Drame de Daillon (VS)

14 juin 2018 16:18; Act: 14.06.2018 16:31 Print

Même diminué, l'assassin présumé sera jugé

par Christian Humbert - L'assassin présumé de Daillon (Valais) sera finalement jugé devant un tribunal. Mais le public trouvera porte close.

Voir le diaporama en grand »
14.06.2018 L'assassin présumé de Daillon (Valais) sera finalement jugé devant un tribunal. Mais le public trouvera porte close. puisque le procès aura lieu à huis clos. 08.06.16 La procureure valaisanne propose un procès allégé pour le prévenu. Cette idée ne ravit pas certains avocats des plaignants, alors que d'autres sont ouverts à cette initiative. 31.08.15 Une seconde expertise psy affirme que le tueur n'est pas incurable. Les spécialistes estiment qu'avec un traitement et une abstinence à l'alcool et à la drogue, l'homme pourrait être soigné. 06.01.13 Le forcené de Daillon, qui a tué trois femmes mercredi soir 02.01.2013 dans la bourgade valaisanne, était suivi par un tuteur professionnel qui n'a, semble-t-il, pas perçu le degré de dangerosité du tireur. 05.01 Une habitante du village meurtri par une fusillade, survenue mercredi 2 janvier, a lancé sur Facebook un appel pour effectuer, samedi soir, une marche en hommage aux victimes du tireur. 05.01 Le père de famille grièvement blessé mercredi dans la fusillade de Daillon (VS) n'est plus en danger de mort mais il va rester aux soins intensifs à l'Hôpital du Valais. Ici des enquêteurs inspectent le domicile du forcené. 04.01 La police française de Haute-Savoie, qui enquête sur la tuerie de Chevaline, près d'Annecy, veut interroger l'auteur de la tuerie de Daillon, dans le canton du Valais, survenue mercredi soir. Le drame s'est déroulé vers 21h mercredi soir dans le village de Daillon (VS) Depuis mercredi soir, la scène de crime a été entièrement bouclée par la police. Les forces de l'ordre ont neutralisé l'auteur présumé de la tuerie. La police a bouclé le secteur. Durant l'intervention, le tireur présumé a menacé la police, qui a fait feu, le blessant avant de le maîtriser. Les trois personnes décédées étaient des femmes. Les motivations du forcené et les circonstances exactes du drame sont encore inconnues. Le tireur présumé était passé à la Channe-d'Or plus tôt dans la soirée, selon la propriétaire de l'établissement. La police a tenu une conférence de presse jeudi matin. Au moins, deux armes ont été utilisées, un mousqueton et un fusil de chasse. Le tireur présumé avait été placé en milieu psychiatrique en 2005. Le tueur avait un lien de parenté avec plusieurs victimes, selon la procureure. Le procureur général du Valais, Jean-Pierre Gross (à g.), et le chef de la police par intérim, Robert Steiner, lors de la conférence de presse. Le porte-parole de la police valaisanne, Jean-Marie Bornet (debout), et le chef de la police, Robert Steiner. Le mobile du tueur est pour l'instant inconnu. Les experts de la police scientifique ont été dépêchés à Daillon. Une enquête a également été ouverte sur l'intervention policière, une procédure normale dans les cas où les forces de l'ordre font usage de leurs armes.

Sur ce sujet
Une faute?

Seules les parties, les avocats et les journalistes pourront assister au procès de Florian. Il comparaîtra cet été pour avoir tué deux proches et en avoir blessé deux autres lors d'une tuerie le 2 janvier 2013 ( voir encadré). Il a fallu quatre ans à la procureure chargée du dossier pour boucler son enquête faite d'analyses techniques et d'expertises psychiatriques.

L'instruction a finalement conclu que Florian, qui fêtera ses 39 ans en septembre, était persuadé d'être un enfant volé. Victime de schizophrénie paranoïde, sous l'influence d'alcool (deux pour mille) , il était en situation de détresse au moment de s'emparer d'un mousqueton et d'un fusil de chasse. L'ancien dessinateur en génie civil devenu rentier AI est considéré comme irresponsable.

C'est ce qu'ont estimé deux psychiatres en raison de sa maladie chronique: «Sa capacité à percevoir son caractère illicite est diminué». La justice valaisanne n'était pas très chaude pour un procès. Elle avait la possibilité de juger Florian irresponsable et d'ordonner son internement. L'avocat d'une partie civile, le conseiller national Jean Luc Addor, s'est battu pour qu'un tribunal puisse constater la responsabilité ou l'irresponsabilité de l'assassin présumé. Ce sont trois juges professionnels qui en décideront au cours d'une courte audience en août dans un huis-clos partiel.