Bâle

14 novembre 2017 22:48; Act: 14.11.2017 22:48 Print

Bâle, championne suisse de naissances de jumeaux

L’an dernier, 52 paires de jumeaux sont venues au monde à Bâle. Un record national, selon les statistiques.

storybild

Les 104 jumeaux nés en 2016 à Bâle devraient rester un record absolu en Suisse. (Photo: Keystone/AP/Udo Gottschalk)

Une faute?

En 2016, 2172 enfants ont poussé leur premier cri à Bâle. Parmi eux, 104 sont des jumeaux. Ce nombre constitue un record, selon le département des statistiques bâlois. En comparaison nationale, ce résultat est également un record. Car, en moyenne, on compte 3,75% de naissances gémellaires dans le pays, alors qu'à Bâle, cette proportion atteint 4,8%.

La raison de ce boom de naissances de jumeaux est à rechercher dans la planification familiale actuelle. Comme le montrent les statistiques suisses, les femmes ont un enfant toujours plus tard. Ce constat est corroboré par l’hôpital universitaire bâlois, qui pratique les fécondations artificielles. «Nos patientes ont en moyenne 37 ans. Il y a 20 ans, elles avaient cinq ans de moins», explique le médecin-chef Christian De Geyter.

L'âge des mères a un impact

Or, plus une femme est âgée, plus la probabilité qu’elle mette au monde des jumeaux est élevée. «En raison d'un cycle hormonal altéré, les femmes âgées peuvent avoir deux ovulations à la fois lors d'un seul cycle, poursuit le Dr De Geyter. Résultat: il y a deux follicules matures, et cette situation peut aboutir à une grossesse gémellaire.»

Les raisons pour lesquelles les femmes ont des enfants toujours plus tard sont multiples. «Combiner travail et famille est toujours plus difficile. Nous avons des patientes qui ont d'abord fait une carrière avant d'avoir le désir d’enfanter, indique Christian De Geyter. Une autre raison réside dans la vie amoureuse moderne: certaines veulent à nouveau des enfants après une séparation, mais il faut parfois du temps avant de rencontrer le partenaire approprié.»

Un pic

La médecine reproductive a également un impact. Les fécondations artificielles augmentent la probabilité de faire une grossesse gémellaire.

A l’avenir pourtant, le nombre de naissances de jumeaux devrait baisser. Cela sera dû à la révision de la loi sur la médecine reproductive, entrée en vigueur en septembre 2017. Elle stipule notamment que dorénavant, il ne sera plus nécessaire de transférer deux embryons ou plus dans l’utérus. «La probabilité d'avoir des jumeaux diminue donc nettement. C’est pour cela qu’il y aura moins de jumeaux dans le futur», prédit Christian De Geyter.

(daf/jbm)