Boudry (NE) / Somalie

11 juillet 2018 22:57; Act: 12.07.2018 10:32 Print

Excisions au pays jugées devant un tribunal suisse

par Yannick Weber - Une femme répond de mutilations génitales sur ses filles en Somalie, avant son entrée sur le territoire helvétique.

storybild

L'accusée pourrait être condamnée en Suisse pour avoir fait exciser ses filles en Somalie. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Comme 98% des femmes en Somalie, l’accusée qui a fait face au Tribunal de police de Boudry, mercredi, a été excisée. Mais si elle devait répondre aux questions de la présidente, c’est parce que, avant d’arriver en Suisse, elle a également fait subir à ses deux filles la mutilation génitale. Et parce que le Code pénal vise à punir l’acte, même lorsqu'il est pratiqué à l’étranger.

La Somalienne, en habits traditionnels et avec l’aide d’une interprète, a, à la surprise de son avocate et face au sourire narquois de la procureure, cherché à défendre une nouvelle version selon laquelle la grand-mère aurait organisé l’excision des fillettes à son insu alors qu’elle tenait un stand au marché de Mogadiscio. Cette version n’a convaincu personne parmi le tribunal exclusivement féminin qui siégeait pour trancher le cas de cette pratique aux racines patriarcales.

«Un acte barbare»

La procureure Nathalie Guillaume-Gentil Gross, après avoir rappelé que l'excision représente un acte qui s'apparente à de la torture, a requis une peine de prison de 18 mois avec sursis: «Le but n’est pas de prononcer une peine, mais de faire passer un message. L’excision est interdite, peu importe où elle est pratiquée.»

L’avocate de l’accusée Béatrice Haeny, a, elle, rappelé le parcours de vie de celle qui a vécu la terreur des Shebab, qui est illettrée, et qui est arrivée en Suisse par regroupement familial pour retrouver un mari qui lui a fait subir des violences conjugales. «C’est un acte barbare, ignoble et d’un autre temps. Mais il faut tenter de comprendre cette autre culture. Toutes les femmes en Suisse qui ont fait exciser leurs filles devraient donc être condamnées? Sous la pression, elle a répondu à un impératif culturel et doit être acquittée», a-t-elle plaidé.

Juger en Suisse un acte commis à l'étranger?

Le débat s’est porté sur l’application de ce nouvel article du Code pénal. Peut-il faire condamner une femme pour des excisions même si elle n’avait alors aucun lien avec la Suisse? Oui, selon la procureure, qui a mentionné «l'universalité de la poursuite» prévue dans l'article. Non, selon l'avocate, qui interprète le même texte en y lisant une manière de réprimer le «tourisme de l'excision», où des fillettes établies en Suisse seraient excisées dans leur pays d'origine. Le verdict sera rendu jeudi après-midi.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lina85 le 11.07.2018 23:22 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle blague de mauvais goût

    18 mois avec sursis? Pour une mutilation qui aura des conséquences peut être même très graves pour ses filles à vie? Et pourquoi? Oh la pauvre, ce n'est pas sa faute, elle à obéit à un impératif social patriarcal. Oui, sauf que, à priori, un mère est sensée protéger ses enfants. Je n'ai aucune pitié ni considération pour cette femme. Prison ferme et expulsion.

  • Thierry, habitant du monde le 11.07.2018 23:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte aux tortionnaires

    La pratique d'un acte soi-disant en rapport avec une culture ne permet pas toutes les dérives. Celle-ci est un exemple parfait et je ne comprends pas la clémence du sursis. Amputer volontairement une personne sans son consentement, correspond à la privation de liberté (de choix) et par conséquent au non respect du droit humain. C'est un crime majeur et il doit être puni. La correspondance doit au moins être une privation de liberté d'action d'une durée suffisamment longue pour avoir le temps d'éduquer ces tortionnaires pour qu'ils comprennent la portée de leurs actes et qu'ils puissent relayer le message: non, amputer une personne ne lui permet pas d'être meilleure et en tout cas pas d'être plus heureuse. Pourvu que la justice entende ce message. Courage à vous Mesdames les victimes.

  • Stéphanie le 12.07.2018 01:23 Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Si on veut envoyer un message clair il faut de la prison ferme. Notre sursis, elle se le met où je pense et rigole bien sous cape....en plus, c'est le meilleur moyen pour que ça continue. Je ne comprends pas la clémence de notre justice.

Les derniers commentaires

  • shelby le 12.07.2018 23:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour que cela cesse...

    Pour bien faire, comme les lois ont changer depuis 2012 fans ces pays, il vaudrait mieux passer de village en village et arrêter systématiquement ces sorcières (il semble y en avoir une par village) qui pratiquent cette barbarie et expliquer sur plusieurs jours aux villageois pourquoi ces excisions non pas lieu d être et ce que cela engendre comme séquelles... voilà ce qu il faudrait faire pour que "stop" enfin cette cruelle réalité... les voutumes sont aussi faites pour être changé, alors qu il soit fait le nécessaire "au nom du droit de l homme"... afin que cette lamentable, cruelle et intolérable coutume cesse !! Les grands mères ont subit, leurs filles l ont subit... une mère est la pour protéger son enfant, et s il faut fuire pour éviter cette barbarie à son enfant...alors fuyez !! STOP

  • DT le 12.07.2018 19:14 Report dénoncer ce commentaire

    Dr

    C idem pr la corcocision

  • pupuce le 12.07.2018 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    scandale

    Honte à la Juge pour son jugement scandaleux ! Et dire qu'elle a le culot de dire ! j'espère que ce jugement apportera une pierre à l'édifice pour éviter que des millions de filles subissent ce calvaire ! Vous venez par ce jugement d'indiquer totalement le contraire !

  • Daniel pragmatique le 12.07.2018 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    autorisé

    ce verdict est ridicule, si on veut parler de différence culturelle, pour la majorité des gens une action sans conséquences est autorisée et légale. Le sursis est une blague et le message est « on est pas daccord mais cest pas grave....continuez de faire comme bon vous semble » Voilà ce qui est communiqué trans culturellement par la Suisse, pas très efficace, ni convainquant le message.

  • Oligator74 le 12.07.2018 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Loin les profiteurs

    Expulsion immédiatement de Suisse ces gens n ont rien à faire chez nous!