Valais

14 juillet 2017 10:23; Act: 14.07.2017 10:33 Print

La fonte du glacier d'Aletsch observée de près

Un laboratoire à ciel ouvert s'est établi à Riederalp. Il permettra aux scientifiques d'évaluer les conséquences de la fonte des glaces.

Sur ce sujet
Une faute?

Le site du glissement de terrain de Moosfluh, sur la commune de Riederalp (VS), est devenu un vaste laboratoire à ciel ouvert. Des scientifiques y installent de nouveaux instruments pour étudier en détail un phénomène qui risque de se répandre.

A Moosfluh, sur la rive gauche du glacier d'Aletsch (le plus grand des Alpes), toute une pente est en mouvement depuis plusieurs années déjà. Mais le déplacement de ces deux kilomètres carrés de roches et de terres s'est accéléré. Par endroits il dépasse un mètre par année.

Tous les sentiers pédestres qui traversent la zone ont été interdits par mesure de sécurité. Désormais, seuls les scientifiques qui étudient le phénomène y ont accès. Et pour surveiller les lieux au mieux, ils ont imaginé un système inédit.

Surveillance sismique

Autour de la zone en mouvement, douze géophones (capteurs de vibrations sismiques) ont été installés. Avec ces instruments, les spécialistes espèrent littéralement «voir» ce qui se passe à l'intérieur de la masse en mouvement, explique Hugo Raetzo, géologue à l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Les capteurs ont été détournés de leur usage habituel. Mais leur fonction première est conservée: enregistrer les vibrations du sol. Chaque mouvement provoque des vibrations qui seront mesurées avec précision.

Il sera ainsi possible de comprendre ce qui se passe dans la masse en mouvement et pas seulement en surface, explique M. Raetzo. La surveillance actuelle, par satellite ou GPS, permet de voir les déplacements de surface, pas ce qui est à l'oeuvre dans les entrailles de la roche.

Evaluer le danger

Les spécialistes espèrent mieux comprendre un phénomène qui peut se répéter ailleurs. Avec la mesure de l'amplitude des mouvements, il sera possible d'évaluer plus précisément le volume en déplacement, de savoir où la roche se déforme, où elle se brise. C'est important pour évaluer le danger, précise M. Raetzo.

Le géologue estime à environ 150 millions de mètres cubes la masse en mouvement. C'est environ cinq fois plus que l'écroulement de Randa (VS) ou celui de Derborence (VS). Mais actuellement, et malgré des mouvements qui, en septembre 2016, ont par endroits atteint 80 centimètres par jour, l'hypothèse d'un écroulement massif est écartée.

Les scientifiques pensent que toute la paroi va s'effondrer, mais par petits morceaux. La fonte du glacier d'Aletsch en est la cause. La glace agissant comme un arc-boutant contre la paroi rocheuse, sa disparition affaiblit progressivement le support, entraînant peu à peu la roche vers le bas.

Peu de dégâts potentiels

Pour important qu'il soit, ce glissement de terrain ne retient pas toute l'attention de l'Etat du Valais. Observateur en dangers naturels pour le canton, Peter Schwitter n'y voit que peu de risques pour la population. Les sentiers qui traversent la zone ont été fermés. De plus, un éboulement terminerait sa course sur le glacier, sans dégât autre que quelques arbres emportés.

Les petits éboulements, les laves torrentielles, les avalanches qui recouvrent ou emportent des routes, des voies ferrées ou traversent des lieux habités sont bien plus préoccupants, selon Peter Schwitter. La priorité de la surveillance concerne avant tout les lieux d'activité humaine.

Défi pour les remontées mécaniques

Le directeur technique des remontées mécaniques d'Aletsch, Anton Franzen, a pourtant l'oeil rivé sur les déplacements de la zone rocheuse. L'arrivée de la télécabine et les derniers pylônes sont en effet construits sur une portion de terrain en mouvement.

Un défi technique pour les ingénieurs. L'idée de base a été de permettre à la gare d'arrivée de se déplacer avec le socle rocheux. Depuis la station intermédiaire, les pylônes peuvent se déplacer et la gare changer d'orientation, un peu à la manière d'un trolleybus qui suit sa caténaire, explique M. Franzen.

La nature commande

Pour les 25 prochaines années, les ingénieurs tablent sur un déplacement de onze mètres latéralement et de neuf mètres verticalement. Tout a été construit pour absorber un tel mouvement avec une marge de manoeuvre assez large.

Les remontées mécaniques ont investi 23,5 millions de francs pour cette installation, surveillée jour et nuit par des capteurs GPS. Le système de l'OFEV est un élément de sécurité supplémentaire. Pour le reste, Anton Franzen est serein, mais lucide. L'être humain n'a plus la main, c'est désormais la nature qui dicte le rythme, dit-il.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pipatze le 14.07.2017 20:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une évidence

    M. Anton Franzen a découvert que c'est la nature qui commande. Bel effort intellectuel.

  • Dann le 14.07.2017 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un job

    Lisa Mazzone pourra enfin travailler.

  • José le 14.07.2017 19:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela coûte bonbon

    Pour observer une évidence...

Les derniers commentaires

  • Alf d le 14.07.2017 22:43 Report dénoncer ce commentaire

    ah les stats et autres

    Cool encore du fric qui s'en va...Ah les études, les analyses, les statistiques...le monde ne vivrait pas sans ça...

    • Leo le 14.07.2017 23:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Alf d

      Non en effet, tu serais peut-être déjà mort sans tout ça ! Réfléchis un peu

    • Dann le 15.07.2017 07:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Leo

      Ah ah ah. Oui bien sûr. On va tous mourir de vieillesse. Allez l'écolo, fais-nous encore rire.

    • Leo le 15.07.2017 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dann

      Ouvre un dictionnaire et lit la définition pour écologie Poser des capteurs et se faire traiter d'ecolo. Question: votes-tu UDC ?

    • Dann le 15.07.2017 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Leo

      Je vote anti-gauche.

  • Philippe Clerc le 14.07.2017 22:07 Report dénoncer ce commentaire

    A propos de réchauffement climatique

  • Pipatze le 14.07.2017 20:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une évidence

    M. Anton Franzen a découvert que c'est la nature qui commande. Bel effort intellectuel.

    • Marie-Jo le 14.07.2017 22:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pipatze

      Il faut combien d'années d'études, pour cette découverte inédite.

  • José le 14.07.2017 19:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela coûte bonbon

    Pour observer une évidence...

    • Dann le 14.07.2017 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @José

      Ouais, mais on pourrait employer des fainéants à 1.- de l'heure. La cheffe est déjà trouvée. Lire mes commentaires.

    • Keo le 14.07.2017 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @José

      C'est évident de voir l'épaisseur, de voir comment évoluent terrain en profondeur ? De prédire l'évolution d'autres glissement du genre et potentiellement entreprendre des travaux avant pour éviter par exemple un barrage sur une rivière pouvant soudain se vider et tuer les gens qui vivent en dessous ? Toujours ceux qui savent rien qui crient sur les toits qu'ils savent tout. Ce comportement est celui qui mène encore et encore à des guerres. Un ignorant crient, les autres moutons suivent !

    • Rafael le 15.07.2017 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @José

      Évidence ???

    • Rafael le 15.07.2017 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Keo

      Merci Koe !!!!! Tellement d'accord avec vous !!!

  • Dann le 14.07.2017 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un job

    Lisa Mazzone pourra enfin travailler.

    • Dann le 14.07.2017 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dann

      Et je suis même prêt à lui payer un container-bureau-chambre à coucher pour quelle puisse s'installer à côté du glacier ad eternam.