Espace

29 octobre 2015 15:41; Act: 29.10.2015 15:41 Print

Le geyser d'une lune de Saturne observé de près

La sonde Cassini est passée au plus près d'un geyser sur Enceladus, pour notamment déterminer si la vie pourrait y exister.

storybild

La lune Enceladus peut être aperçue au-dessus des anneaux de Saturne. (Photo: Keystone)

Une faute?

La sonde américaine Cassini a traversé mercredi au plus près un geyser géant de glace d'une lune de Saturne, Enceladus, pour tenter de confirmer une activité géothermale d'un océan sous la surface gelée et de déterminer si la vie pourrait y exister, selon la Nasa. La sonde est passée comme prévu dans le geyser au pôle sud d'Enceladus à 49 km de la surface vers 16h22, a précisé l'agence spatiale américaine sur son site internet.

Les contrôleurs de la mission ont réussi à rétablir la communication avec Cassini mercredi en fin d'après midi et pensent pouvoir commencer à recevoir des images et d'autres données collectées par les instrument lors du survol dans les 24 à 48 heures.

Mais il faudra probablement des mois avant que les scientifiques présentent les résultats détaillées, a souligné la Nasa. Les chercheurs espèrent avoir collecté de précieuses données qui pourront les éclairer sur les activités de l'océan, dont notamment l'hydrothermalisme, une source de chaleur essentielle pour l'éclosion de la vie.

Habitabilité à étudier

Le premier objectif scientifique de ce survol était de collecter de nouvelles informations «sur l'habitabilité de l'océan d'Enceladus», à savoir les conditions permettant à la vie d'exister, comme la confirmation de la présence de molécules d'hydrogène, avait expliqué lundi Linda Spilker, responsable scientifique de la mission au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.

«La quantité de molécules d'hydrogène nous informera sur le degré d'activité hydrothermale et donc d'énergie, clé pour l'habitabilité, au fond de cet océan», avait-elle précisé.

Des scientifiques avaient déjà découvert, en analysant des données collectées près de Saturne, de microscopiques poussières de roche, qui sont un marqueur d'une activité hydrothermale, au sein de sa lune Enceladus. Un autre objectif de ce survol est de comprendre la composition chimique du geyser en détectant de nouvelles particules organiques.

Les instruments de Cassini avaient déjà, lors d'un précédent passage plus haut dans ce geyser, observé des composants organiques comme du méthane. Mais, a précisé Linda Spilker, Cassini peut seulement déceler les conditions permettant à la vie d'exister, pas des signatures de la vie elle-même comme l'ADN ou d'autres molécules complexes.

Première sonde dans l'orbite de Saturne

Cassini a été en 2004 la première sonde à entrer dans l'orbite de Saturne, ce qui lui a permis d'explorer les anneaux de cette planète géante. Cette mission appelée Cassini-Huygens, était un projet commun de la Nasa, de l'Agence spatiale européenne (ESA) et de l'agence spatiale italienne ASI.

Après le survol de mercredi, Cassini effectuera un dernier passage rapproché d'Enceladus le 19 décembre à près de 5000 kilomètres pour examiner la quantité de chaleur qui se dégage de l'intérieur de la lune.

(nxp/afp)