Jura

14 mai 2012 10:31; Act: 14.05.2012 14:32 Print

Le Doubs à l'agonie depuis trop longtemps

par David Maccabez - Les milieux de la pêche et de la protection de la nature n'en peuvent plus d'attendre. Lancé il y a une année, le mouvement de sauvetage du Doubs n'a pas réussi à redresser la barre.

storybild

L'assèchement des berges du Doubs par les écluses des barrages a des effets dévastateurs sur la population de poissons. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«La vallée du Doubs est foutue», c'est le constat dressé par Ami Lièvre, vice-président de la Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens dans «Le Quotidien Jurassien». Il y a une année, cette même fédération, épaulée par les milieux de protection de la nature et le journal cantonal, avait tiré la sonnette d'alarme. Mais rien n'a changé.

En 2011, Sandra Gogniat, étudiante de l'Université de Neuchâtel, avait évalué à 48 millions de francs les pertes dues à l'abandon de la rivière par les pêcheurs. Le tourisme, très développé dans les années 1970, est lui aussi au point mort. Ami Lièvre se souvient de cet engouement, «alors que la mobilité était beaucoup plus faible que maintenant», explique-t-il.

Energie verte?

A qui la faute? Aux énergies vertes. La rivière est éclusée de plusieurs barrages, qui, selon les pêcheurs, assèchent les bords du Doubs et détruisent la faune. Le vice-président explique que l'ombre (poisson de rivière, n.d.l.r.), notamment, est décimé par cet état de fait. Ses alevins se répartissent dans les bords et se retrouvent piégés, lorsque les écluses font leur travail. La descendance est donc détruite à peine née. Et les variations du niveau de l'eau ont un autre effet pervers: le stress. «Un poisson affaibli peut être attaqué par des champignons», lance Ami Lièvre.

La solution: démoduler. Le procédé permettrait d'atténuer les effets négatifs des variations du niveau d'eau. Les essais menés jusqu'ici semblent concluants et la mise en place peut être extrêmement rapide; il ne manque qu'une pression politique forte.

Micropolluants

Certaines substances, qu'on trouve notamment dans les produits cosmétiques et dans les médicaments, se retrouvent dans le Doubs, via les eaux usées. Celles-ci ont un effet œstrogène, qui diminue la fécondité des poissons, voire leur fait changer de sexe (tous les individus deviennent de femelles). Là-aussi, Ami Lièvre a la parade. L'ozonation (incorporation d'ozone dans l'eau) des STEP concernées peut régler le problème. De plus, elle élimine les bactéries potentiellement dangereuses.

L'ozonation n'est pour le moment pas obligatoire. Des interventions de politiciens jurassiens à Berne sur ce sujet sont en préparation.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • derf le 14.05.2012 15:01 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage

    Jurassien d'origine, j'allais pêcher dans le Doubs il y a environ 20-25 ans; plus pour son paysage que pour choper des poissons. Cette rivière était une des plus magnifiques à regarder et une des plus difficile à pêcher. Déjà à l'époque, les barrages posaient des problèmes, et c'est triste de constater que 25 ans plus tard, ce don de la nature se meurt car rien à été changé depuis. Dommage que ce soit pour de l'énergie verte...

  • Jules le 14.05.2012 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    Une sonnette d'alarme pour nous..

    Sont gentils les poissons de tirer les sonnettes d'alarmes. Mais nous les bipèdes rase-moquette saurons nous être attentif à diminuer ces cochonneries qu'on balance dans l'eau?

  • all-in le 14.05.2012 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    pas dans le rythme...

    C'est flagrant comme la super-production va à l'encontre de la nature et la détruit, énergies ou denrées, dès qu'on veut produire en masse il y a déséquilibre.

Les derniers commentaires

  • derf le 14.05.2012 15:01 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage

    Jurassien d'origine, j'allais pêcher dans le Doubs il y a environ 20-25 ans; plus pour son paysage que pour choper des poissons. Cette rivière était une des plus magnifiques à regarder et une des plus difficile à pêcher. Déjà à l'époque, les barrages posaient des problèmes, et c'est triste de constater que 25 ans plus tard, ce don de la nature se meurt car rien à été changé depuis. Dommage que ce soit pour de l'énergie verte...

  • Dadou le 14.05.2012 12:49 Report dénoncer ce commentaire

    C'est scandaleux !

    On arrête pas de foutre notre planète en l'air au nom du fric et du saint bénéfice, on ne se rend pas compte qu'en détruisant la nature qui nous nourrit on va dans le mur, c'est une auto-destruction collective que nous sommes entrain de vivre car si les rivières sont à l'agonie en Europe, en Amérique du Sud et au Canada, c'est nous-même que nous condamnons à brève échéance.

    • Dada1410 le 14.05.2012 14:10 Report dénoncer ce commentaire

      oui mais...

      je suis bien d'accord mais les plus riches ne veulent pas perdre leurs sources de revenus (exorbitants) et feront tout pour empècher les gens "normaux" de sauver la planette si ça leur fait perdre du fric...

  • Jules le 14.05.2012 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    Une sonnette d'alarme pour nous..

    Sont gentils les poissons de tirer les sonnettes d'alarmes. Mais nous les bipèdes rase-moquette saurons nous être attentif à diminuer ces cochonneries qu'on balance dans l'eau?

  • all-in le 14.05.2012 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    pas dans le rythme...

    C'est flagrant comme la super-production va à l'encontre de la nature et la détruit, énergies ou denrées, dès qu'on veut produire en masse il y a déséquilibre.

    • Jean-Luc le 14.05.2012 15:36 Report dénoncer ce commentaire

      l'effet Doris Leuthard

      Le pire, c'est que l'état de Neuchâtel a autorisé un bureau d'étude Lausannois à propecter pour la création d'un pompage-turbinage au dessus de la retenu de Moron, projet qui ne ferait qu'empirer la situation en polluant un peu plus l'eau, que l'on construise de nouvelle centrales nucléaires ou a gaz et que l'on cesse de tout massacrer pour un sentiment de fausse sécurité, nos voisins français sont à 85% de nucléaire, que ce soit Beznau, Fessenheim ou une autre à coté de la frontière qui pète, notre situation sera bien la même.