Homicide de Frasses (FR)

11 juillet 2018 17:26; Act: 11.07.2018 22:48 Print

Il échappe à la perpétuité grâce à ses aveux

par Benjamin Pillard - Le Macédonien condamné en 2016 à la prison à vie n'est plus considéré comme coauteur du crime de Frasses (FR), mais comme un complice. Le Tribunal cantonal fribourgeois a réduit sa peine à 9 ans de réclusion.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La stratégie de Fljorin A. (34 ans) s'est avérée payante. Ce Macédonien avait fini par passer à table l'an dernier, en affirmant connaître le nom de l'un des auteurs de l'homicide de Frasses (FR).

Car en janvier 2016, le tribunal criminel de la Broye fribourgeoise avait acquis la conviction -tout comme le procureur général- que le trentenaire était l'un des deux tireurs à l'origine de la mort de Selim E., un maçon kosovar de 36 ans.

Criblé de seize balles devant sa maison, une nuit de mai 2013, alors qu'il garait sa voiture; sous les yeux de ses quatre enfants et de sa fiancée de 21 ans. Une véritable exécution, survenue dans un contexte de vendetta qui décime deux familles ennemies depuis l'an 2000, sur fond de trafic de drogue.

Seulement voilà: l'homme mis en cause par Fljorin A. avait été tué au Kosovo cinq mois après l'assassinat de Frasses

Le Macédonien a cependant admis avoir hébergé et vendu des armes -sans poser plus de question- à son «meilleur ami» Bashkim L. (ressortissant kosovar qui a fêté ses 36 ans hier, libre; en cavale depuis septembre suite à son évasion rocambolesque de la prison centrale de Fribourg). Condamné tout comme lui à la perpétuité par les juges de première instance, ainsi qu'au versement d'une indemnité pour tort moral de 260 000 fr. à la famille de la victime.

Le tribunal cantonal a rendu son verdict ce mercredi: l'accusé voit sa peine réduite à 9 ans de réclusion pour complicité d'assassinat.

Quant à l'évadé (ndlr: dont le frère avait été assassiné par la fratrie de Selim E.), la Cour d'appel pénale a abaissé sa condamnation à 20 ans de prison, car le Kosovar ne serait pas forcément l'un des tireurs. Une peine cependant quasi synonyme de la prison à vie dont il avait écopé en première instance. Son avocat, Me André Clerc, a fait savoir qu'il fera très probablement recours devant le Tribunal fédéral.