Suisse

06 octobre 2017 10:40; Act: 06.10.2017 13:59 Print

Un enfant sur cinq subit des violences corporelles

Selon une étude zurichoise, 20% des enfants sont punis sévèrement en Suisse. En particulier dans les familles en situation de précarité et chez les migrants.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

De nombreux grands-parents se souviennent avoir reçu leur lot de gifles et de fessées durant leur enfance. Des temps révolus puisqu'aujourd'hui les châtiments corporels contre les enfants sont proscrits. Pourtant, ils demeurent étonnamment encore bien présents, selon l'«Aargauer Zeitung».

Le journal se fait en effet l'écho d'une étude de la Haute école zurichoise des sciences appliquées que s'est procurée la «Nordwestschweiz» en exclusivité. Cette étude menée sur 10'000 jeunes de moins de 17 ans révèle que 20% des enfants subissent des punitions corporelles sévères à la maison. Concrètement, leurs parents les battent avec des objets et/ou à coups de poing et de pied. Pour deux enfants sur cinq, ces punitions sont un peu moins fortes. Ils se font gifler, tirer les oreilles ou bousculés parfois brutalement.

L'étude remarque toutefois que tous les jeunes ne sont pas logés à la même enseigne. La situation financière de leur famille joue un rôle prépondérant dans les violences domestiques qu'ils subissent. En effet, on trouve deux fois plus de parents violents chez les personnes à l'aide sociale et au chômage.

Surtout chez les migrants

L'origine des parents joue également une grande importance. Ainsi 40% des enfants issus de familles balkaniques sont battus de manière forte. Les petits Portugais sont à peine mieux lotis avec 37% de gosses maltraités. Espagne, Italie et Turquie suivent avec plus de 20% de violence chez les jeunes de moins de 17 ans. Les plus chanceux sont les Suisses chez qui on ne dénombre que 9% de punitions sévères.

En revanche, quand il s'agit de punitions plus légères, ces chiffres sont beaucoup plus élevés, même en Suisse, avec des taux souvent supérieurs à 40%.

La violence envers les enfants est donc beaucoup plus répandue chez les familles de migrants. Un phénomène qui pourrait être dû à leurs valeurs patriarcales, selon Peter Rieker, chercheur en sciences de l'éducation de l'Université de Zurich. Des valeurs qui privilégient le père en tant que chef de famille, une position qu'il tient d'une main de fer car elle le valorise, explique-t-il. Alors quand un père ne trouve pas d'emploi dans sa nouvelle patrie, contrairement à son épouses mieux intégrée ou ses enfants qui jouissent d'une meilleure éducation que lui, sa confiance en lui diminue et il se sent fragilisé dans sa position de chef de famille.

(cht/nxp)

Les commentaires les plus populaires

  • john le 06.10.2017 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Enfance

    Bientot 50 piges et j'ai toujours pas oublie comment mes parents m'ont traites. Ca impact toute une vie. Le dialogue est la seule solution viable.

  • Moro Bobos le 06.10.2017 15:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au fait...

    Je vais vous balancer un autre chiffre : 5 enfants sur 5 subit des violences corporelles à l'école. Certains reproduisent cette attitude dès qu'ils sont plus âgés envers les "petits", et bien sûr cette leçon de vie ne se perd pas. J'aime beaucoup , vraiment beaucoup, les parents qui clament en public : " Honte à qui bat un enfant ! " pendant que leur progéniture tabasse un môme de 3 ans plus jeune sous ses fenêtres. Est-ce de leur famille ou de l'école que les enfants ont le plus peur ? On connaît la réponse. De quoi les bien-pensants et les donneurs de leçons s'occupent le plus ? On connaît malheureusement aussi la réponse.

  • Moi le 06.10.2017 15:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    3-4 pkoi pas :-)

    Mon père, Italien, migrant des années 70 ma donné 3-4 fois des claques après des grosses conneries. Il avait le respect de la Suisse, de sa femme et des ses 2 filles, ils nous aimaient à en crever, bossait 7/7 pour nous faire vivre bien. Les 3-4 claques cétait pour nous remettre sur le droit chemin et nous faire comprendre que là ça avait été trop loin tjrs avec lamour, le respect, la tendresse. Il ny a pas cela chez les nouveaux migrants. Pas de respect pour le pays qui les accueille, les femmes, les enfants et les lois. Ils font 10 enfants et ne les éduquent pas et lamour là-dedans !?!

Les derniers commentaires

  • Manu le 09.10.2017 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Tristes commentaires

    Quelle tristesse de lire les commentaires de certains qui essayent de justifier l'un une "baffe" l'autre "une "fessée éducatrice", alors que c'est un échec d'éducation simplement. Parfois aussi j'ai craqué et envoyé une gifle à un de mes enfants, je n'en suis pas fier, loin de là.

  • Joe Black le 08.10.2017 15:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Touche pas aux enfants

    La Suisse, paradis des pédophiles qui cassent du gosse à coups de braquets et les juges complaisants et complices laissent faire. Juste dégueux! Je vois quelquun faire du mal à un enfant, il sen souviendra longtemps!

  • Trump le 08.10.2017 12:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    celui ou celle

    qui n'a jamais pris ne serait ce qu'une claque dans son enfance et pense avoir été correctement éduqué : un problème > délation couler ceux qui pense autrement. critique permanente des autres et toujours à l affût des derniers ragots pour les propager. politiquement correct limite aristo. je parie que la grand majorité c'est des gauchistes

  • Nbv le 07.10.2017 21:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfants battus enfant à problème pour les parents

    Inadmissible que les parents frappent leurs enfants à coups de ceinture de balai ou peux importe l' objet car l'enfant va souffrir même à l'école et après les profs voyent que l'enfant a un problème et les font aller au psychologue pour voir ce qui se passe ensuite l'enfant n'ose pas parler car il a peur que ses parents le découvre et résultats la psychologue ne découvre rien de ce qu'il a l'enfant, sachez que les enfants battus seront un problème pou les parents, je sais que beaucoup vont pas aimer mon commentaire mais sachez que tout ce paye et on devrais retirer les enfant aux parents.

    • Picus le 08.10.2017 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Nbv

      Ben dis donc ! Toi, on ne peut que te lire. Parce que prononcer ton texte à voix haute est impossible sans ponctuation. Mais je suis assez d'accord sur le fait qu'il faut être attentif aux enfants qui sont battus par leurs parents. Perso, je me suis retenu plus d'une fois de corriger mon fils, et Dieu sait qu'il aurait mérité une fessée à ne plus pouvoir s'asseoir. Mais c'est une question de limite morale que beaucoup de monde n'a pas. La vie de nous épargne pas non plus.

  • Ptitpixel le 07.10.2017 00:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ptite question (sans ironie)

    Ce sont des parents qui ont vécu eux-mêmes la guerre et la violence de leurs parents. Il est donc normal que les Suisses aient un pourcentage moins élevé non?

    • Jo le 07.10.2017 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ptitpixel

      Heuu.. non, un peu simple comme raisonnement

    • Marie-Jo le 07.10.2017 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ptitpixel

      Certainement pas ,dans un passé pas si lointain des enfants qu'il fallait cacher,dans des institutions qui étaient battus ,abusés étaient bien Suisse et pas issus d'un autre pays.

    • N'importe quoi le 07.10.2017 12:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ptitpixel

      Le Portugal a vécu la guerre ??? J'ignorais qu'ils se battaient pour autre chose que de choper une rente AI avant de rentrer chez eux...

    • Ptitpixel le 07.10.2017 13:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jo

      Pour affiner, ma question concerne les facteurs doppression (religieuse/économique/politique) jouent-ils un rôle, selon vous?

    • Ptitpixel le 07.10.2017 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie-Jo

      Ah daccord, je lignorais alors merci pour linfo

    • Ptitpixel le 07.10.2017 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @N'importe quoi

      Ils ont peut-être donné la priorité au travail et passé moins de temps à sinstruire à lécole. Le vocabulaire riche diminue lagressivité selon certaines statistiques.

    • John l'Éveillé le 09.10.2017 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie-Jo

      ...et dans les institutions ils étaient aussi battus et avaient à subir les assaux des pédophiles!