Suisse alémanique

26 août 2014 10:27; Act: 26.08.2014 10:27 Print

Terminer sa scolarité en Suisse romande?

par Pascal Michel/ofu - La figure de proue du combat contre le français à l'école en Thurgovie, veut déposer une motion visant à envoyer les élèves alémaniques pendant un an en Suisse romande.

Sur ce sujet
Une faute?

Le canton de Thurgovie veut abolir l'apprentissage du français à l'école primaire. Le Parlement cantonal a récemment approuvé une motion demandant de supprimer la langue de Molière, contre l'avis du gouvernement. Un choix vivement critiqué en Suisse romande où certains estiment qu'avec cette décision, c'est la cohésion nationale qui est en jeu.

Deux semaines après cette décision, Verena Herzog (UDC/TG), à la tête du combat contre le français à l'école en Thurgovie, affirme vouloir intensifier les cours de français... à l'école secondaire. Dans une motion, qu'elle compte déposer au cours de la session d'automne, elle demande que les élèves alémaniques passent leur dernière année d'école obligatoire en Suisse romande: «C'est l'intensité du cours de langue qui est déterminant. Sur place, il est beaucoup plus facile pour les élèves alémaniques de s'imprégner de la langue et de la culture.» Selon elle, ce genre de modèle est beaucoup plus efficace que de commencer à enseigner le français à l'école primaire.

Isabelle Chevalley (Verts'libéraux/VD) soutient sa motion, mais pense qu'il s'agit d'une proposition «trompeuse»: «Personne ne va s'opposer à un tel séjour linguistique. Mais je pense que cette motion essaie de faire passer plus facilement le fait que le canton de Thurgovie veut abolir le français à l'école primaire.» Selon la Vaudoise, il est important d'apprendre la langue de Molière en primaire déjà. «En Suisse romande, certains élèves affirment ne plus vouloir apprendre l'allemand si les écoliers alémaniques n'apprennent plus le français. C'est un mauvais signal que nous envoie le canton de Thurgovie.»

«Je me battrai pour ça!»

Matthias Aebischer (PS/BE), élu et président de la commission de la science, de l'éducation et de la culture, se réjouit de la motion que Verena Herzog va déposer: «Je suis content que madame Herzog va dans le même sens qu'Alain Berset. A la base, cette proposition venait de lui.» Mais comme Isabelle Chevalley, il estime que cette année linguistique ne devrait pas se faire au dépens de l'enseignement du français à l'école primaire: «Je me battrai pour ça!»

Mathias Reynard (PS/VS), conseiller national et professeur d'école secondaire, est lui aussi séduit par l'année linguistique en Suisse romande: «C'est le meilleur moyen pour apprendre une langue. Il va falloir analyser de près cette motion. Mais ce n'est pas pour autant que je changerai d'avis quant à la nécessité du français à l'école primaire.»

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • etudiante frustrée le 26.08.2014 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et nous?

    Les suisses romands râlent? Il faudrait peut-être d'abord qu'ils s'interrogent sur leur propre niveau d'allemand. A 18 ans, je sors du gymnase, matu et soit-disant B2 en poche, mais je ne suis pas plus que tous mes camarades capables d'aligner 2 phrases passée la "frontière" romande... et l'allemand, j'ai commencé a l'apprendre en secondaire.

  • Babylonia 1/2014 le 26.08.2014 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    Plus c'est tôt, mieux c'est?

    Pour information, le nouveau numéro de Babylonia la revue plurilingue pour lenseignement et lapprentissage des langues - est consacré à lenseignement précoce des langues étrangères et donne la parole à des expert-e-s issu-e-s du domaine des sciences du langage sur la question « plus cest tôt, mieux cest ? » Lien vers le numéro : Zur Information: Die neuste Ausgabe von Babylonia der mehrsprachigen Zeitschrift für Sprachunterricht und Sprachenlernen widmet sich dem frühen Fremdsprachenunterricht und lässt zur Frage Je früher desto besse

  • Laurent le 26.08.2014 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Pour avoir travaillé à la capitale...

    L'allemand traditionnel est déjà une langue étrangère pour bon nombre de suisses-allemands. Il faudrait donc apprendre quel dialecte pour être en phase avec l'outre-Sarine ?

Les derniers commentaires

  • Rols le 26.08.2014 16:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je l ai fait avec mes deux enfants

    Apprendre une langue convenablement c est quitter l ecole a 15 ans mettre l enfant dans une famille du pays faire l echange avec une famille du dit pays les deux enfants sortiront avec une idiome de plus avec perfection . Minimum une annee Mon fils parle et ecrit l anglais et ma fille parle ecrit l allemand les deux correctement A lecole les enfants n ont n en rien a foutre

  • Andy Capey le 26.08.2014 15:44 Report dénoncer ce commentaire

    Excellente idée

    C'est une excellente idée! Et il faut aussi envoyer nos élèvea en Suisse-allemande. C'est quelque chose qui se faisait deja d'antan et qui permettait la cohesion national. Aujourd'hui le romand quand ils se vantent à l'étranger de vivre dans un pays où l'on parle 4 langues officiels, ils n'ont que la tchatche....

  • Flooooo le 26.08.2014 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    Hochdeutsch oder dialekt ?

    Qu'ils arrêtent déjà de parler leurs horribles dialectes incompréhensibles, nous on apprend l'allemand, pas le suisse-allemand et on n'agresse pas les suisses-allemands qui utilisent des termes issus de la France plutôt que de la partie francophone de la suisse.

  • Anne De C. le 26.08.2014 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien sûr !

    Mais oui ! Bien sûr ! On a déjà pas assez de places pour nos élèves !

  • Morgarten le 26.08.2014 12:28 Report dénoncer ce commentaire

    Et puis quoi encore ?

    Finir ses classes en Romandie, et puis quoi ? On a déjà assez de mal à caser nos propres élèves. Encore une histoire de politicien(ne)s véreux(se) qui n'ont d'autre solution que de déplacer le problème !. Revenons-donc à l'ancien système : On apprend les bases du français à l'école et puis les parents envoient leurs jeunes dans des familles romandes pour travailler au pair. Il y a des jeunes qui ne voudront pas ? Alors qu'ils crèvent dans leur ignorance. C'est qui qui commande ?