Fribourg

09 novembre 2017 16:25; Act: 10.11.2017 11:21 Print

Succession de Marie Garnier: déjà 2 candidats

Les verts ont lancé un appel à candidatures en vue de l'élection complémentaire du printemps prochain.

storybild

L'assemblée générale est prévue début décembre. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Au lendemain de la démission de la ministre verte fribourgeoise Marie Garnier, deux membres de son parti manifestent déjà leur intérêt pour sa succession. Il s'agit de Sylvie Bonvin-Sansonnens, cheffe du groupe Vert Centre Gauche au Grand Conseil, et de Gerhard Andrey, entrepreneur et vice-président des Verts suisses.

Le parti a lancé mercredi un appel à candidatures à tous ses membres en vue de l'élection complémentaire du printemps prochain. «D'ici une semaine, on saura définitivement qui se présentera devant l'assemblée générale» prévue début décembre, a dit jeudi le président des Verts fribourgeois Bruno Marmier, contacté par l'ats.

La Broyarde Sylvie Bonvin-Sansonnens, 46 ans, est devenue députée au Grand Conseil en 2015, à la suite du décès de son prédécesseur Louis Duc. Initialement journaliste, elle est devenue agricultrice pour reprendre le domaine familial. Elle est la première femme du canton à avoir obtenu la maîtrise fédérale agricole.

Quant à Gerhard Andrey, il est vice-président des Verts suisses depuis 2016, après avoir été vice-président des Verts fribourgeois. Cet ingénieur quadragénaire d'origine singinoise est cofondateur et codirecteur de la société Liip, qui emploie quelque 150 personnes entre Fribourg, Berne, Lausanne, Zurich et St-Gall.

Réunion avec le PS

Le premier tour de l'élection complémentaire se déroulera en principe le 4 mars, et le second le 25 mars. Le Conseil d'Etat devrait le confirmer officiellement par décret la semaine prochaine.

Le gouvernement est actuellement composé de trois PDC (Georges Godel, Jean-Pierre Siggen, Olivier Curty), deux PS (Anne-Claude Demierre, Jean-François Steiert), un PLR (Maurice Ropraz) et une Verte (Marie Garnier). L'élection ayant lieu dans quatre mois seulement, les partis politiques doivent rapidement déterminer s'ils entrent en lice, et avec quels candidats.

Les Verts rencontreront en début de semaine prochaine le PS et le Centre Gauche-PCS pour évoquer la stratégie de la gauche, a précisé jeudi Bruno Marmier. Mercredi devant la presse, ce dernier se voulait confiant quant à l'appui du PS: selon lui, ce parti ne revendiquera pas un troisième siège, sinon la gauche ne serait représentée au gouvernement que par un seul parti.

La droite se prépare

Les appétits s'aiguisent du côté de la droite, qui espérait déjà prendre le siège de Marie Garnier lors des dernières élections en 2016. Reste à savoir s'ils miseront à nouveau sur l'entente bourgeoise.

L'UDC désireuse de faire son retour au Conseil d'Etat après vingt ans d'absence, avait vu sa dernière tentative échouer l'an passé malgré son alliance avec le PDC et le PLR. Elle affiche donc son intérêt, sans encore prononcer de noms potentiels.

Le PDC, qui occupe déjà trois sièges, ne compte pas en revendiquer un quatrième, a priori. Le PLR, en revanche, réfléchit à l'éventualité de briguer un deuxième fauteuil.

(nxp/ats)