Circulation

19 avril 2017 22:01; Act: 19.04.2017 22:01 Print

Utiliser son natel à vélo, un danger peu sanctionné

Les accidents pour inattention au guidon sont en hausse en Suisse. Au Tessin, un cinquième de nos lecteurs avouent écrire des SMS au guidon.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

La moitié des accidents impliquant un cyclistes est causée par… le cycliste. Et si les incidents dus à l’inattention ont augmenté en 2016, l’usage du smartphone est parfois coupable. En effet, au Tessin, 21% des lecteurs de «20 Minuti» avouent écrire des messages à vélo. Selon une enquête menée par l’assureur Axa chez les pendulaires à bicyclette, ils sont même 12% à le faire régulièrement

Peu amendé

Pourtant, ce comportement est peu sanctionné. Au Tessin, aucune amende n’a été enregistrée dans les principales villes du canton, où l’on privilégie souvent l’avertissement. Les polices romandes, elles, avouent être démunies face à ce problème. «Il n’y a pas de passe-droit pour les cyclistes, mais vu l’absence d’immatriculation et la facilité des vélos à se faufiler, il est souvent compliqué d’amender», explique Sylvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police genevoise.

Son homologue fribourgeois, Martial Pugin, confirme: «L’usage du téléphone est rarement dénoncé, mais il est certainement courant à vélo. Quand c’est possible, nous le sanctionnons d’une amende de 20 fr. pour avoir lâché le guidon».

Inattention mortelle

Au Bureau de prévention des accidents, on nuance tout de même: «Le smartphone en deux-roues est moins courant qu’en voiture, car l’équilibre entre en jeu, précise Nicolas Kessler. Mais il faut aussi éviter d’écouter de la musique, de lire une affiche ou de consulter son GPS, car ça peut aussi déconcentrer.» De fait, 7 cyclistes sont morts sur les routes suisses en 2015 pour cause d’inattention.

Ivresse au guidon

La police lucernoise note par ailleurs de plus en plus d’adeptes de deux-roues sous l’emprise de l’alcool, parfois avec une alcoolémie élevée. Elle rappelle les conséquences de ce comportement. Outre une amende, on risque également son permis de conduire pour voiture en cas de récidive. A Genève, les accidents impliquant des vélos et de l’alcool sont par contre en légère baisse. Les forces de l’ordre mènent peu de contrôle globaux, se focalisant sur le respect de la signalisation, l’infraction numéro un.

(rmf)