Kreuzlingen (TG)

17 février 2017 15:35; Act: 17.02.2017 15:42 Print

Trafics de migrants et de drogue jugés dès lundi

Un procès d'envergure démarre dans le canton de Thurgovie avec 14 personnes, principalement des Kurdes, sur le banc des accusés. Ils sont accusés de meurtre et de trafic de migrants et de drogue.

storybild

Le procès devrait durer des mois (Photo: Keystone/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Quatorze personnes accusées de meurtre et de trafics de migrants et de drogues comparaissent lundi devant le tribunal de Kreuzlingen (TG). Le procès devrait durer jusqu'au mois de novembre.

C'est un meurtre commis en novembre 2010 à Kümmertshausen (TG) qui a mené les enquêteurs sur la piste d'une organisation criminelle spécialisée dans l'extorsion et les trafics de migrants et de drogues. La bande est constituée essentiellement de Kurdes de Turquie.

La victime du meurtre est un rentier AI suisse de 53 ans. Il a été découvert sans vie dans sa ferme. Il avait été bâillonné et il est mort étouffé. Il avait été impliqué dans les agissements de l'organisation criminelle par l'intermédiaire d'un ami.

Lorsque cet ami a été arrêté en Grèce pour trafic de migrants, le rentier AI a demandé l'aide du chef de l'organisation criminelle, un Irakien. Celui-ci a promis de fournir un avocat à l'ami et de protéger sa famille vivant en Thurgovie. En contrepartie, le rentier AI devait stocker 2,5 kg d'héroïne dans sa maison à Kümmertshausen.

Faire taire le rentier AI

Plusieurs mois plus tard, l'ami était toujours en prison. Le rentier a alors menacé l'Irakien de le dénoncer à la police. Le chef de la bande, âgé aujourd'hui de 47 ans et principal prévenu du procès qui s'ouvre lundi, a demandé à trois de ses hommes de faire taire le rentier et de récupérer la drogue.

Le 20 novembre 2010, les hommes sont passés à l'action. Selon l'acte d'accusation, ils ont neutralisé le chien du rentier avec du gaz lacrymogène. Ils ont ensuite enfoncé un pull dans la gorge du quinquagénaire et lui ont attaché les mains dans le dos. Le rentier est mort étouffé.

Le meurtre, délit le plus grave, ayant été commis sur sol thurgovien, l'ensemble de l'affaire est jugé par le tribunal de Kreuzlingen. Selon l'acte d'accusation les trafics portent sur des centaines de migrants et plusieurs kilos d'héroïne.

De six à vingt ans de prison

Quatre hommes sont accusés du meurtre du rentier. Ils risquent entre six ans et vingt ans de réclusion. Deux membres de l'organisation criminelle seront jugés en Turquie. Le procès des 14 prévenus s'étalera sur plusieurs mois. Les audiences consacrées au meurtre proprement dit auront lieu en septembre. Le jugement n'est pas attendu avant le mois de novembre. L'ensemble des actes pour cette affaire remplissent 500 classeurs fédéraux.

Contre le principal accusé, le procureur requiert 20 ans de prison et l'internement pour meurtre, trafic de migrants, trafic de drogue et extorsion. L'Irakien, qui bénéficiait du statut de réfugié admis provisoirement en Suisse, vivait à Bischofszell (TG). Il est en détention préventive depuis deux ans.

(nxp/ats)