Licenciements

07 décembre 2017 13:49; Act: 07.12.2017 16:21 Print

Aarau sonné par la restructuration de GE

Le gouvernement argovien est consterné par l'annonce des suppressions de postes à Baden. Schneider-Ammann appelé à assumer ses responsabilités.

storybild

Le site de Birr (AG). (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement argovien se dit consterné de la restructuration de General Electric (GE) qui prévoit de biffer 1400 postes en Argovie. Les syndicats, indignés, demandent au conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann d'assumer ses responsabilités et de lancer une politique industrielle.

Les syndicats s'en prennent non seulement aux «graves erreurs» de GE qui a raté «sa reconversion écologique et le tournant énergétique», mais également à Johann Schneider-Ammann. La direction de l'entreprise et le ministre de l'économie ne peuvent se dérober à leurs responsabilités, fustigent-ils.

Le conseiller fédéral doit imposer à GE la suspension immédiate de ce démantèlement. Johann Schneider-Amman «a maintenu sa position obstinée et refusé d'imposer des conditions», critique Unia. «En comparaison, la France a contraint GE à créer 1000 emplois supplémentaires», illustre-t-il.

Rentabilité nécessaire

Il s'agit, certes, d'un coup dur, selon le Bernois, mais cette étape est nécessaire pour retrouver la rentabilité, défend-il. L'industrie ne connaît pas seulement des suppressions de postes, mais aussi la création de nouveaux emplois, relève-t-il par ailleurs.

«Nous en parlons trop peu», selon lui. La Suisse est un pays industriel. Le secteur génère 23% du produit intérieur brut. «Si nous n'avions pas l'industrie, nous aurions de grands problèmes de chômage.»

Craignant justement d'être laissé sur le carreau, le personnel de GE ne doit pas demeurer dans l'incertitude. Leurs perspectives doivent être clarifiées avant les fêtes de Noël, réclame Employés Suisse.

Syna appelle GE à renoncer à toute suppression d'emploi. Aucune urgence économique ne justifie des mesures drastiques. Les intérêts des employés doivent primer sur «l'avidité des actionnaires qui visent des gains à court terme», tonne le syndicat.

Et Christof Burkard, responsable du droit collectif du travail chez Employés Suisse, d'ajouter: «Les employés n?ont plus que leurs yeux pour pleurer, alors que les actionnaires voient leur petit paquet se dorer».

Vers les énergies renouvelables

Le gouvernement argovien, qui déplore «un coup dur pour l'industrie et l'économie du canton d'Argovie», tente de réduire les effets négatifs de cette restructuration. Pour cela, des conditions préalables doivent être remplies: à l'avenir, de nouvelles activités issues d'autres domaines doivent être développées, indique le conseiller d'Etat, en charge de l'économie Urs Hofmann (PS).

Les syndicats demandent une réorganisation dans le sens des énergies renouvelables et du stockage de l'énergie. En ce sens, Unia exige la création de toute urgence d'«une task force de haut niveau avec la participation des partenaires sociaux et de la commission du personnel, en y intégrant l?actuel groupe de travail formé par la Confédération et le canton».

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • boumboum le 07.12.2017 16:26 Report dénoncer ce commentaire

    pauvre monde

    donner 1 milliard a l'europe il aurait mieux servi en suisse pour ceux qui perde leur emploi

  • jerome le 07.12.2017 18:18 Report dénoncer ce commentaire

    le pire est a venir

    les multinationnales fonctionnent ainsi. On rachete un concurrent , on s accapare son savoir faire , on licencie , on ferme la boite , on delocalise pour enrichir les actionnaires. Tant que les etats ne s armeront pas de lois protectionnistes des emplois cela continuera ! Cela va encore s aggraver avec le CETA et TAFTA , les multinationnales pourront mettre en procés les etats qui protegent leurs emplois et leurs industries , des milliards d amendes seront prononcées contre les etats , la facture au final , ce sera les peuples qui les payeront avec leurs impots ! On va a la catastrophe!

  • elche87 le 07.12.2017 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    No comprendo

    schneider aman , j ai encore rarement vu un dirigeant de cette incompetence ...... le mec est nul .....mais vraiment 0 ...... comprend pas comment on peux confier des dossiers importants à des personnes aussi limité intelectuelement que lui ....

Les derniers commentaires

  • Raymond le 08.12.2017 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faux!

    Schneider-Amman n'a aucune responsabilité ni ici ni ailleurs. Il pourrait bien lancer une réforme à hauteur de 20 milliard qui échouerait totalement, qu'il ne serait pas plus responsable. Devrait-il personnellement les rembourser? Dans un tel cas on pourrait parler de responsabilité. Mais ça n'est pas le cas. Aucun dirigeant n'est responsable de quoique ce soit. C'est pour cette raison qu'ils se permettent de suivre leur propre agenda personnel sans prêter la moindre attention à leur mission, l'intérêt commun.

  • Chomeur le 08.12.2017 00:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Youpie

    Et pendant ce temps une entreprise parisienne d informatique a été engagée par l état de ....... Genève.

  • Alors le 07.12.2017 22:23 Report dénoncer ce commentaire

    faut arrêter d'élire ces incompétents de

    C'est sûr que le PLR a pas sorti son membre le plus efficace en le proposant au CF

  • Pognon le 07.12.2017 21:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le monde est fou

    BBC (Suisse)+ASEA (Suède)=ABB...puis ABB-Alstom Power (Franco-Suisse)...puis Alstom Power (France) qui devient pour l'instant GE Power (USA). Et dans une futur proche? GE Power +???? peut- être des Chinois

  • Tom Hate le 07.12.2017 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    Pas malin

    Tant qu'on votera pour les libéraux

    • Ds le 07.12.2017 20:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Tom Hate

      Parce que ce sont les syndicats qui donnent du travail aux gens peut-être?

    • Clairvoyant le 08.12.2017 06:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ds

      Non eux ils tentent de sauver les meubles !