Neuchâtel

12 juin 2018 19:28; Act: 13.06.2018 07:45 Print

Une agression homophobe entourée de confusion

par Yannick Weber - Un post largement partagé sur Facebook raconte une altercation qui a eu lieu samedi soir. Ses circonstances restent floues. Certains contestent son caractère homophobe.

storybild

(Photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

La police neuchâteloise est intervenue dans la nuit de samedi à dimanche dernier, vers 3h30, pour régler une bagarre dans laquelle étaient impliquées plusieurs personnes sur l'esplanade Léopold-Robert, à Neuchâtel. Le cas se serait avéré anecdotique si l'un des protagonistes n'avait pas partagé, sur Facebook, son récit de l'altercation.

«On va te faire courir, sale pédé», aurait crié un assaillant à l'une de ses proies. Et, à des personnes qui se seraient interposées: «Vous, on ne va pas vous taper. C'est les pédés qu'on veut.» Déjà partagée plus de 1200 fois en moins de 24 heures, la publication a attiré de nombreux commentaires de sympathie et condamnant l'homophobie de l'agression, telle que racontée par la victime, qui a ajouté des photos de ses lésions et du rapport d'hôpital établi dimanche. Il fait état notamment d'entorses cervicales, de contusions, de douleurs aux dents.

Mobile de l'altercation incertain

Mais certains autres témoins de la bagarre sont venus démentir les affirmations. Aucune insulte homophobe n'aurait été proférée, et les circonstances de la bagarre seraient floues. Quelques internautes maintiennent que le récit de la victime relève du mensonge.

Du côté des autorités, le cas est traité avec prudence. «Le caractère homophobe de la bagarre n'est pas à exclure. Mais on ne peut pas le confirmer non plus», note Pierre-Louis Rochaix, porte-parole de la police neuchâteloise. Tous les protagonistes ont été identifiés lors de l'intervention. L'auteur de la publication a confirmé à «20 minutes» qu'il allait déposer plainte mercredi.

Pas de statistique disponible

Le cas relève-t-il d'une déferlante de violence contre deux jeunes homosexuels, ou de la récupération militante d'une banale bagarre de fin de soirée? La question s'inscrit dans le contexte des discussions en cours pour introduire une statistique des actes haineux contre les personnes LGBT en Suisse.

De tels chiffres n'existent pas en Suisse, malgré les appels répétés des associations LGBT et de quelques politiciens. Conseil fédéral et droite du Parlement s'y opposent. Une initiative parlementaire est en cours de traitement aux Chambres pour élargir la norme pénale antiraciste aux actes et discours incitant à la haine contre les personnes en raison de leur orientation sexuelle.