Suisse

06 octobre 2017 09:49; Act: 06.10.2017 10:00 Print

L'imam biennois n'en était pas à son coup d'essai

Abu Ramadan a tenu des propos très ambigus sur les non-musulmans dans un prêche à Tripoli. Et il assume sa prose antisémite.

storybild

Les propos d'Abu Ramadan contre les non-musulmans le poursuivent. (Photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

Abu Ramadan a tenu à plusieurs reprises des propos haineux contre les non-musulmans lors de ses prêches du vendredi. Le Tages-Anzeiger l'affirme sur la base de vidéos et d'enregistrements en sa possession.

L'imam d'origine libyenne qui vit à Nidau près de Bienne a ainsi évoqué une séparation très claire entre les musulmans et les «ennemis de l'islam» qu'il vouait à la destruction.

«Ô mon dieu, rends l'islam et les musulmans forts (...), détruis les ennemis de la communauté des croyants et de la religion, ô mon dieu, donne la victoire en chaque lieu à tes serviteurs opprimés, ô mon dieu, donne leur la victoire en Irak, en Syrie, au Yemen, en Palestine, en Egypte, en Libye, ô maître des mondes!»

Le Ministère public enquête

Ces propos ont été tenus en novembre 2016 à Tripoli en Libye. Pour le professeur Reinhard Schulze, islamologue à l'Université de Berne, ce prêche rappelle celui qu'il a repéré sur le site wahhabite www.alminbar.net, notamment les termes utilisés qui sont repris par les islamistes ultra-radicaux comme les membres de l'état islamique.

Abu Ramadan est désormais dans le viseur du Ministère public Jura bernois-Seeland qui a ouvert une procédure préliminaire. A ce stade, aucune procédure pénale n'a été enclenchée.

Abu Ramadan précise sa pensée

Le Libyen de 64 ans a aussi perdu définitivement sa qualité de réfugié et son droit d'asile. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a confirmé une décision du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), qui était tombée fin juillet. Il avait enfreint l'interdiction pour un réfugié reconnu de se rendre dans son Etat d'origine.

Interrogé sur ses propos par le Tages-Anzeiger, Abu Ramadan a expliqué que son prêche s'adressait avant tout aux musulmans qui sont opprimés par des régimes despotiques ou vivant en état de guerre. Ses paroles visaient les ennemis militaires de l'islam qui veulent détruire l'islam ou les pays énumérés dans sa citation.

Paroles antisémites

Dans un autre prêche qu'il a tenu à Bienne, le prédicateur se demandait quelle était la taille de la corruption des juifs. Tellement importante qu'elle ne pouvait plus être mesurée, avait-il alors répondu. Les juifs ont tué des prophètes et dénaturé le message de la Bible, ajoutait-il, affirmant que les israélites contrôlaient l'argent et le capital du monde. Et qu'Allah ne leur avait donné cette prospérité que pour mettre à l'épreuve les musulmans.

Interrogé sur la teneur de ces vieux clichés antisémites, Abu Ramadan les a confirmés, indirectement du moins en se référant au Coran. Pour lui, les juifs ne doivent pas leurs richesses à leurs efforts mais ils doivent les voir comme un cadeau d'Allah.

(smk/nxp)