Sciences

27 juillet 2017 10:58; Act: 27.07.2017 11:14 Print

Pas tous égaux face à l'espérance de vie

Seize marqueurs génétiques qui peuvent raccourcir la vie ont été mis au jour par des scientifiques vaudois.

storybild

(Photo: Keystone/Archives/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Une équipe de chercheurs lausannois a identifié seize marqueurs génétiques associés à une diminution de la durée de vie, dont quatorze nouveaux pour la science. Il s'agit du plus large échantillon de marqueurs de ce type découverts à ce jour.

Cette étude, dirigée par des chercheurs de l'Institut suisse de bioinformatique (SIB), du CHUV ainsi que de l'Université et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, fournit un puissant modèle pour explorer les causes génétiques de l'heure de notre mort, mais aussi de toute maladie, indique jeudi un communiqué de ces institutions. Elle est publiée dans la revue Nature Communications.

Même si l'environnement ' y compris le statut socio-économique ou l'alimentation ' joue un rôle prépondérant, environ 20% à 30% des fluctuations de la durée de vie humaine sont liés au génome. Des variations à des endroits précis dans la séquence d'ADN, telles que les polymorphismes nucléotidiques (SNP), pourraient ainsi détenir certaines clés de notre longévité.

«Jusqu'à présent, les études les plus complètes n'ont pu découvrir que deux de ces marqueurs», explique Zoltán Kutalik, chef de groupe au SIB et professeur assistant à l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive, cité dans le communiqué.

Grâce à une nouvelle approche informatique, l'équipe emmenée par le Pr Kutalik a mené des analyses sur un échantillon de 116'279 individus et testé 2,3 millions de SNP humains. Résultats: seize SNP associés à la longévité ont été découverts, dont quatorze jusque-là jamais identifiés comme tels.

Une personne sur dix

«Nous avons donné la priorité aux variations de l'ADN connues pour être associées aux maladies liées à l'âge afin de scanner plus efficacement le génome», précise le chercheur.

Environ une personne sur dix est porteuse de configurations de ces marqueurs écourtant sa vie de plus d'un an par rapport à la moyenne de la population. En outre, une personne héritant de la forme «réductrice de vie» de l'un de ces SNP pourrait mourir jusqu'à sept mois plus tôt.

Les chercheurs ont aussi constaté que la plupart des SNP influent sur plusieurs maladies ou facteurs de risque; par exemple, en rendant plus dépendant à la cigarette tout en créant une prédisposition à la schizophrénie.

Gènes marqueurs de longévité

La découverte de ces SNP, combinée à des mesures d'expression génique, ont permis aux chercheurs d'observer qu'une diminution de l'expression cérébrale de trois gènes voisins des SNP - RBM6, SULT1A1 et CHRNA5, ce dernier étant impliqué dans la dépendance à la nicotine - était liée de façon causale à une durée de vie plus longue.

Ces trois gènes pourraient ainsi agir comme biomarqueurs de la longévité, c'est-à-dire de la survie au-delà de 85-100 ans. «Pour étayer cette hypothèse, nous avons montré que des souris présentant dans le cerveau une expression génique plus faible de RBM6 vivaient sensiblement plus longtemps», commente le Pr Johan Auwerx, de l'EPFL.

«Ce qui est intéressant, c'est que l'effet de l'expression génique de certains de ces SNP chez l'homme est similaire aux conséquences d'un régime hypocalorique chez la souris ' régime connu pour avoir des effets positifs sur la durée de vie», ajoute Marc Robinson-Rechavi, chef de groupe au SIB et professeur à l'Université de Lausanne.

«Nos découvertes révèlent des mécanismes moléculaires partagés entre des organismes modèles et l'humain, un point qui sera approfondi dans le futur», conclut Bart Deplancke, également chef de groupe au SIB et professeur à l'EPFL.

Cette étude s'inscrit dans le cadre du projet AgingX soutenu par SystemsX.ch (Initiative suisse en biologie des systèmes). Elle propose en outre un cadre informatique novateur pour améliorer la puissance des investigations pangénomiques des maladies en général ou en matière de médecine personnalisée.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Didier le 27.07.2017 11:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais pour quel but?

    Je suis scientifique mais je me demande à quoi vont servir ces découvertes? À informer les assurances-vie dans le but d'élever les primes?

  • Mimi Moi le 27.07.2017 11:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cherches et trouves

    Faites des recherches pour traiter des cancers etc... On s'en fous des gênes de longévités et...Que des conneries oui! Avez vous trouvés le gênes pour pas se crascher en voiture, à vélo, etc...? Et celle de la connerie humaine? Faites des recherches sérieuses...

  • coco le 27.07.2017 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    AVS

    Hé bien voilà qui va payer l'AVS

Les derniers commentaires

  • Dudule le 27.07.2017 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de bol les mecs

    Vous avez pas de bol les mecs, je n'en ai aucun des seize... Je vais donc pouvoir vous mener la vie dure encore très très longtemps et je me ferai un malin plaisir à venir à votre enterrement boire un coup à votre santé...

  • Charlyse le 27.07.2017 13:32 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pourtant évident !

    Exemple, la reine d'Angleterre. Passé 80 ans et toujours en pleine forme. Sa propre mère était centenaire.

  • coco le 27.07.2017 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    AVS

    Hé bien voilà qui va payer l'AVS

    • Pépé le futé le 27.07.2017 15:01 Report dénoncer ce commentaire

      @Coco

      J'ai trouvé!!! C'est toi qui va payer mon AVS et t'as intérêt à changer de boulot vite fait car ton salaire est trop misérable!

  • Marcus Prodi le 27.07.2017 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Transcendance

    Ca va servir pour les 127 qui dirigent le monde et qui veulent vivre éternellement! D'ailleurs je suis de plus en plus persuadé que la clef de la vie éternelle passera par la transcendance vers le monde numérique. (transfert de conscience dans la machine / suppression de lenveloppe biologique qui ne sert à rien hormis à tomber en "panne" et mourir un jour). Biensûr cela sera réservé à l'élite pas au petit peuple qui ne sera à rien ou presque d'après ceux qui nous gouverne. L'avenir sera numérique et virtuelle c'est un fait. (sauf si il y a un reboot à 0 de la technologie)

    • Snoopy le 27.07.2017 14:06 Report dénoncer ce commentaire

      Surpopulation

      La surpopulation actuelle est un danger véritable et il faut donc accepter la mortalité, interdire la procréation assistée, favoriser l'emploi de contraceptifs, revoir très sérieusement l'impact religieux sur les populations, éviter l'acharnement thérapeutique, ne pas hésiter à appliquer des soins palliatifs lors de maladies incurables, bref tout entreprendre pour maintenir un cycle normal. Il s'agit d'accepter que la vie se termine par la mort.

    • Marcus Prodi le 27.07.2017 14:36 Report dénoncer ce commentaire

      Surpopulation

      Entièrement d'accord, depuis le temps que je dis que l'humain doit être régulé mais apparemment certains hauts placés ont le même projet, moi ça me va, l'humain doit être réduit au stricte minimum de suite sinon il n'y aura aucun avenir. Cela ne change rien au fait que les plus riches veulent vivre éternellement et ça passera par la technologie le moment venu. L'avenir est numérique et à - d' 1 milliards d'humain.

    • Chrichri le 27.07.2017 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marcus Prodi

      On commence par qui? Vous êtes volontaire pour le grand carousel???

    • Gilles le 27.07.2017 21:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Snoopy

      100% de votre avis. Population doit etre reduite par 2

    • Marcus Prodi le 27.07.2017 22:19 Report dénoncer ce commentaire

      1 milliard max.

      @ Gilles , pas par 2 mais par 8, 1 milliard max!

    • DDe le 28.07.2017 02:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Chrichri

      Pas de problème...Quand vous connaîtrez la souffrance vous verrez que la vie ce n'est plus la vie ! mais il faudrait aussi prendre compte que les religions ont fait en sorte que les humains aient peur de la mort en leur promettant des tas d'horreurs et qui, malgré notre évolution dans le savoir....perdure hélas ! avec le temps c'est entré dans nos gènes. ...comme la fait notre gouvernement pour faire de nous des moutons. depuis 1291.

  • MishMash le 27.07.2017 11:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médiocratie

    Tu m'étonnes, Charles!