Seeland

18 janvier 2013 09:23; Act: 18.01.2013 12:19 Print

Le forcené de Bienne jugé irresponsable

Peter K., celui que la presse avait surnommé le «forcené de Bienne», a été jugé irresponsable, selon le tribunal. Il sera placé dans un établissement fermé.

Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

Le retraité biennois qui s'était joué durant une dizaine de jours de la police en automne 2010 a été déclaré irresponsable vendredi par le tribunal. Celui que l'on a surnommé le «forcené» de Bienne sera placé dans une institution psychiatrique fermée.

Peter K. est resté impassible au moment de l'énoncé du verdict. Durant la lecture du jugement, il a, comme durant tout le procès, pris des notes sur une feuille. A la sortie de la salle, le retraité a brièvement regardé le public et la presse. Mais son regard ne trahissait aucune émotion.

Troubles délirants

Les juges du Tribunal régional Jura bernois-Seeland ont donc suivi l'avis de l'experte psychiatre, estimant à leur tour que Peter K. souffrait de graves troubles délirants quand il a tiré sur des policiers venus l'arrêter. Un agent de l'unité d'élite bernoise Gentiane avait été grièvement blessé à la tête.

Le président du tribunal, Markus Gross, a longuement lu des passages des carnets de notes du presque septuagénaire afin d'illustrer son état mental et l'apparition au début des années 1990 de ses premiers troubles délirants. Peter K. y évoque avec une grande régularité un Etat fasciste qui n'aura de cesse de le surveiller.

A la lecture de ses écrits, on devine un homme qui vit en marge de la société et se sent persécuté. Il a assimilé l'intervention de la police le 8 septembre 2010 à une «guerre» à laquelle il s'était préparé. Pour la justice, il s'est rendu coupable à cinq reprises de tentatives de meurtre pour avoir tiré sur des policiers.

Risque de récidive

Face au risque de récidive évoqué par l'expertise, le tribunal a ordonné un traitement thérapeutique stationnaire dans un milieu fermé. Le traitement s'effectue dans un établissement fermé tant qu'il y a lieu de craindre que l'accusé commette de nouvelles infractions. A ce sujet, le président a rappelé que cet homme n'avait jamais divulgué l'endroit où il a dissimulé son arme.

Le retraité s'était retranché chez lui pour s'opposer par la force à la vente aux enchères de sa maison. La police avait bouclé une partie du quartier des Tilleuls et entrepris le siège de sa maison. Mais l'homme avait réussi à échapper aux forces de l'ordre pourtant déployées en nombre. Il était arrêté après huit jours de fuite. Jamais il n'a dévoilé les circonstances de sa cavale.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch