Suisse

27 novembre 2017 11:38; Act: 27.11.2017 13:07 Print

Berne doit améliorer la qualité des eaux

Pour les experts, la Confédération doit s'efforcer de réduire les menaces qui pèsent sur la biodiversité et viser des modes de consommation plus durables.

storybild

La qualité de l'eau de beaucoup de lacs laisse à désirer en Suisse, selon l'OCDE. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse a certes réduit ses émissions de gaz à effet de serre et diminué sa consommation d'énergie depuis 2008, mais d'importants progrès environnementaux restent à accomplir, selon l'OCDE. Berne doit notamment mieux préserver la qualité de l'eau et la biodiversité.

Les pratiques de consommation non durables en Suisse et le recul de la biodiversité tirent les performances du pays vers le bas, a dit Masamichi Kono, secrétaire général adjoint de l'OCDE, lors de la présentation de l'examen environnemental lundi à Berne. «Championne mondiale de la recherche et de l'innovation et pôle financier», la Suisse a les moyens d'opter pour des solutions plus vertes.

Le rapport de l'OCDE pointe les pressions environnementales parfois importantes exercées sur les eaux au vu de l'utilisation intensive de la force hydraulique, de l'usage des pesticides en agriculture et des micropolluants provenant des ménages ou de l'industrie. La qualité de l'eau de nombreux lacs laisse à désirer. Aussi, les cours d'eau souvent endigués peinent à remplir leurs fonctions naturelles.

L'urbanisation croissante menace en outre les eaux souterraines, dans lesquelles le pays puise 80% de son eau potable. La Suisse ne reste cependant pas sourde à ces défis, note l'OCDE. Elle est l'un des premiers pays ayant commencé à éliminer les micropolluants des eaux usées municipales. Elle oeuvre aussi à la remise en état des cours d'eau et des lacs, bien qu'en manquant parfois de cohérence.

Des espèces menacées

Le rapport de l'OCDE relève également que plus d'un tiers des espèces sont menacées et que peu d'habitats d'importance nationale bénéficient d'une protection stricte. Quatre reptiles sur cinq, deux amphibiens sur trois et un mammifère ou oiseau sur trois y sont classés vulnérables ou en danger, dont 60% des chauves-souris. Des proportions élevées au regard des niveaux observés dans les pays de l'OCDE.

Pour les experts, la situation est «urgente». L'étendue et la qualité des sites protégés sont insuffisantes, admet l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) dans un communiqué. Il cite comme menaces pour la biodiversité le mitage du territoire, les émissions d'ammoniac et l'usage de pesticides dans l'agriculture. Selon l'OCDE, ce dernier point pourrait être combattu au moyen de taxes.

Berne doit réduire les menaces qui pèsent sur la biodiversité et viser des modes de consommation plus durables, car le niveau élevé de la production de déchets et du trafic routier - parmi les plus importants d'Europe - exerce une pression sur le Plateau, poursuivent les experts. Concernant le trafic, ils recommandent là aussi d'augmenter les taxes sur les carburants routiers.

En parallèle, la Suisse devrait mettre en place des stratégies fédérales de prévention des déchets. Elle est le deuxième producteur de déchets par habitant de la zone OCDE, après le Danemark. En augmentation constante, sa production s'est hissée à 742 kg par habitant en 2015, soit une hausse de 27% depuis 2000. Les déchets de construction et démolition représentent 15 millions de tonnes par an.

42 recommandations

La Suisse n'est pas parvenue à entièrement découpler croissance économique et empreinte écologique, résume l'OCDE, dont le rapport contient en tout 42 recommandations votées par le groupe de travail fin juin. Et d'appeler le pays à avancer dans la mise en oeuvre du plan d'action biodiversité - approuvé en septembre dernier, «trois ans après la date prévue» - et à en mesurer clairement les progrès.

Marc Chardonnens, directeur de l'OFEV, a indiqué lundi devant les médias que les résultats et recommandations du rapport seraient étudiés et utilisés comme base de travail pour continuer à réduire les atteintes portées à l'environnement. Ces efforts se poursuivront en collaboration avec les cantons et les groupes d'intérêts.

L'OFEV concède que d'importantes lacunes restent à combler. Dans certains domaines toutefois, la Suisse fait figure de bon élève parmi les pays de l'OCDE, rappelle-t-il. C'est le cas par exemple pour la réduction des gaz à effet de serre et autres polluants atmosphériques, la consommation d'énergie, l'approvisionnement de source renouvelable ou le transfert de la route au rail.

Les précédents examens des performances environnementales de la Suisse datent de 1998 et 2007. En 2016 et 2017, l'OCDE s'est avant tout penchée sur les progrès réalisés dans deux secteurs spécifiques pour lesquels la Suisse s'était fixé des objectifs, soit l'eau et la biodiversité. La procédure d'examen comprend notamment des questionnaires, une entrevue et une visite du pays.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Kim Olivier le 27.11.2017 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Biodiversité en péril

    C'est la moindre des choses! que fait le CF en dehors de chercher des moyens pour ruiner le peuple? se pencher sur l'environnement et la biodiversité, c'est trop compliqué pour eux?

  • Paulette le 27.11.2017 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Des autorités qui s'en foutent

    Lausanne est une exemple pour sa plage de Vidy particulièrement polluée où il vaut mieux éviter de se baigner, cela fait plus de 50 ans que cela est ainsi, pourtant on paie des impôts exorbitant à Lausanne

  • Vigousse le 27.11.2017 12:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La nature prioritaire

    Voilà ou il faut investir ce milliard dans notre nature et ceci tout de suite

Les derniers commentaires

  • A.S. le 27.11.2017 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alors commençons!

    La confédération pourrait peut être commencer par nettoyer toute les munitions, bombes etc. qui ont été enfouis au fond du Lac de Thoune par exemple. parce que le jour où ça va péter, je ne vous raconte pas la tête de la biodiversié!

  • Olga le 27.11.2017 14:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Berne!?

    Non, la Suisse... le titre est inexact

    • Jee-el le 27.11.2017 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Olga

      Berne en l'occurence, étant la capitale, siège du gouvernement national, caractérise la Suisse. c'est une formulation des plus évidentes et utilisée depuis toujours. Rome, Paris, Madrid, Washington, etc... sont très très souvent synonymes du pays par le gouvernement qui s'y trouve. mais Berne comme siège du gouvernement cantonal peut aussi représenter son canton. c'est fou ce que c'est compliqué....

  • Olivier Costa le 27.11.2017 13:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Berne doit écouter les écologistes

    Nos donneurs de leçons Bernois, ne font rien pour l'amélioration de l'environnement, construire encore et toujours plus de bâtiments, d'usines c'est le crédo de notre développement économique. Aucunes incitations des autorités pour le solaire, c'est compliqué car les monopoles des distributeurs d'électricité sont en danger, aucunes incitations concernât les voitures électriques, forcément on ne peut pas prélever la taxe sur les énergies fossiles. Pas d'installation d'éoliennes cela gâche le paysage. En d'autres termes un pas en avant et deux pas en arrière.

    • Jee-el le 27.11.2017 15:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Olivier Costa

      après, passer de <4 mio fin '60 à 8 mio aujourd'hui, y pas de place pour beaucoup de miracle... La population double, la surface disponible pas ! le volume kilométrique /habitant a explosé aussi par nécessité, etc, etc...

    • Hugolix le 27.11.2017 23:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Olivier Costa

      ok mais plus de poissons dans le lac de Bienne pour cause d eau trop propre et les evolos continuent dans cette inepsie? vert=ridicule

  • Paulette le 27.11.2017 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Des autorités qui s'en foutent

    Lausanne est une exemple pour sa plage de Vidy particulièrement polluée où il vaut mieux éviter de se baigner, cela fait plus de 50 ans que cela est ainsi, pourtant on paie des impôts exorbitant à Lausanne

    • CH le 28.11.2017 19:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Paulette, a vous de jouer...

      Bin faut commencer par ne plus jeter les déchets de pic-nique, mégots, bouteilles ou autres dans leau.... Depuis la plage, mais aussi depuis les bateaux... En tant que plongeurs ont voit de tous vers les zones de plages. (Les autres zones sont bien plus propres).

  • jackolexplo le 27.11.2017 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On voit la paille dans l'oeil de son voisin mais..

    Nos chers politiciens verts (comme Lisa Mazzone) s'étranglent à l'idée que notre armée achète un avion mais on ne les entend pas parler de la gestion des déchets en particulier. Genève est le dernier canton suisse à ne pas avoir introduit la taxe au sac par exemple.