Suisse

15 février 2017 13:50; Act: 15.02.2017 13:50 Print

Toujours pas assez d'aires pour les gens du voyage

Le Conseil fédéral se félicite néanmoins des progrès effectués depuis la mise en oeuvre de la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales.

storybild

Entre 2010 et 2015, douze aires de passage ont été supprimées et il n'en restait ainsi que 31. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Suisse manque toujours d'aires d'accueil pour les gens du voyage. Mais elle a fait des progrès depuis le dernier suivi de la mise en oeuvre de la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales, se félicite le Conseil fédéral.

Depuis 2013, une aire de passage a été créée à Winterthour (ZH) et une aire de séjour à St-Gall. Huit aires provisoires ont par ailleurs été ouvertes dans les cantons de Zurich, de Berne, du Tessin, du Jura et de Bâle-Ville, détaille le 4e rapport approuvé mercredi par le gouvernement.

Entre 2010 et 2015, douze aires de passage ont toutefois été supprimées et il n'en restait ainsi que 31, dont quatorze utilisables seulement durant des périodes limitées. L'offre étant en baisse constante depuis 2000, les aires de voyage ne suffisent plus que pour environ 35% des gens du voyage suisse.

Pression yéniche

En avril 2014, les Yéniches ont mené des actions de protestation à Berne et Bienne, ce qu'ils n'avaient plus fait depuis les années 1980. Le Conseil fédéral a réagi et mis sur pied en 2015 un groupe de travail pour améliorer les conditions de vie des Yéniches, Sinti et Roms en Suisse et encourager leurs cultures respectives.

Cela a permis d'entendre les différentes communautés sur leurs besoins et position. Le nombre d'aires de passage, de séjour et de transit doit être augmenté dans toutes les régions, mais surtout en Suisse romande, orientale et centrale, les lacunes mettent en péril un élément essentiel de la culture des gens du voyage.

Le crédit-cadre pour encourager la culture durant la période 2016-2020 prévoit des ressources supplémentaires pour la Fondation «Assurer l'avenir des gens du voyage suisse». Sont visés l'ensemble des Yéniches, des Sinti et des Manouches suisses, qu'ils mènent une vie itinérante ou sédentaire. Un plan d'action de la Confédération «Yéniches, Sinti et Roms» est d'ailleurs en cours d'élaboration.

Réprimer l'antisémitisme

Invitée par ailleurs à lutter contre l'antisémitisme, la Suisse a pris diverses initiatives. Une journée sur la situation de la minorité juive a été organisée et des recommandations formulées par le Centre suisse de compétence pour les droits humains.

Les milieux politiques et les autorités doivent réagir publiquement et activement aux incidents antisémites. Il reste toutefois difficile de réprimer les cas sur Internet et les réseaux sociaux. Entre 2014 et 2015, près de 5 millions ont été investis dans des mesures de prévention soutenues par la Confédération.

Berne s'est également engagé pour une égalité effective des langues officielles de la Confédération. Selon le rapport, les possibilités de travailler dans une langue minoritaire se sont enrichies. L'ordonnance sur les langues prévoit désormais des objectifs de représentation linguistiques à l'échelon des unités administratives et des cadres. Le site du Parlement est partiellement offert en romanche depuis mars 2014.

(nxp/ats)