Berne

24 avril 2016 22:48; Act: 24.04.2016 22:54 Print

Payer pour ce qu’on roule

La Confédération étudie une mise en place de la tarification de la mobilité, autrement dit le prélèvement d'une redevance liée à l'utilisation de l'infrastructure et des services dans les transports individuels et publics.

Une faute?

Payer pour se déplacer par la route ou le rail. Depuis des années le concept de «mobility pricing» fait son chemin. La ministre des Transports, Doris Leuthard, veut se lancer dans des tests concrets, révèle la «NZZ am Sonntag». Pour cela, elle propose que des bases juridiques soient posées pour évaluer des projets comme les péages urbains. Car la Constitution prévoit que les routes sont utilisables gratuitement.

Des villes comme Genève, Zoug, Berne et Zurich ont déjà manifesté leur intérêt. Un des buts du concept «Payer pour ce que vous utilisez» est, pour la route, de réduire le trafic et, pour le rail, d’inciter les voyageurs à utiliser les trains à d’autres heures. De plus, les péages urbains permettraient de lever des fonds pour la construction de nouvelles infrastructures.

(jbm)