six mois, avec B., un homme aveugle. Ayant perdu la vue à la suite à de plusieurs lésions cérébrales, B. est incapable de reconnaître une balle de tennis, qui lui est présentée à moins d’un mètre. En revanche, il parvient à suivre cette balle du regard, voire à la capter.


Le mouvement a un effet stimulant

«Son cerveau capte un stimulus visuel, mais s’avère incapable de l’interpréter», affirme Meike Ramon, assistante docteure au Département de psychologie. Allant plus loin dans leur expérience, les chercheurs ont réalisé que ce patient est aussi capable de catégoriser avec une étonnante précision des mouvements dits «biologiques», c’est-à dire les déplacements d’êtres humains, qui possèdent un statut particulier pour le système visuel. «Cette découverte confirme que les réseaux neuronaux chargés d’analyser les mouvements peuvent continuer de fonctionner, même quand la vision est très fortement diminuée», indiquent les chercheurs fribourgeois, dont les résultats viennent d'être publiés dans la revue Neuropsychologia.

Perspectives thérapeutiques

Selon l'Université de Fribourg, cette découverte ouvre d'intéressantes perspectives thérapeutiques. «Un diagnostic aussi précis des capacités visuelles résiduelles peut servir de base à la mise en place d’une stratégie pertinente de rééducation», affirme Nicolas Ruffieux, du département de psychologie. «Nos chercheurs s’intéressent actuellement à l’utilisation de lunettes de réalité augmentée, qui pourraient offrir des perspectives prometteuses pour maximiser les capacités résiduelles de vision de chaque patient», annonce l'Université de Fribourg.

(apn)