Rapport du WWF

27 octobre 2016 07:41; Act: 27.10.2016 07:42 Print

L'humanité «se met elle-même en danger»

Le rapport «Planète vivante» du WWF alerte sur la baisse drastique des populations de vertébrés dans le monde. En 40 ans, plus de la moitié du vivant a disparu de la surface de la terre.

Sur ce sujet
Une faute?

Les populations de mammifères, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles dans le monde se sont effondrées de 58% entre 1970 et 2012. Ce déclin va se poursuivre si nous ne faisons rien, alerte le WWF dans son rapport Planète vivante 2016.

«Que la biodiversité poursuive sa chute et le monde naturel que nous connaissons aujourd'hui s'effondrera d'un seul tenant», avertit le directeur général du WWF International, Marco Lambertini, dans cet état des lieux de la planète. Selon lui, le déclin subi par les populations d'espèces sauvages «devrait atteindre en moyenne 67%» d'ici à 2020, si rien n'est fait pour enrayer la tendance.

«On est en train d'assister à une régression de la vie sur la planète dont nous sommes en partie responsables (...) c'est un facteur de risque majeur pour nous», relève Pascal Canfin, directeur général du WWF France.

Car «quand le vivant disparaît, c'est le capital naturel qui disparaît. Et si on détruit ce capital naturel, on détruit notre capacité à vivre sur la planète dans la durée». L'humanité «se met elle-même en danger», résume le WWF.


Milliers d'études

Le précédent rapport, paru en 2014, faisait état d'une chute de 52% des populations de vertébrés dans le monde entre 1970 et 2010. Pour mesurer leur évolution, le WWF, en collaboration notamment avec la Société zoologique de Londres, a étudié 14'152 populations appartenant à 3706 espèces vertébrées.

Particulièrement touchés, les animaux d'eau douce, dont les effectifs sont en chute libre: moins 81% en moyenne entre 1970 et 2012. Ils sont victimes de la surexploitation, parfois involontaire (quand ils sont pris accidentellement dans des filets) comme les dauphins de rivière, ainsi que de la perte et de la dégradation de leur habitat.

Les effectifs des espèces terrestres ont dégringolé de 38%. A cause du braconnage, le nombre d'éléphants d'Afrique, par exemple, a diminué de 111'000 individus depuis 2006, pour plafonner à 415'000, selon les dernières données.

Les populations des milieux marins ont chuté de 36%. Un tiers des espèces de requins et de raies sont désormais menacées d'extinction, essentiellement en raison de la surpêche.

Perte d'habitat

De manière générale, la menace la plus fréquemment subie par les populations en déclin est la perte ou la dégradation de leur habitat par les activités agricoles, l'exploitation forestière, l'extraction minière, les transports, la production d'énergie...

Autres causes: la surexploitation (chasse, pêche, braconnage...), la pollution (industries, urbanisation..), les espèces invasives, les maladies.

Le changement climatique n'a pour l'instant qu'un impact «relativement marginal (...) parce qu'on n'en est qu'à un degré de réchauffement» planétaire par rapport à l'ère préindustrielle, précise Pascal Canfin.

Mais si les températures s'emballent du fait des émissions de gaz à effet de serre, liées aux activités humaines, les scientifiques promettent des impacts dévastateurs pour l'homme et les écosystèmes, en raison d'inondations, sécheresses, tempêtes...

Conférence de Marrakech

Dans quelques jours, la communauté internationale réunie pour une nouvelle conférence climat à Marrakech tentera de commencer à concrétiser l'engagement pris à la COP21, en décembre à Paris, de contenir le réchauffement «bien en deçà de deux degrés».

Agir est d'autant plus urgent que depuis le début des années 1970, l'action de l'homme détériore le capital naturel à un rythme supérieur à celui de sa reconstitution. «On puise dans notre capital naturel de plus en plus tôt», note M. Canfin.

Cette année, l'humanité vit «à crédit» depuis le 8 août, c'est-à-dire qu'elle avait déjà consommé à cette date la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, selon l'ONG Global Footprint Network. En 2015, ce jour était survenu le 13 août, et en 1970, le 23 décembre.

Actuellement, l'humanité a besoin de l'équivalent de 1,6 planète. Mais la population mondiale, de 7,4 milliards de personnes aujourd'hui, devrait atteindre 9,7 milliards en 2050. A cette date, à scénario constant, elle aura besoin de deux planètes.

(20 minutes/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • David le 27.10.2016 08:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    anthropocène

    Bienvenue dans l'anthropocène. Ne prenez pas trop vos aises, la fin est pour bientôt... Nous en sommes à la 6e extinction de masse, c'est indéniable. L'homme qui aime à se placer au sommet de la chaîne alimentaire a oublié qu'il en est donc ultra dépendant : pour se maintenir au sommet, les étages inférieurs doivent être stables

  • Loulou le 27.10.2016 08:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Crétins d'humains

    Affreuse réalité, crétins d'humains, triste monde.

  • Hans Bolomey le 27.10.2016 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Bah...trop tard...

    Il est deja trop tard et il ne s'agit plus de savoir si nous allons dans le mur mais de savoir quelle position adopter pour ne pas se faire trop mal.. ce qui est illusoire.. la nature va nous eliminer comme on elimine une verrue..

Les derniers commentaires

  • humanite le 28.10.2016 06:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    argent

    argent,argent'argent!!!!

  • Le déni le 27.10.2016 17:02 Report dénoncer ce commentaire

    @Paul54

    Clair qu'avec des conclusions si simplistes arrosé de railleries sur les dons, on n'est pas prêt d'aller loin. Si vos yeux sont fermés au point de ne pas vous rendre compte que cette planète se meurt à petit feu (réchauffement climatique, espèces animales en voie de disparition) c'est que vous avez de sacrées oeillères Paul ou alors vous ne vivez pas dans le même monde que nous, car vous êtes trop fermé sur vous-même et le reste n'est pas votre problème ... A part rouspéter sur les dons bien sûr

  • Paul54 le 27.10.2016 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    BIENTOT LES DONS DE FIN D'ANNEE

    Quel coincidence la parution de ce rapport ....juste avant les fêtes de fin d'année qui comme chacun le sait est une période propisce aux dons de tous genres.....je prnse qu'il va bientôt en avoir une du WWF. .....et comme solution pourquoi ne pas éliminer la cause principale de cela.....supprimons certaines populations de polueurs/réchauffeurs de notre planète....reste plus qu'à les désigner.....ça va pas être facile.....lol..

  • Marc Poget le 27.10.2016 15:21 Report dénoncer ce commentaire

    Respectez svp

    A quand une prise de conscience pour se rendre compte que certains humains sont pourris, détruisent et tuent sans mauvaise conscience, pour l'appât du gain. Certains tristes humains sans conscience et sans états d'âme sont près à tout pour de l'argent. Certains font attention, ne polluent pas, achètent biodégradable alors que d'autres n'en on rien à battre. Respecter les animaux et la nature !!! Une prise de conscience svp

  • Cheeta le 27.10.2016 14:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plus de place.

    Sauf l'homo sapiens. Faut bien faire de la place.

    • what ? le 27.10.2016 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Cheeta

      vous pourriez développer?