Zurich

13 mars 2018 10:58; Act: 13.03.2018 10:58 Print

«Une manif non autorisée n'est pas pour les enfants»

«Par souci de proportionnalité», la police n'est pas intervenue lors d'une manifestation non autorisée, samedi à Zurich. Le porte-parole explique pourquoi.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un millier de personnes se sont réunies à Zurich, samedi passé, soit deux jours après la Journée des femmes. La manifestation non autorisée a laissé pour plus de 100'000 francs de dégâts dans son sillage. Les forces de l'ordre ont évoqué des murs du centre-ville sprayés et des jets de boules de peinture. Dans un communiqué publié lundi, la police a par ailleurs précisé ne pas être intervenue par souci de «proportionnalité» parce que de nombreuses femmes et des enfants avaient participé au rassemblement.

Interrogé mardi à ce sujet par le «TagesAnzeiger», Marco Cortesi, porte-parole de la police municipale, justifie l'intervention ou plutôt la non-intervention des agents. «En raison du grand nombre de femmes et d'enfants, il aurait été disproportionné d'utiliser du gaz irritant ou d'autres moyens policiers.» Et d'ajouter: «Nous avons cherché le dialogue, mais en vain. Et comme il est toujours délicat d'interpeller une personne se trouvant dans un grand groupe, les policiers ont décidé de ne rien faire pour éviter de causer une situation incontrôlable.»

Mieux faire face aux manifestations non autorisées

A la question de savoir si les vandales n'ont pas profité de la présence des bambins pour causer des dégâts en toute impunité, Marco Cortesi répond: «Toute déclaration à ce sujet serait pure spéculation. Tout ce que l'on peut dire c'est que les vandales étaient clairement minoritaires. La plupart des manifestants étaient calmes et n'ont causé aucun dégât.»

La police municipale planche d'ores et déjà sur de nouvelles mesures pour mieux faire face aux manifestations non autorisées. Une des solutions envisagées serait d'interdire aux manifestants d'accéder au centre-ville. Marco Cortesi précise qu'une telle option sera prochainement discutée avec le département zurichois de la sécurité. Il conclut: «Dans tous les cas, les enfants n'ont pas leur place dans une manifestation non autorisée.»

(ofu)