Affaire Marie Garnier à Fribourg

08 novembre 2017 21:09; Act: 08.11.2017 21:09 Print

«Le procureur devrait faire l'objet d'une enquête»

par Abdoulaye Penda Ndiaye - La conseillère d’Etat Marie Garnier jette l’éponge. Mais la tempête liée à l’affaire pourrait toucher le procureur général Fabien Gasser, à cause de sa proximité intime avec la vice-chancelière de l'Etat.

storybild

Le procureur général Fabien Gasser est-il bien placé pour instruire une affaire qui touche une conseillère d'Etat alors que son amie est vice-chancelière?

Sur ce sujet
Une faute?

Fatiguée, les traits tirés, à bout, la Verte Marie Garnier a annoncé mercredi sa démission du Conseil d’Etat. Elle est sous les feux des projecteurs depuis plusieurs mois dans le cadre d'une affaire instruite par le procureur général, Fabien Gasser, pour «violation du secret de fonction».

«Marie Garnier quitte la salle mais S. y reste»

Mais, depuis quelques jours, c’est le magistrat qui est sous le feu de la critique. Et l'annonce de la démission de Marie Garnier a soulevé une vague de «Balance ton proc».

La proximité intime entre le procureur général et S., ancienne greffière-cheffe du Ministère public devenue vice-chancelière de l’Etat, est sur beaucoup de lèvres. «C’est scandaleux! Fribourg est devenu comme une république bananière. Toute autorité judiciaire qui se respecte se serait récusée dans un tel cas», tonne Me André Clerc, défenseur de Marie Garnier.

«Balance ton proc»

Pour l’avocat, à chaque fois que l’affaire Garnier a été évoquée au Conseil d’Etat, l’intéressée a quitté la salle, comme le veut l’usage.

«Cela n’a pas été le cas pour l’amie de Gasser», peste-t-il. «Le procureur a dit lui-même que l’instruction pénale pourrait viser d’autres membres du Gouvernement. Or, la vice-chancelière était déjà son amante quand elle travaillait au Ministère public. C’est lui qui devrait faire l’objet d’une enquête pour sa relation avec sa subordonnée», a commenté un homme politique.

Réaction du procureur général

Fabien Gasser, lui, botte en touche: «J’ignore tout du déroulement des séances du Conseil d’Etat dont jamais personne ne m’a parlé. Mon enquête est indépendante du Conseil d’Etat dont je n’ai auditionné aucun membre.» Il est resté muet sur la question de sa récusation.