Déboires d’UBS

22 février 2009 15:59; Act: 04.03.2009 14:30 Print

Le débat sur le secret bancaire fait rage

Après la transmission à la justice américaine de données de clients d'UBS, le débat sur l'avenir du secret bancaire et de la place financière suisse fait rage.

Sur ce sujet
Une faute?

Seule la colère envers la grande banque semble mettre tout le monde d'accord.

En livrant à la justice américaine les dossiers de 250 à 300 clients d'UBS, le Conseil fédéral et l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) ont essayé de circonscrire le problème. Or, c'est un vaste et controversé débat qui a surgi. Comme les Verts avant elle, l'UDC veut un débat urgent durant la session de printemps. Elle veut aussi ancrer le secret bancaire dans la Constitution fédérale. Pour sa part, le président du PS Christian Levrat demande dans «Le Matin Dimanche» de «sortir du secret bancaire». Selon «Sonntag», des politiciens de différents bords souhaitent une «task force», comme dans l'affaire des fonds juifs dans les banques suisses.

Président de l'Association suisse des banquiers (ASB), Pierre Mirabaud refuse dans la «SonntagsZeitung» de voir dans cette affaire une capitulation du secret bancaire. Le Genevois demande toutefois de raccourcir la procédure en matière d'entraide judiciaire. Par ailleurs, il estime qu'UBS et Credit Suisse sont trop grandes pour un pays de la taille de la Suisse. C'est ce que répète l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher dans «Le Matin Dimanche», jugeant par ailleurs que le secret bancaire est «indispensable à notre place financière». La FINMA et le gouvernement ont fait une «exception dangereuse» avec les Etats-Unis. Pour l'ancien procureur socialiste Bernard Bertossa, «dès que l'UE aura fait le ménage dans ses propres rangs, la Suisse ne pourra plus maintenir sa position et le verrou sautera».


«L'honneur perdu d'UBS»

De nombreuses prises de position se retrouvent sur un point: la colère exprimée à l'encontre d'UBS. Selon Pierre Mirabaud, la grande banque a perdu son honneur. Il plaide pour des sanctions internes et externes. Si des voix s'élèvent en faveur du départ du président d'UBS Peter Kurer et du patron Marcel Rohner, tel n'est pas l'avis de Christoph Blocher, pour qui ils doivent «faire le ménage».

Le président de la FINMA Eugen Haltiner a pris la défense de Peter Kurer. Seuls quelques collaborateurs d'UBS occupant des postes peu élevés dans la hiérarchie de la banque auraient, dans un nombre limité de cas, contrevenu aux dispositions américaines, a-t-il expliqué samedi à la Radio alémanique DRS. Selon lui, UBS n'a pas trop à craindre de la plainte civile des autorités fiscales américaines. L'UBS a souligné dans un communiqué qu'il est faux d'affirmer, comme cela a pu l'être dans la presse dominicale, que Peter Kurer et Marcel Rohner aient eu connaissance de structures offshore permettant l'évasion fiscale.

Même si l'interdiction «super-provisionnelle» décidée par le Tribunal administratif fédéral (TAF) est venue trop tard, le tribunal prendra vraisemblablement position sur le fond quant à la décision de la FINMA d'autoriser UBS à livrer des noms de clients, a déclaré à la Télévision alémanique Christoph Bandli, président du TAF.

(ap)

Les commentaires les plus populaires

  • -DeN- le 23.02.2009 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    sous les 10 ?

    Allez encore un effort et ça passe sous les 10!

  • Union des Bandits Suisses le 06.03.2009 19:41 Report dénoncer ce commentaire

    Que d'illusions

    Le secret bancaire qui engraisse les banquiers cupides sera bientôt mort. Les banquiers peuvent bien en faire des tonnes avec leur patriotisme bidon et intéressé, il faudra bien qu'ils s'y fassent.

  • beco le 06.03.2009 21:51 Report dénoncer ce commentaire

    Vivons nus!

    Après les catastrophes, on pourrait espérer que les dirigeants en tirent une leçon! La transparence à tous points de vue est le meilleur rempart contre les plaisanteries douloureuses que nous vivons! Abandon de tous secrets, bancaires ou non! Les maffias n'y survivraient pas!

Les derniers commentaires

  • souris le 08.03.2009 00:24 Report dénoncer ce commentaire

    brillant réveil.....

    Le fric dans nos banques appartient aux maffieux! Attention de ne pas faire la même erreur que jadis avec Swissair! Que les responsables du gouffre UBS assument au plus vite!

  • Cantor le 07.03.2009 07:32 Report dénoncer ce commentaire

    liberté

    je constate qu'hélas les pressions pour réduire notre liberté se font de plus en plus fortes. On va être tous nus devant le Léviathan

  • beco le 06.03.2009 21:51 Report dénoncer ce commentaire

    Vivons nus!

    Après les catastrophes, on pourrait espérer que les dirigeants en tirent une leçon! La transparence à tous points de vue est le meilleur rempart contre les plaisanteries douloureuses que nous vivons! Abandon de tous secrets, bancaires ou non! Les maffias n'y survivraient pas!

  • Union des Bandits Suisses le 06.03.2009 19:41 Report dénoncer ce commentaire

    Que d'illusions

    Le secret bancaire qui engraisse les banquiers cupides sera bientôt mort. Les banquiers peuvent bien en faire des tonnes avec leur patriotisme bidon et intéressé, il faudra bien qu'ils s'y fassent.

  • :.) le 06.03.2009 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    Sur nos monts, quand le soleil

    Le secret bancaire pour toujours ! Il faut comprendre que ce secret bancaire nous permet de nous défendre contre la guerre économique que les pays qui nous entourent nous font continuellement depuis des siecles ! Vive le secret bancaire !